11h22
FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Les sandales mystérieuses
  • La boutique mystérieuse
  • La réponse à C’est qui cette égérie
  • La réponse au chantier mystérieux

ostic

Les manchettes de Catherine Osti subliment les manches de nos hauts classiques ou habillent nos bras nus d’un délicat bijoux. Chaque modèle est créé par un artisan célébrant son savoir-faire et sa signature unique. Catherine Osti met en lumière ces artistes souvent dans l’ombre des maisons de luxe. Ses collections intemporelles et sans saisonnalité, se déclinent en version prêt-à-porter et couture et sont guidées uniquement par la rencontre d’un nouveau talent. A suivre. Aurélia Vigouroux

ostib

1

0 commentaire

8h01
FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Le papier sur le bun dans « ELLE »
  • Leandra Medine dans le classement des personnes les plus influentes du magazine Time
  • Le temps libre de Jean-François Copé
  • La playlist du week-end

Lacoste

La marque au crocodile s’associe à la légendaire Maison de broderies main Lesage pour réinventer l’iconique polo pour femme, lancé en 1965, version Couture. Inspirés par les archives de Lacoste et conçus par son directeur artistique, Felipe Oliveira Baptista, ces huit polos uniques se distinguent par un travail de broderie totalement inédit. Avec pour égérie Laetitita Casta ou encore Mathilde Seigner, la collection capsule pop et précieuse de polos à manches courtes ou longues, version robe ou débardeur, ornés de pierres ou de perles, sera présentée le 5 juillet au Palais de Tokyo à l’occasion des 50 ans de la marque. A.D

lesage

15

0 commentaire

17h29
FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Y a-t-il une façon joyeuse de se dire au revoir ?
  • Le ventre est-il le nouveau derrière ?
  • Ma robe moulante et moi
  • C’est quoi, avoir l’air d’une fille vernie ?

MK RES16 L&

@Collection Croisière 2016

Mary Katrantzou illumine le monde de la mode de ses collections éclectiques aux imprimés joyeux et coupes parfaites. Exploratrice de tissus, elle les mixe en des collages modernes de textures et couleurs pour créer ses silhouettes uniques. Sa collaboration avec Adidas nous offre l’occasion de découvrir ses pièces en mode accessibles. A vos marques ! Aurélia Vigouroux

Comment vous êtes vous orientée vers le monde de la mode ? « J’ai commencé à étudier l’architecture et j’ai poursuivi avec un cours de design textile. Cette matière s’applique à différents domaines, la décoration et aussi la mode. J’ai choisi de m’orienter vers la mode car elle est plus multi-facette avec la vision en 3D de la silhouette et son mouvement. J’ai alors intégré la Saint Martins School. Je voulais absolument suivre les cours de Louise Wilson qui a été un mentor incroyable pour moi et pour tant d’autres designers que j’admirais.»

Pourquoi avez-vous choisi de créer votre propre marque ? « L’environnement de la Saint Martins School était très énergétique et compétitif. La plupart d’entre nous souhaitaient créer leur propre marque. Après mon diplôme, je me suis inscrite au concours Newgen du British Fashion Council pour voir si mon travail était assez distinctif pour créer ma marque. J’ai obtenu le mécénat, pu présenter ma première collection prêt-à-porter et eu directement le soutien de magasins comme Colette, Barney’s… C’est là, que j’ai vraiment pris la décision de me lancer en suivant mon instinct ! La marque a grandi très vite, nous allons avoir 7 ans en novembre, c’est dingue ! »

MK RES16

@ Collections Croisière 2016

Quelle est votre identité créative ? et pourquoi avoir choisi de travailler l’imprimé ? « Ma formation est le design textile. J’ai donc travaillé avec beaucoup de tissus, l’imprimé en étant juste une partie. Ce qui m’amuse avec l’imprimé est de jouer sur la perception. Il est devenu un outil me permettant de transcrire ce que j’ai dans ma tête en un vêtement, une signature forte.»

Quelles sont les sources d’inspiration de vos imprimés ? « Elles sont différentes à chaque saison. Pour la croisière 2016, je me suis concentrée sur la coupe, le travail des broderies, le mouvement et les imprimés sont devenus plus abstraits. Ils mixent des éléments graphiques optiques avec des illustrations botaniques traditionnelles XVIIIe siècle. L’idée était de rapprocher ces deux éléments et de leur donner un sens commun. Avec les imprimés abstraits on se concentre plus sur la silhouette car ce n’est pas l’imprimé, lui-même qui est au centre de la création. Ce qui m’intéresse aujourd’hui est de créer des pièces uniques par l’assemblage de différentes matières, procédés, couleurs et imprimés, un vrai travail artisanal.»

Avez-vous une pièce phare ? « J’ai des pièces que j’aime dans mes collections précédentes mais pas de pièce phare ! Je les regarde avec nostalgie. Elles étaient plus élémentaires, on pouvait les lire immédiatement. Elles marquent mon évolution, même si elle est courte ! Elles sont le reflet d’une époque. Maintenant je superpose et brouille la lecture.»

adidas mary

Collection Adidas Mary Katrantzou été 2015

Que recherchez-vous dans la collaboration avec Adidas ? « C’est pour moi l’occasion de pouvoir créer des collections plus accessibles avec une marque si globale et si iconique. Je portais leurs survêtements quand j’étais adolescente. Pour créer cette collection, la deuxième, j’ai fait des recherches sur l’évolution des tenues sportives, des coupes phares d’Adidas et j’ai réalisé un imprimé avec symboles sportifs dans un esprit Totem. J’ai gardé l’idée de silhouettes sportives en travaillant sur des textiles et procédés mixtes en apposition. L’idée n’était pas de faire des vêtements techniques mais une collection inspirée par le sportswear, facile à porter et correspondant à nos modes de vie plus actif et nos recherches de vêtements plus fluides et confortables.»

Quel est votre futur proche? « Je me concentre sur ma marque pour la faire grandir, développer les accessoires et son réseau de distribution avec la création de nos propres magasins.»

19

0 commentaire

13h53
FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • L’instagram d’Olivier Rousteing
  • La réponse au Monopoly mystérieux
  • Les chaussures mystérieuses
  • Le mug mystérieux

rimowa&

Assortir sa valise à son avion est le summum du luxe proposé par la marque de valise Rimowa qui vient de lancer la construction de la réédition du fameux avion Junker F13 à l’origine de son succès. Lorsque Richard Morszeck Warenzeichen fonde RIMOWA en 1898, il ne cesse de regarder les évolutions techniques de l’aviation et en 1950, il crée une nouvelle valise high tech légère et robuste qui reprend l’aluminium alloy utilisé par le premier avion commercial entièrement fait de métal, le Junker F13. La valise s’octroie ainsi les qualités de ce métal et son fameux design strié inspiré de la carlingue de l’avion. Depuis ce jour l’histoire de la marque est intimement liée à celle de l’aviation et quoi de plus évident pour boucler la boucle que de lancer la réédition de ce Junker F13 et s’offrir le plaisir de voyager en total look Rimowa. Aurelia Vigouroux

3

1 commentaires

Flooch2015-07-29 à 15:13:19

Je reviens de Chine. Les Chinois qui voyagent (= ceux qui ont des moyens) ont adopté en masse les valises Rimowa, pourtant chères...

8h22
FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Les scoubidous mystérieux
  • Le jeu défoulant du week-end
  • Le dessin mystérieux
  • La coiffure de Marion Cotillard à Cannes

viktor

La marque néerlandaise Viktor & Rolf présentait sa collection automne-hiver 2015-2016 au Palais de Tokyo lors des défilés haute couture de Paris. Pour cette collection surprenante, les créateurs ont pris les cadres d’un mur pour les draper directement sur les mannequins. « L’art vient à la vie dans une galerie de proportions surréalistes », ont déclaré  Viktor & Rolf. Cygnes, portraits de nus et natures mortes, inspirés des artistes Vermeer et Frans Hals, étaient repérables comme motifs. Viktor Horsting and Rolf Snoeren, nous ont livré un incroyable spectacle : présents sur le catwalk, ils habillaient les mannequins une par une, dévoilant ainsi la collection en direct . A.D

V&R

© Crédit photo : Dezeen

6

0 commentaire

  • 1Andy Warhol à la Fondation Louis Vuitton
  • 2Mes Drew et moi
  • 3La playlist de Marc Desse
  • 4
  • 5
  • 6Ma dégaine la casquette
  • 7Première collection, Exemplaire
  • 8La Page blanche de Maroussia Rebecq
  • 9Mon futur Sac Elephant Loewe et moi
  • 10La playlist de We Were Evergreen
  • 11
  • 12
  • 13Ma dégaine POP
  • 14La maille totale en GIG. Couture
  • 15Première Collection Ilaria Nistri
  • 16Mes chaussures animales et moi
  • 17Good People, la pochette éthique
  • 18
  • 19
  • 20Margiela, saveurs d
  • 21Première Collection Yacine Aouadi
  • 22La Page Blanche d
  • 23Ma dégaine, tenue de service
  • 24Bande-son de Pharaon de Winter
  • 25
  • 26
  • 27Ma robe moulante et moi
  • 28Première Collection Inga
  • 29La Page blanche de Mary Katrantzou
  • 30Effets de manche
  • 31
Haut de page