11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Que vous répondre ?
Le blog de Sophie Fontanel

Que vous répondre ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Comment mettre les choses hors contexte ?
  • VENDREDI 9 NOVEMBRE
  • MERCREDI 16 AVRIL
  • Qu’est-ce qu’une grande simplicité sophistiquée ?

new-york-sophie

Chère horde, post court parce que je vous écris de New York et un peu en plein jet lag. J’ai lu vos nombreux et longs commentaires d’hier (pas pour ça que je suis un jet lag), et je voulais vous répondre à tous ensemble quelque chose (je jure que c’est pas pour fuir le rite des PS, qu’on reprendra vite). On y va ?

Pessimiste, optimiste, je ne sais même pas ce que ça veut dire. Je suis comme vous entre ces deux pôles, pourtant. L’histoire de cette petite fille d’environ neuf ans et demi, bardée d’explosifs et transformée en bombe humaine au Nigeria, c’est tellement l’image du mal, comme vous ça me retourne. Comme cette scène dans « Le Pianiste » où on jette un vieux monsieur par la fenêtre. Mais je pense qu’on est foutus si on pense que ça, c’est l’avenir. On est complice du malheur si on l’attend à ce point, sûrs de nous. Je n’aime pas la mièvrerie, et moi aussi certains lyrismes m’ont exaspérée, ces derniers jours. Mais je sais que les mouvements de foule et de cœur, comme ça, sont toujours dans l’excès. C’est pas grave. Ça fait remonter des trucs. C’est pas ça, surtout pas, qui va me rendre cynique. J’ai foi en quelque chose de beau parce que c’est la seule façon de faire surgir le beau. Les gosses qui font pas la minute de silence, oui c’est pathétique, révoltant, mais il en faut de la maturité pour comprendre ce que ça veut dire une minute de silence. Il faut déjà avoir compris beaucoup de chose pour accepter l’humilité et la communion du silence. Et sa portée. Je crois en l’être humain de toutes mes forces tout étant capable d’être aussi totalement misanthrope. Moi j’ai un ado dans mon entourage qui n’a pas voulu venir à la manif pour pas « prendre de risques ». Eh ben je ne l’ai pas jugé, ce petit con. Le soir je l’ai appelé et je lui ai raconté ce que j’avais vécu, pour qu’il ait au moins ça dans la tête. Il se sentait tellement bête, tellement idiot aussi devant mon absence de reproches. Ce que j’essaie de vous dire, c’est que les miracles n’existent pas. C’est juste nous parfois, le miracle.

Fonelle d’Or décerné ce jour à George Clooney, non?!

A demain, les ad(h)or(d)és…

Fonelle

Ps. Printemps, j’ai pas de mots pour dire comme ton com’ m’a touchée.
Ps. Photo, NY hier.

31
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

19 réponses à Que vous répondre ?

  • catherine

    En Angleterre, ce sont deux minutes de silence. Une pour les morts, une pour les vivants.

  • gelatoallimone

    Ben perso c'est quand même l'aveuglement et la niaiserie qui m'apparaissent en masse ces jours-ci…
    Est-ce que c'est forcément être cynique et pessimiste? Je ne crois pas.
    On peut interpréter aussi cette volonté de se rassurer à tout prix, de se consoler dans une pseudo-union sacrée une trouille bien réelle et bien compréhensible.
    Ne pas céder au cynisme et au pessimisme ça ne devrait pas signifier se bercer d'illusions, raboter toutes les aspérités, refuser de nommer.
    Ce sont les Cassandre qui s'en prennent plein la tronche en ce moment, or Cassandre disait la vérité…

  • sabcestbien

    la réfléxion que j'ai en ce moment c'est de me dire qu'on avait oublié qu'on était libre et fier d'etre Français avec tout notre passé pour nous propulser dans le futur.
    ce présent souillé de sang me fait penser et repenser.
    je ne veux plus me dire qu'aurais laissé dire des choses alors que je suis contre.
    je ne veux plus fermer ma Gxxxxx ! comme si je laissais un femme se faire violer dans le métro juste à coté de moi !
    la liberté de penser doit etre aussi sacrée que le corps des hommes et des femmes.

  • Pauline Chloé

    Lu ce matin dans le Canard, une citation de Maurice Maréchal : "mon premier mouvement, quand je vois quelque chose de scandaleux, c'est de m'indigner; mon second mouvement est de rire : c'est plus difficile mais plus efficace."
    J'ai pensé à vous dès l'instant où j'ai lu cette phrase : cette semaine ici, entre tristesse, humour et poésie, votre Instagram (souvent regrammé, je l'avoue – mais toujours cité!) … Elle vous va bien, cette phrase, en y ajoutant du beau.

  • Camille

    Moi aussi, je vous lis souvent. Et moi aussi, c'est la première fois que je laisse un mot. J'aime beaucoup le calme qui règne ici. Ca m'apaise !
    Je n'ai fait que lire tout ce que j'ai pu trouver, du bon comme du mauvais. Je suis obsédée, je ne fais que ça ! Je lis tout. Tous les articles, tous les commentaires. Je ne sais pas quoi faire d'autre. Je me sens totalement impuissante. Les sentiments de dimanche étaient si forts, si optimistes. On fait quoi après ? Comment ne pas reprendre nos vies comme si rien ne s'était passé ? Nous sommes tellement nombreux à avoir montré notre soutien, je sais qu'on peut sauver notre monde à nous tous. Mais quelle est la marche à suivre ? Je ne suis pas pessimiste mais je ne sais pas quoi faire de mon optimisme non plus…

  • Murielle

    Je suis pessimiste pour l'avenir…

  • lulu

    je vous lis souvent, c'est la première fois que je laisse un mot…
    je suis peut être naïve, mais moi j'y crois en l'humain
    je crois qu'on est riche, surprenant, plus souvent capable de belles choses que de mauvaises ou de laides
    je crois qu'il faut donner sa chance à l'intelligence, à la créativité, à la beauté qu'il y a chez soi, chez l'autre et si on ne la voit pas la débusquer, la cultiver, la reconnaître
    je crois aussi qu'il faudrait mieux aimer notre jeunesse, lui donner de quoi penser, rêver, espérer, de quoi lire, des chroniques de François Morel, des dessins de Sempé aussi…!
    je crois que les ados qui pensent que Charlie l'a bien mérité, c'est peut être qu'ils ont peur, qu'ils se disent que s'ils se tiennent à carreau ils ne l'auront pas "mérité" eux de telles horreurs
    si je suis mièvre et bien tant pis

    il y a de la poésie et de la tendresse dans vos chroniques… et plein de mots qui sonnent justes!

  • Sandra

    L’avenir n’est pas un concept extérieur à notre personne où une fatalité à laquelle on ne peut échapper. L’avenir c’est nous, tous ensemble avec ceux que l’on apprécie et les autres. Nous composerons l’avenir, nous ne le subirons pas.
    La tragédie de jeudi, la barbare radicalité de l'acte a permit, (au moins ça), de réveiller un sentiment de communauté éteint depuis trop longtemps. Par communauté je pense simplement au fait de vivre ensemble, à une générosité distribuée à tous sans crainte.
    Evidemment il existera toujours des gens qui chercheront à en profiter, à déposer la marque « Je suis Charlie » ou se mettre en avant dans une photo officielle où ils ne doivent clairement pas y figurer…
    Pourtant, j’ose croire, (oui ça demande de faire appel à la foi aussi) , que ce réveil se poursuivra, qu’il marquera le début d’un changement. J’espère qu’une générosité naîtra de tout ça, que l’on deviendra plus solidaires et compatissants, que la société où je vivrai sera plus humaine et moins effrayé. Je ne sais pas si mon souhait se réalisera, je peux juste promettre qu’à titre personnel, j’essaierai d’agir de façon à atteindre ce résultat. Car je suis l’avenir…. :)
    Merci Fonelle, pour ces échanges, surtout ceux de ces derniers jours. Merci de ta générosité et de ta tendre lucidité….
    Amie inconnue

  • Sylvie

    Moi aussi Sophie j'ai un ado qui n'a pas voulu venir …par crainte, peur. Je me suis dit que je n'avais pas le droit de le culpabiliser et je n'ai rien dit. Mais parce que c'est mon plus jeune fils et que je sais que c'est une belle personne , je l'ai fait participer à ma façon, en parlant , en racontant et le soir , en rentrant je me suis aperçue qu'il avait passe son après-midi à regarder un documentaire concernant la Syrie . Je Luis fais confiance . Ce qui nous arrive nous incite à échanger avec nos amis, nos enfants , à faire des passer des messages concernant la différence entre l'inpertinence et l'incitation à la haine. Quant au " petit con" moi cette expression ne m'a pas choquée, elle est affectueuse et tendre. Soyons bienveillants et vigilants. Bisous français …

  • KaLaville

    Merci pour ces mots Sophie. Je me suis permise d'en citer un passage sur Facebook, où je croise tant de cyniques ricaneurs et moqueurs. :-(

  • Virg'

    Fonelle grand dictateur en titre de la chaussette, elle terrifie içi toute celles qui en ont avec bouloches, délavement incontrôlé, motifs douteux, oui elle est une menace à la liberté d'expression du pied.

  • MARILYN

    Je trouve ça dommage, venant de vous, Sophie: Ce n'est pas parce que je vais à la messe que je trouve cons ceux qui préfèrent prier chez eux….

    C'est curieux de qualifier d'idiots ceux qui pensent ou agissent différemment… Il n'y aurait pas là une forme de dictature?

  • DOMINIQUE

    "Eh ben je ne l’ai pas jugé, ce petit con."
    Phrase au contenu plutôt contradictoire !

  • monica

    J'ai marché à Bruxelles et au début l'ambiance, comment dire, "bon enfant", m'a mise mal à l'aise. J'avais l'impression qu'on oubliait pourquoi on était là. J'ai fini par le dire à mon mari qui m'a secouée, il était pas content: "Allez, Monica, arrête!" et j'ai compris soudain (c'est chiant qu'il ait si souvent raison, mon homme) que c'était le réconfort de se retrouver tous ensemble après tous ces jours de chagrin, et qu'il n'y avait rien de mal à cette bonne humeur soudaine, au contraire. Pour demain, je ne sais pas, mais dimanche, la fraternité m'a fait du bien. L'espoir, que ferions-nous sans. Je m'y accroche.
    Je n'ai pas encore vu George disant 'Jé souis Charlie", je cours voir;)

  • véronique

    Bien sûr que le réveil va être difficile, douloureux, que les vraies discussions qui font mal vont émerger maintenant. Bien sûr que pendant ce temps au Nigeria Boko Haram nous cloue d'effroi. MAis ce qui s'est passé dimanche, on ne peut pas nous l'enlever.
    Ca me fait penser "quantum of solace", cette expression anglaise qui parle de ce moment de consolation hors du temps par lequel on passe avant de replonger dans le grand bain et la fureur du quotidien
    Je ne sais fichtre pas si c'est suffisant mais c'est drôlement nécessaire
    et merci sophie pour ce post tolérant et ouvert….

  • jicky

    oui à G.Clooney et son "jé souis Charlie"! il était super!

  • lilou

    Notre devise nationale oubliée, 3 mots, simples mais forts, ressuscités le 11 janvier, dont il faut restaurer ensemble le sens: Liberté, égalité, fraternité, pour que l'élan du 11 janvier 2015 perdure et triomphe de la peur.

  • Minika

    Oui. Que répondre ? Comment répondre ? Et à qui ? Pourquoi et quand ? On n'a jamais autant pesé nos mots et pourtant ils n'ont jamais eu autant besoin de sortir. Spontanément. Comme un reflexe. Indisociables des gestes. Aujourd'hui j'ai l'impression que l'on se sent à la fois puissants (grace à notre rassemblement) et à la fois impuissants (face à ces actes fanatiques). Qu'on ne s'est jamais autant posé de questions. Et des questions sur tout, en espérant que quelqu'un trouve une réponse qui soulagerait notre tristesse et notre incompréhension. La réponse je me dis que c'est à nous, tous ensemble, de la trouver. Peut-être qu'on ne la trouvera pas tout de suite. Mais on la trouvera. (je préfère rester optimiste) J'ai énormément lu sur internet (je n'ai fait que ça, en fait). Les mots des gens. Les mots de la horde, ici. Les tiens. Ils ont réussi à m'arracher à la profonde solitude dans laquelle ces drames m'ont plongé. J'y ai vu (je ne parle évidemment pas des commentaires haineux qu'on a tous lu aussi) un début de solution. J'espère que mon commenaire ne semble pas mièvre, à toi et la horde. Moi non plus, je n'aime pas la mièvrerie (et je lutte intérieurement contre ça). Parce qu'elle n'apporte justement aucune solution.

  • isis de paname

    Tu trouves toujours les mots justes !
    Bravo Fonelle !

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31