14h00 DailyELLE > Comment on faisait avant > Le blouson Courrèges
Comment on faisait avant

Le blouson Courrèges

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • La projection #dailycannes : Redford et Mia Farrow dans « Gatsby »
  • Le remake de Jules et Jim par Nash Prints It
  • La nostalgie du Tumblr Imremembering
  • La voyageuse de l’expo Parkinson

blouson courrèges

Dans les années 1950, André Courrèges a fait ses classes chez Cristobal Balenciaga. Dix ans plus tard, il prononce cette phrase pleine d’esprit et de lucidité : « Sous les grands arbres rien ne pousse, il faut que je vous quitte pour vivre ». Aujourd’hui, c’est assez magique de voir comment, cet éclaireur de la vie rapide, est devenu, lui-même un grand arbre. Au 40 rue François Ier, dans le 8e arrondissement, à Paris, c’est un univers de manteaux courts, de jupes au-dessus du genou, de vinyle et de couleurs pop qui s’ouvre à nous. Les publicitaires Jacques Bungert et Frédéric Torloting qui ont repris la marque ont eu l’intelligence de ne rien changer à son style. On était comme médusées quand on y a été. André Courrèges a enterré le sérieux. Cette photo en est la preuve et cette vidéo aussi.

Ilaria Casati

1
Dans la rubrique Comment on faisait avant
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

6 réponses à Le blouson Courrèges

  • 1#dailySummer : le bandana de Laurène
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31