11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Combien d’éternité peut contenir un visage ?
Le blog de Sophie Fontanel

Combien d’éternité peut contenir un visage ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • le printemps ouvre-t-il tous les appétits?
  • MERCREDI 19 DÉCEMBRE
  • 6 janvier 2010: les soldes sont-elles dangereuses ou seulement taquines?
  • MERCREDI 6 MAI 2009

jeune fille à paros en grèce photographiée par platon expo colette

Que je vous raconte l’histoire de cette photo. Le photographe, Platon (un Grec !), est une star car il fait les portraits qui paraissent dans le « New Yorker ». Il est connu pour retoucher ses photos durant des jours, voire des semaines et des mois. Mais contrairement à une sorte d’abattage de la retouche, lui ne lisse rien, il travaille les photos jusqu’à en trouver l’âme. Et oh il la trouve.

La jeune fille que vous avez sous les yeux avait 13 ans au moment de la photo, elle a 21 ans aujourd’hui. Elle s’était arrangée, comme on dit, pour une fête. J’ai cadré serré dans la photo, que Platon me pardonne, car je voulais qu’on entre ensemble dans tous les détails qui sont là. Platon a pris la photo, et puis, comme à son habitude, il est parti travailler et travailler et travailler le cliché. Je pourrais passer des heures à regarder le résultat. Quand on est devant un tel niveau de beauté humaine, lié à un tel niveau de vérité humaine, on est comme en prière. À force de chercher et de triturer les images, de leur ajouter du contraste et de la netteté, car il est bien question de ça, Platon en fait des espèces de dessin. Sauf que le cœur, il bat vraiment dans les pupilles de la jeune fille. Sa bouche irrégulière, son nez un peu plat, oh comme ça fait du bien. Moi qui vénère la mode et ai une grande indulgence pour les images de mode, je reste sans voix devant la gosse qui, du fond des âges, me regarde. Elle vit à Paros. Les photos (il y en a d’autres) sont exposées chez Colette.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Nila qui dit que même la tristesse peut être élégante. Nila, elle l’est même plus que tout, car elle creuse jusqu’à l’essentiel.

À jeudi, les adorés…

Fonelle

Ps. Isa du Moun, non c’était pas une très jeune fille, jeudi dernier. Juste une collègue à moi.

Ps1. Chris, j’ai eu tant de loupés de raffinement(s) dans ma vie qu’on aurait pu m’appeler Loupettte.

Ps2. Virg’, pour moi la classe de ma collègue et celle d’un berger, ce n’est pas du tout incompatible, j’aime même beaucoup ce qui relie des gens si différents entre eux.

Ps3. Lo, non non non, me viennent des tas d’exemples de gens petits et élégants, Paul Newman, Marilyn Monroe, Humphrey Bogart, Jean d’Ormesson, Isabelle Huppert… C’est à l’infini…

Ps4. Lilou, la ceinture sur la photo coûtait trois fois rien et a été chinée. Ma collègue ne fait jamais de style Fonelle, elle est italienne et a bien trop de personnalité pour imiter qui que ce soit. C’est plutôt moi qui rampe à vouloir maintenant une ceinture en croco camel.

Ps5. Luna, quand les vêtements flottent, c’est souvent beau. Toutefois certaines personnes ont une minceur crispée qui flinguent leur allure.

Ps6. Dom, oui il faut trouver son point d’ancrage et de flottement et enfin on a de l’allure.

Ps7. Minika, c’est toi qui dit le mieux les choses. Le chic, c’est le « à peine ».

Ps8. Marina, très vrai ce que tu dis sur le lien entre la fragilité et le chic. Ça me parle immensément.

1

Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

26 réponses à Combien d’éternité peut contenir un visage ?

  • Aurore

    J’aimerais qu’au moins une fois dans ma vie, un homme que j’aime prenne le temps, avant de m’embrasser, de caresser mes cheveux et ma joue avec autant de respect et d’amour, comme si j’étais une icône religieuse moi aussi, le temps d’un baiser…(parce que pour l’instant, c’est ambiance shooting pour Monoprix. sympa mais sans âme)

  • sabcestbien

    que j’aimerais etre prise pour l’éternité avec autant d’Amour !

  • le maroc

    super … j’ai trop aime l’article.

  • DelphineR

    Parfois en lisant tes articles à la place des mots me vient une image.
    Aujourd’hui, si j’avais pu, mon commentaire n’aurait été qu’une image…

  • Marina

     » Lolita, light of my life, fire of my loins. My sin, my soul. Lo-lee-ta: the tip of the tongue taking a trip of three steps down the palate to tap, at three, on the teeth. Lo. Lee. Ta.
    She was Lo, plain Lo, in the morning, standing four feet ten in one sock. She was Lola in slacks. She was Dolly at school. She was Dolores on the dotted line. But in my arms she was always Lolita.
    Did she have a precursor? She did, indeed she did. In point of fact, there might have been no Lolita at all had I not loved, one summer, a certain initial girl-chikd. In a princedom by the sea. Oh when ? About as many years before Lolita was born as my age was that summer. You can always count on a murderer for a fancy prose style.
    Ladies and gentlemen of the jury, exhibit number one is what the seraphs, the misinformed, noble-winged seraphs, envied. Look at this tangle of thorns.  »

    Cette jeune fille est une nymphe.

  • lilou

    C’est beau, mais trop de tristesse à mon goût. Cette photo me fait penser à quel point il est difficile d’avoir un regard profond sans qu’il soit mélancolique. C’est dur d’avoir un beau regard. J,ai toujours l’impression qu’il n’y a que les actrices qui y arrivent, Carole Bouquet, Deneuve, Binoche etc.

  • nila

    Faut une âme d’enfant pour attendre ainsi le cœur des gens.
    Ce qui me plaît le plus dans son travail c’est qu’il sublime d’une manière presque mystique les rides de ces modèles .
    A l’heure où tant d’autres cherchent à camoufler , à faire disparaître ce qui effraie une multitudes d’individus, lui il les transforment en une force et non en faiblesse. Et ça me rassure que dans un monde ultra médiatique on puisse encore allez vers la vérité sans dissimulation.

    La regard de la jeune fille est apaisant , presque hypnotique.

    Merci pour le Fonelle d’or , je vais me le mettre bien au chaud celui là;-)

  • Emmanuelle Hamez

    Souvent, c’est en fixant une vieille photographie jaunie, en croisant le regard d’une personne du passé, une arrière grand-mère par exemple, figée pour l’éternité dans une pose digne, que j’éprouve cette sensation d’éternité. Un condensé de la vie de cette personne là, de cet être là. Et donc de tout ce qu’est une personne.

    Je pense aussi à ces photos prises par centaines d’un tout jeune bébé. Il arrive qu’une sorte du lot : une où l’enfant est vraiment présent, lui dans toute son entité, lui au delà de son âge. Ma mère les collectionne et les appelle ses photos sans âge.

  • Lafeeclochette

    Des photos comme celle-là,ça cherche la vérité au-delà de l’image,on dit que les yeux sont le reflet de l’âme..tellement vrai que lorsque l’on ment,on ne peut regarder l’adversaire dans les yeux sans avoir les yeux qui piquent et qui s’embuent,preuve que derrière le regard,il y a l’intention..le profond..l’essence de l’être,au-delà du paraitre..

  • Kiddo

    Oh oui, je reviens sur ce blog et cette jeune fille me regarde et me dit « bienvenue à la maison » la maison de la beauté, de la grâce, de l’infime, du détail merveilleux.

    Oh oui, bonjour Fonelle et bonjour la Horde, ça fait du bien d’être là, de se poser une seconde ici en suspens dans ce monde de chutes.

    En parlant de visages sublimes et remplis d’éternité, on pourrait parler d’Emmanuelle Riva et de Jean-Louis Trintignant dans le nouveau Haneke, non ? Merveille(s).

  • ChristelleW

    Enlever le voile, l’âme à nue. Sa philosophie à ce Platon photographe c’est un peu tout l’inverse de ce qui se fait dans la photo mode. Au fond ça m’enchante parce que j’aime les deux. On se voile la face pour tant de choses, mais en fin de compte on finit toujours par se dévoiler (à soi-même en tout cas).

    Merci de m’avoir fait découvrir le travail de cet artiste que je ne connaissais pas. Ces nombreux portraits sont d’une beauté inouïe, quasi brute.

  • so

    Merci Pimpi, j’ai eu comme un moment de gêne…

  • Lafeeclochette

    Il y’a une telle mélancolie dans ce regard,elle me fait penser à une Madonne,une Pieta….

  • pimpi

    @so: non,non, pas de ta faute, moi aussi j’ai le hoquet sur le blog (mesdames et messieurs de l’informatique faites nous peur svp!)
    La photo m’évoque Ste Thérèse de Lisieux et ses roses, atmosphère ultramystique, extase du même nom.

  • so

    (mon ordi a eu un bug, j’écrivais un commentaire et il n’apparaissait pas… j’en écrivais un autre et un autre… )

  • Solexine

    C’est surtout qu’on rejoint la mythologie dans cette photo : le regard d’Iphigénie avant son sacrifice, peut-être… C’est beau.

  • Delphine

    c’est fou comme on dirait une icône russe ou un botticcelli
    on sent tellement bien le regard du photographe qui fait ressortir celui du modèle, ça me fait penser à une phrase lue il n’y a pas longtemps, qui dit que plus on regarde les choses, plus elles nous paraissent étranges (c’était en anglais cette phrase, alors en vrai ça dit « strange », et c’est plus beau)
    ça s’applique bien ici, et ça change du regard rapide et souvent lisse
    je vais aller me regarder un peu, tiens

  • Minika

    C’est tellement beau que ça en devient religieux.

  • Chris

    Je me suis effectivement demandé s’il s’agissait d’un tableau. Le regard de cette jeune fille est si profond qu’on en est hypnotisé. Et cette envie de caresser sa joue pour en sentir la douceur.

  • Francette

    Je vous voir Fonelle dans cette photo. Ça doit être les Arméniens, les Grecs, tout ça…

  • so

    La vérité c’est ce que l’on cherche dans une photo.

  • so

    Merci de nous faire découvrir ce photographe. La photo est émouvante.

  • so

    Merci de nous faire découvrir ce photographe. La photo est très émouvante, elle a quelque chose de l’ordre du religieux.

  • Monica

    De très beaux yeux qui disent quelque chose.

  • 1L
  • 2L
  • 3Le sac à dos Courrèges pour Eastpak
  • 4La playlist du week-end
  • 5
  • 6Karl au pays de Sissi l
  • 7Le radiocassette de l
  • 8La transparence de la veste Avoc
  • 9Le concours de Colette pour gagner des Timberland rouges
  • 10La collaboration entre Olympia Le-Tan et Caviar Kaspia
  • 11La playlist du week-end
  • 12
  • 13Le T-shirt « The Mighties » de Clémence Poésy pour Pablo
  • 14Dans le sac d
  • 15La chemise vraiment hawaïenne de Childish Gambino
  • 16L
  • 17Les tenues dailyrantes du week-end
  • 18La playlist du week-end
  • 19
  • 20L
  • 21Le trench fantomatique de Monographie
  • 22Le concept futé de l
  • 23Le musc enivrant de Parfum d
  • 24Les tenues dailyrantes du week-end
  • 25La playlist du week-end
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31