11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > C’est quoi la joie du truc qu’on a déjà ?
Le blog de Sophie Fontanel

C’est quoi la joie du truc qu’on a déjà ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Combien d’éternité peut contenir un visage ?
  • pourquoi avoir les cheveux sales?
  • VENDREDI 11 AVRIL
  • Comment sait-on qu’on va garder les choses longtemps ?

valentino-couture-15-fonelle

Chère Horde, cette fois je n’étais pas au défilé, qui est en général une espèce de moment où je pars humer cette « fameuse vie qui va avec », avec mes mains humblement posées sur mes genoux et mon souffle retenu. J’ai donc regardé ça sur Instagram. Quelle ne fut pas ma stupeur de voir surgir cette veste sans manches ? Bien sûr, celle-ci est faite de telle sorte que c’est un peu la perfection, comme qui dirait. Mais bon sang, me suis-je dit, n’ai-je pas déjà ça quelque part dans mes affaires ? Eh ben ouais. Et joie. Et on va parler de cette joie ce jour.

La mienne est plus bouffante, un peu défraîchie, et aussi ouvragée un rien plus artisanalement que cette splendeur Valentino, mais parfois on se sent une reine rien que par des détails. Je dis pas que cette idée est originale, puisque ces vestes, on en voyait partout dans les années 70. Non, ce qui est dément, c’est d’associer ça à la robe du soir. Bon, OK, ça nous fait entrer dans le côté « la robe qui va avec », bon OK la robe je l’ai pas. Mais c’est pas grave, j’ai déjà un truc. J’ai mis ma veste sans manches hier soir chez moi avec une chemise de nuit et des sandales, eh ben ça faisait à mort la blague, je déambulais dans mon appart’ comme une vestale Valentino. Ce qu’on doit parfois à la mode, à la mode vraiment sublime, c’est qu’elle nous drogue, en fait. J’étais high high high hier soir, j’étais ailleurs, j’étais higher, comme qui dirait. Je n’envie pas les gens très riches qui peuvent tout s’offrir, c’est une grâce de la vie cette recomposition qu’on fait avec les moyens du bord. Bon, évidemment si un milliardaire (qui serait sympa, doux et marrant) (la fille qui met la barre si haut que même la lampe à Aladin elle se demande comment faire) m’offrait cette veste, je dirais pas non. En attendant, je déambule.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Virg’ qui demande si ça compte comme invisibilité quand on te demande systématique de « sortir de la phot ». J’adore !!!

À demain, les ad(h)or(d)és…

Fonelle

Ps. Isabelle la Cathotique, oui tu as vu cette classe !

Ps2. Cotonnière, oui tu as raison il y a comme une infinie politesse dans l’attitude de Martin Margiela.

Ps3. Laprincesseaupetitpoids. Je vois quelle photo c’est !

Ps4. Fredi, tant que tu la diffuses pas. Et puis c’est une très ancienne photo, donc son anonymat reste préservé.

Ps5. Mademoiselle Mauve, oui le corps en dit long.

Ps6. Minika, oui ces saluts timides sont une des jolies choses de la mode.

15
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

17 réponses à C’est quoi la joie du truc qu’on a déjà ?

  • Sansonetti MaPi

    Merci une fois de plus pour ce moment de grâce, celui d'utiliser sa propre créativité en parallèle.

  • sabcestbien

    le problème est qu'a ne rien jette pour tout garder au cas ou ça serrait à la mode un jour…
    ce qui fini toujours par arriver…
    on se perds sous des montagnes de fringues…
    meme avec des housses à aspirateur qui pompent les fringues pour qu'elles rétressisent dans nos placards… c'est pas évident de tout garder et surtout de garder le bon truc.
    faudrait un detecteur et un super systeme de classement car sinon on retrouve rien…à force d'enterrer.

  • Hélène M.

    Bonjour May en avril et merci pour ton retour :
    "Merci, Hélène M, d'expliciter le manque. Très éclairant! Cela me fait penser au post d'hier, sur le manque d'un regard bienveillant, sans jugement, qui se pose sur soi, enfant, et la difficulté de compbler ce manque…Le regard d'un homme pourrait-il compenser ce manque? Pas sûr…""

    Ayant été longtemps accro au manque (Trouble Comportement Alimentaire) j'ai souvent pensé que le regard d'un homme réparerait quelques failles. Mais à un moment, il a fallu que je passe par la thérapie. Le regard d'un homme compense un manque mais provisoirement. De plus l'amour comble mais réveille aussi d'autres démons (la fragilité). Je crois qu'il faut donc recevoir le regard d'un homme juste pour ce qu'il est… un regard d'homme. Cela libère pas mal de choses finalement. Et c'est bien plus facile à dire qu'à faire !

  • Isabelle la cathodique

    Je m'imagine bien danser sous la neige avec cette veste sans manches, je suis jalouse Sophie, que vous ayez un truc qui ressemble dans le dressing…Je vais danser sous la neige quand même, j'ai ça au moins. Belle journée.

  • Murielle

    Même si la mode est un éternel recommencement, souvent hélas, les stylistes changent un petit peu un ancien modèle pour justement nous obliger à acheter les nouvelles versions…

  • alixlesud

    Cette joie c'est aussi celle de la fille qui peut enfin ressortir sa veste parce que Valentino l'a adoubée… la veste, pas la fille.

  • caro

    bof, moi je dirais non (à la veste uniquement). mais un homme sympa doux marrant et milliardaire, je dirais oui!
    la veste me rappelle celle que portait julien clerc sur certaines photos, dans les années 70. faudrait que je les retrouve…

  • Patou

    Ah oui c'est bon d'être higher, de se kiffer devant le miroir. Je viens de trouver le pantalon noir parfait , fluide, tombant parfaitement sur le coup de pied. Demain je le mets et je serai Phoebe Philo !!! Ah ! La mode me met en joie.

  • marga

    le modele, la, fait tres souk de Marrakech. ne pourrais-tu pas nous poster la photo de toi dans ta chemise de nuit, higher et deambulant?

  • Virg'

    QQ grammes d'or en plein hiver me font grd plaisir. Hier en sortant de l'expo Sonia Delaunay (très liée à la mode à voir vraiment), je suis tombée sur la PFW sortie de show et j'ai vu principalement du moche je parle pas de toute la mise en scène assez réjouissante au fond dans ce monde parfois sombre mais bien des costumes. Et même ceux qui ont "la vie qui va avec", même les filles aux corps tige, même certaines voix/plumes de la mode étaient si décevants, si "cheap" dans le détail ou dans les grandes largeurs. La dame à la Rolls m'a mis un bourdon noir. Et à chaque fois je ne peux m'empêcher de leurs en vouloir vraiment car en dehors des photos (qui mentent encore plus que les mots) où voir du porté beau ? C'était peut-être pas le bon show, il faut chercher higher comme tu dis ?

  • Eurydice

    Mon commentaire ne passe pas je crois parce que j'ai mis le lien d'une image. Je voulais aussi parler du post d'avant-hier en réalité…

  • Cotonnière

    Chère Fonelle,
    Figure-toi que j'ai eu le même "high" pas plus tard que hier ! En feuilletant le dernier Elle papier, je suis tombée en arrêt devant une photo de la nouvelle campagne d'une grande et ancienne maison française (je ne cite pas les griffes) montrant un magnifique collier porté sur le dos. J'ai le même !!!!!!! Un peu plus petit, mais le même !!!!!! Et griffé par une de tes chères amies parisienne en plus, et qui m'a été offert par mon mari pour la naissance de notre premier enfant en plus !!!!!!!!!!!!! Seulement, je n'avais jamais eu l'idée de le porter sur le dos.Devine donc comment j'ai déambulé toute la soirée ?

  • Eurydice

    Et aussi le truc qu'on achète parce qu'une image nous est restée en tête et l'on s'en rend compte seulement après… Ça m'est arrivé avant-hier, j'ai acheté sans comprendre pourquoi une espèce de manchette avec perles et en fouillant dans mes images je me suis rendue compte que j'avais vue la même (presque hein) chez Dior en… 2012! Ici:
    https://www.pinterest.com/pin/493003490432952667/
    La mienne m'a coûté 7 euros sur Asos… Tout ça rien qu'en m'offrant le luxe de regarder des choses que je ne peux pas avoir évidemment… Je suis ravie de ton enthousiasme aujourd'hui après la mélancolie-partagée je dois dire-d'hier. Tu es virtuellement contagieuse!

  • may en avril

    Merci chère Sophie d'expliciter ce concept de "la joie de ce que l'on a déjà". Des années que j'explique à mes enfants que si je rentre dans une boutique, c'est pas pour acheter, juste pour vérifier que "j'ai déjà"…et je ressorts les mains vides (parfois) , heureuse et pleine de nouvelles idées d'assortiments.
    Merci, Hélène M, d'expliciter le manque. Très éclairant! Cela me fait penser au post d'hier, sur le manque d'un regard bienveillant, sans jugement, qui se pose sur soi, enfant, et la difficulté de compbler ce manque…Le regard d'un homme pourrait-il compenser ce manque? Pas sûr…

  • Hélène M.

    "Ce qu’on doit parfois à la mode, à la mode vraiment sublime, c’est qu’elle nous drogue, en fait. (…) Je n’envie pas les gens très riches qui peuvent tout s’offrir"

    Bonjour Sophie. Ce qu'on veut surtout c'est le manque (et le désir qui va avec). Quand on est drogué on est autant accro au manque qu'au produit c'est bien ça le problème. Avec un millardaire on se créerais d'autres manques… Bon à part ça, la veste est sublissime d'absolu perfection.

  • leanna

    Je suis très conservatrice (uniquement en matière de vêtements !..), j'ai un mal fou à jeter ou à donner, et comme la mode est "un éternel recommencement", cela m'arrive souvent "le truc qu'on a déjà" ( sans compter mon age canonique qui me permet de couvrir les sixties, les seventies et la suite …!). C'est d'ailleurs un peu le concept du vintage. Le truc , c'est d'arriver à réactualiser la bête, de l'accessoiriser, de la détourner, pour lui donner la touche 2015, et la nouvelle vie qui va avec ! Ton gilet, ça peut vite faire "je fais du macramé sur la margelle du puits", alors que là on est plutôt sur " soirée un peu fraîche à Marrakech" …
    l'exercice est périlleux, mais très valorisant si on le réussit !

  • Minika

    J'aime bien l'idée que tu sois le couturier, le mannequin et le public qui regarde le défilé. J'ai bien le fait qu'on ait le droit de défiler où l'on veut.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31