11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Que voir dans l’anonymat ?
Le blog de Sophie Fontanel

Que voir dans l’anonymat ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Saint-Valentin, la fête à crétins ?
  • quoi avoir en rose fluo?
  • JEUDI 18 DÉCEMBRE
  • JEUDI 15 NOVEMBRE

fonelle-sophie-fontanel

Chère Horde…  je suis tombée hier sur cette photo. Et je l’ai contemplée toute la soirée. Et elle rendait les autres thèmes à aborder ridicules, il n’y avait plus que cette photo qui comptait. Il y a deux hommes sur cette image, dont un que vous reconnaissez peut-être, et un autre que ne pouvez reconnaître car on ne voit jamais son visage. C’est Martin Margiela. Bien sûr, des tas de gens, amis, famille, collaborateurs, le connaissent mais tout le monde respecte ce vœu d’anonymat, fait il y a déjà bien longtemps. Et nous allons parler anonymat aujourd’hui.

Ce qu’a fait Martin Margiela, ce que font les deux de Daft Punk, c’est quelque chose de si énorme. Vous vous rendez compte que, tombant sur cette photo, je ne songe pas un instant à vous la montrer, je comprends que ce serait sacrilège de le faire, de même que ça me fait déjà bizarre de montrer ne serait-ce que le corps de cet homme, de donner cette information, par la photo, comme quoi il est grand. Sous les pastilles blanches, en plus, il est beau, hollywoodien. Il y a des gens qui se planquent pour pouvoir observer les autres, d’autres pas timidité, d’autres pour être méchants tranquillement depuis leur compte Twitter, par exemple, d’autres par une honte d’enfance que rien n’a jamais pu guérir, d’autres… Martin Margiela ne se cache pas. Il s’est juste rendu invisible du plus grand nombre, comme une sorte d’anti Elvis Presley. Je me souviens d’une fois, je buvais un coup dans les locaux chez Margiela, ils étaient tous là avec leur blouse blanche, uniforme de cette société, et soudain j’ai pensé que, parmi eux, il y avait peut-être Martin. Et en effet il était là, bon sang. Mais je ne pouvais le voir. C’est comme l’amour, dans les films. L’anonymat de cet homme est une dernière chose vraiment romantique sur cette terre, et que ce soit de la part d’un homme de mode, ça valait le coup de le souligner.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Murielle qui parle du concept si beau de « La robe au cas où… ».

À demain, les ad(h)or(d)és,

Fonelle

Ps. Lobe, Dallas Buyers Club, film sublime.

Ps2. Defannytely, ah, être la belle d’un Seigneur.

Ps3. Natou, j’aime à crever ton « se sentir si parisienne », même si moi je suis parisienne, je comprends tellement, tellement.

Ps4. May, ta phrase « l’idée de rêver à une vie de culotte extraordinaire me plaît », est culte à jamais.

Ps5. Lilou, comme j’aime cette idée que la vie « vienne avec » la robe. Beau.

Ps6. Cotonnière, s’élever à la hauteur de ses vêtements, concept merveilleux.

Ps7. Monica, oui y avait hier une mélancolie dans le post.

11
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

12 réponses à Que voir dans l’anonymat ?

  • Isabelle la cathodique

    Grande noblesse en effet, je ne peux me dire que c'est une posture, ou de la fausse modestie, ce n'est pas possible île, vu la classe et l'élégance du corps de ce monsieur. Il existe par l'essence de son art, pas par sa poire. C'est un peu vous Sophie, vous vibrez et existez de ce que vous écrivez, faites, partagez, transmettez, pas uniquement de qui vous êtes. Même si tout le monde le sait.
    A la horde d'heureux anonymes que nous sommes.

  • Cotonnière

    Chère Fonelle,
    je me suis souvent interrogée sur les motivations de Margiela, et quelles que soient ses raisons, sa démarche est fantastique. L'overdose d'images de moimoimoi, selfies et autres auxquels nous sommes confrontés constamment me donne souvent la nausée. Alors cette discrétion, si délicate, est pour moi de la plus grande classe, comme une simple politesse.

  • Virg'

    et quand on te demande systématiquement de sortir de la photo ça compte aussi ?

  • Murielle

    Je suis émue, mon premier Fonelle d'Or…merci Sophie.
    Grâce à ce souvenir d'achat avec ma mère, doublement émue…

  • laprincesseaupetitpoids

    En fouillant dans vos ancien posts j'ai retrouvé une photo de vous (sans pastille) ..avec vos Wayfarer et cheveux courts….magnifique…les lunettes et vous…enfin vous et les lunettes…je veux les mêmes ..les lunettes ..les cheveux j'ai déjà…

    Je suis hors sujet..?…tant pis

  • sabcestbien

    le luxe pour lui en effet est de passer incognito, tout comme les Daft Punk
    alors que les écervelés ou plutot décérebrés veulent juste etre connu pour etre reconnu dans la rue sans avoir rien fait de leurs dix doigts ou de leur dix neuronnes !
    il y a une droititude qu'il faut effectivement respecter et souligner comme une belle ligne droite.
    de l'anonymat peut sortir de belle choses donc pas seulement des discours haineux et ridicules.
    RESPECT

  • Fredi

    J'ai super honte , je viens de googeler cette photo sur le net pour la voir sans les pastilles !

  • Tsar

    Dans ce monde hyper connecté, où on ne oeut plus rien faire sans laisser d'empreinte, de trace et où chaque micro événement intime est répertorié, photographié, arrangé et publié, l'anonymat est un LUXE. Voire LE LUXE ultime.
    Je trouve super interessant que cet homme, symbole du monde du paraître, choisisse ( et depuis longtemps) de dis-paraître. Il y a là l'expression d'une force et d'une liberté incroyables. Ça donne à penser plus qu'à voir. Ça interroge sur la surexposition des êtres et la "voie" sans issue dans laquelle la contemporanéité semble nous plonger.
    A tout montrer on finit par ne plus rien voir.

  • mademoiselle mauve

    ravie d'en savoir plus sur cette énigmatique et talentueuse maison.

    du coup je me demande : l'anonymat tient-il seulement à cacher son visage ?
    en effet ça rebondit sur ce que vous dites : "ça me fait bizarre de montrer ne serait-ce que le corps de cet homme".
    car ce corps, mais aussi cette attitude, sont d'un minimalisme certain et d'une élégance folle. Ca dit des choses, mais des choses aussi partagées par beaucoup, ce qui veut dire que ça dit tout et ça dit rien. Ouf, ça donne des indications mais l'anonymat est sauf.

    enfin, je note que l'obsession Elvis Presley est toujours d'actualité ;)

  • alexa

    Pour être heureux, vivons cachés !

  • Natou

    C'est tt la différence entre regarder et etre regardé , martin , me permets de l'appeller par son prénom car j'ai des souvenirs ou nous etions des assistants , lointain avec lui, a gardé cette position de regardant et oui c'est romantique .dans mon metier on me dmande parfois de me mettre en avant , ce que je deteste par dessus tout . Ce que j'aime c'est de savoir , par la bande que j'ai donné du plaisir aux gens et je trouve que c'est du meme acabit .

  • Minika

    Je crois que devenir célèbre n'est pas une fin (ou une faim) en soi. C'est juste la conséquence du talent lorsqu'il est unanimement salué. Vouloir préserver son anonymat est presque un acte de bravoure (ou de provoc') dans cette societé où le plus grand nombre semble vouloir étre célèbre… juste pour être célèbre. Quelle intelligence de la part de Margiela ! J'imagine que la célébrité est plus un fardeau qu'un cadeau. Je dis ça sans savoir évidemment. Je dis ça juste en me basant sur les documentaires de célébrités que j'ai pu voir à la télé. Elles avaient l'air brisées par la célébrité. Sinon (pour la petite histoire) 'ai été hier au défilé d'un ami. Il est venu saluer timidement à la fin. Son passage a duré 2 secondes et demi, on sentait qu'il sentait qu'il ne méritait pas autant d'applaudissements. Il a fait coucou maladroitement et est reparti presque en courant… A moins que cela ait été de la fausse modestie ou une posture (ce que je ne pense pas), j'ai trouvé ça humble. Et ça fait du bien.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31