11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Comment sait-on qu’on va garder les choses longtemps ?
Le blog de Sophie Fontanel

Comment sait-on qu’on va garder les choses longtemps ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • MARDI 9 DÉCEMBRE
  • MARDI 28 OCTOBRE
  • 20 novembre 2009: un col fermé enclenche-t-il illlico des ouvertures?
  • Là, Fonelle se met en quête de tennis à scratch

un pull apc atemporel bordeaux chiné sur lauren bastide

C’est un com’ de Jicky qui me donne envie de soulever la question ci-dessus. Jicky parle d’un vêtement qu’elle a acheté, assez cher, mais elle sait qu’elle le gardera longtemps. Et nous avions la même discussion avec Lauren Bastide à une présentation A.P.C. (photo) à propos de ce pull très, très beau, très, très lie de vin qu’elle pensait pouvoir garder des années. Ah, si c’était si simple…

Si on pouvait savoir à l’avance qu’un vêtement va devenir vraiment nous, on vivrait dans le boulevard du goût, sans jamais faire d’erreurs. Moi, je cherche sans cesse cet objet contenant de l’éternité, et je peux dire que chaque pull que j’achète, c’est en pensant à notre éternité à lui et à moi. Et pourtant, je me trompe si souvent. Le vêtement qui allait être un compagnon, perd encore plus vite sa magie qu’un moniteur de ski en costume de judo. Il devait être atemporel, et le temporel le prend à la gorge, six mois plus tard je ne l’aime plus. En revanche, d’autres vêtements sur lesquels je n’aurais pas parié un euro (parlons des euros, tant qu’ils existent encore), voici qu’ils se mettent, eux, à m’aimer. A me faire des douceurs insensées, à s’imposer dans ma vie.

Comme tout cela est étrange.

Fonelle d’Or évidemment décerné ce jour à Jicky.

A jeudi, les adorés,

Fonelle

 

Ps. Domino, on dit ça… on dit ça… (le Ps. opaque que personne ne comprend !)

Ps2. Monica, merci de m’avoir précisé que quand les Américains m’appellent « veteran » ils ne veulent pas dire « vieille ».

Ps3. La féeclochette, les sages résolutions… faudrait que j’aille courir aux Tuileries comme j’avais dit…

Ps4. La Canette, j’ai pris small (re-Ps. opaque).

Ps5. Gag, mes souliers de la fois dernière sont des chaussons de gondolier. Ça s’achète à Venise, ou bien sur Internet, j’imagine.

1
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

38 réponses à Comment sait-on qu’on va garder les choses longtemps ?

  • caroline

    Quand on a l’impression, à l’achat, de l’avoir depuis longtemps, et qu’on imagine même pas avoir un jour fait sans lui. Récemment : un pull en cachemire bien épais, bleu parfait, bien grand mais pas trop, acheté 5 euros à la braderie de Lille. Un pull doudou, dans lequel on a l’impression d’être à l’abri du monde, que rien de mauvais ne peut nous arriver. (doudou mais pas avachi. avec une chemise blanche dessous qui dépasse…)

  • pinassotte

    C’est tellement vrai ce que tu écris là ! Pourquoi nous tombons raide dingue d’une fringue que nous trouvons totalement obsolète et sans intéret quelques mois plus tard et pourquoi nous achetons un vetement pas nécessité et sans grand intéret stylistique, nous en faisons une pièce maîtresse de notre dressing, que nous garderons coûte que coûte. Peut être parce que comme le dit cet adage « souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie » tout simplement. :)

  • bonbon

    et le fut là…! canon aussi…. apc also ?

    et pour répondre à votre question…. on le sait… at first sight !

  • Elise

    Les tracas de la modernité, une quête continuelle entre éternel et transitoire.

  • Rach

    Mon manteau (petit parisien) noir en cachemire que j’adore. Je le traine depuis 11 ans. J’y tiens tellement que j’ai fait refaire la doublure en satin, mais bon depuis l’an dernier je ne fais plus que le regarder dans le placard…. et outrage j’envisage cette année de lui être infidèle et d’investir dans son petit frère tout neuf et tout beau…. Car hélas oui il est comme moi mon vieux manteau il a pris de la bouteille, à moi les rides et les cheveux blancs… à lui l, les manches élimées, les coutures qui lachent etc…….. Bref Il en va ainsi des « fait-pour-durer » un jour où l’autre on est obligé de s’en séparer. Quelle tristesse !!!!!!!!

  • sabcestbien

    pour moi, je résume l’intemporel en basic ; c’est simpliste mais ça a le mérite d’etre une théorie….
    par contre, je dis pas que je m’y tiens, des fois, je me dis que je devrais acheter que du monochrome comme certains peintres ça simplifierait de beaucoup les achats à chier…
    si évite les motifs on évite déja certaines errreurs mais on passe à coté de certaines merveilles alors faut-il toujours oser ? je oui mais pas toujours.

    on veut qu’un truc soit intemporel mais il foire au lavage, là c’est pas notre faute…

  • Virg'

    Mon petit pull marine. Vrai pull marin, peut-être aussi parceque c’est à la base un vêtement de travail, il garde sa couleur, sa chaleur, sa forme mm si on le remonte au dessus des coudes, sa coupe reste à travers le temps si on pense à ne pas le prendre trop grand et surtout pas de coton. Il calme mes talons de douze ou ma jupe fendue, aime mes converses et mon slim, en soirée complètement dégrafé avec un pantalon de smoking un gros bijoux il fait le job aussi, un vrai vêtement de travail quoi. Et non avec LUI je n’ai jamais touché le fond de la piscine.

  • Dom

    Bon, mais en même temps, une fois qu’on l’a trouvé ce graal, on fait quoi ? On arrête de jouer ? C’est pas marrant marrant hein ? La complétude vestimentaire c’est le début de l’ennui

  • Solexine

    Les vêtements que j’ai depuis le plus longtemps et qui me collent à la vie depuis toujours- même si ils dorment au fond d’un placard-, ce sont les petits vêtements de mes poupées d’enfance, rangés en vrac dans une mini valise pop années 70; ils sont doux, ils sentent bon l’enfant (pour autant que je m’en souvienne, je ne les sors pas tous les jours non plus, faut pas déconner ;-)), certains ont été fabriqués par ma grand-mère, ma mère , et même par moi ( du micro Margiela avec des « attaches Parisiennes » en guise de fermeture !). Je ne me suis jamais posé la question de savoir si j’allais les garder, ils m’ont toujours suivie, c’est tout; shame on me, à mon âge ?…euh non, même pas.

  • Le maréchal

    La recherche du vêtement a-temporel est la recherche de l’essence de soi, au fond.
    Même si je doute encore, même si au fond de moi je recherche cette intemporalité, je me dis de plus en plus c’est moi qui fait le vêtement et non le vêtement qui me fait moi.

    Fixé dans le temps, l’intemporalité est proche de la mort, du mythe des grandes figures du cinéma ou de la mode dont on ne voit que l’aspect extérieur finalement et dont on cherche à s’approcher par le style. Chercher l’intemporalité, c’est se rapprocher d’un certain Olympe mais c’est aussi s’éloigner de la vie, du mouvement, du changement… et de la mode.

    Et puis, je trouve plutôt triste les personnes qui ne se vêtent que d’une seule couleur, ou que de tailleurs, par exemple. Ce côté faussement rassurant me fait peur. Et si je trouvais enfin mon vêtement intemporel, quel ennui, je crois que je serais prête pour le cercueil ! L’intemporalité ne fait pas forcément la personnalité.

  • Milky

    J’avais un vêtement « éternité », une veste en agneau, un cuir fin fin fin, un peu brillant, merveilleusement souple, une merveille qui m’avait coûté un bras et que j’avais largement rentabilisée, ce qui ne m’arrive pas si souvent avec les fringues très chères.
    Un jour, je l’ai blessé comme on blesse les gens qu’on aime, sans faire exprès et en m’en mordant les doigts après : il était un peu fatigué, et le monsieur de la boutique m’a proposé de le « reteinter » (ou « repigmenter » ? J’ai refoulé). J’ai accepté. J’ai récupéré un truc immonde qu’on aurait dit du skai, du vilain gros skai rêche et mat. On aurait dit une opération de chirurgie esthétique ratée et irréversible. J’en ai chialé… Un vrai chagrin d’amour !
    (depuis, on se réapprivoise, mais ce n’est plus la passion.)

  • annemarie

    Pour ma part, je pense qu’un vêtement n’est pas intemporel, quoique j’en dise sur le moment, quoique j’en souhaite. Pour une raison. parce que comme cette horde l’illustre ici tellement bien, chaque individualité n’est pas UNE mais multiple. En années, en mois, en semaine et même en jour (si, si, la première qui n’a jamais acheté une vêtement/accessoire/chaussure à 12h pour le rejeter 4 h après me jette son premier sac CAMPOMAGGI ! (là je rattrape, car pour le coup ca fait un moment que la passion dure pour moi !)).
    Bref, parce que la mode ((ce pull magnifique aujourd »hui ok mais bon lie de vin jusqu’à quand ??? )
    parce que nos attitudes « moutonnières » bien que l’on s’en defende (mouton moi jamais)) n’est pas sur ce blog que je lisais tout le mal possible des pantacourts il y a quelques mois et quelques mois plus tard sublimiser la chose !Et c’est tant mieux. Sinon la vie serait bien monotone.

  • IsabelleMijauree

    vaut mieux pas savoir à l’avance qu’on va faire du chemin avec un pull, ou avec un quelqu’un d’ailleurs sinon, on se met à compter dessus, voire on prévoit l’avenir et on achète plusieurs du même (marche moins bien avec un quelqu’un) et là, c’est l’ennui, or on aime mieux être surprise par un charme distillé, que s’emmerder

  • claire bidault lapomme

    bonjour,
    voila la rubrique qu’il me fallait
    j’adore la mode depuis toujours et intellectuelle, fille d’intellectuels bannissant et brocardant la mode j’ai toujours tenté d’y voir de l’art au quotidien, de la quête spirituelle, de la communication non verbale et tout le tralala.
    profession libérale en représentation perpétuelle auprés de tous publics de tous âges
    maman de fille branchée et belle maman de filles au physique fort différent du mien mais très attachées au paraitre sans pour autant avoir beaucoup de moyens financiers.
    je persiste et signe: la mode n’est pas futile c’est un langage, une politesse.
    elle est fondamentale et » toc « aux pisses froids de toute part
    un vêtement qu’on garde longtemps est un vêtement:
    dans lequel les gens qu’on aime nous disent que l’on est belle;
    dans lequel les gens dont on admire le loock nous jettent un petit coup d’oeil nous reconnaissant comme étant des leurs,
    dans lequel des gens des années après on nous demande la marque
    dans lequel alors que l’on a grossi , on nous demande si on a pas maigri
    dans lequel des années après on a l’impression de le voir dans le spécial mode de la saison en cours
    dans lequel des étrangers nous reconnaissent comme française et parisienne, ou mieux nos amies provinciales ou devenues neeworkaises nous demandent de les guider dans leurs courses parisiennes

    aussi après des années à rêver de ce que pourrait porter Rosemary(pour vous dire mon âge), ou d’Inès, en fonction des aléas de ma vie et donc de mon poids

    et la collection de décennies du « ELLE » je suis toujours dans cette quête et je l’affirme c’est un sens de la vie d’une française du vingt unième siécle même devenue provinciale ….

    Merci à FONELLE et à toutes

  • juriste-in-the-city

    Ne mettons pas trop d’espoir ni de sentiments dans nos vêtements, ce ne sont que des bouts de tissus après tout …

  • jicky

    @Cotonnière: moi aussi, quand j’hésite je me demande si Inès DF le porterait (ou Fanny Ardant, ça dépend). Assez efficace… On repose bcp de choses, avec des interrogations comme ça, et on évite bcp d’erreurs…

  • ju

    c’est ben vrai ça Dame Fonelle!!
    En voilà une chose étrange et incomprehensible…..
    pourquoi j’ai encore mon sweat h&M d’il y a 3 ans alors que mon pantalon claudie pierlot commence déjà à me saoûler ???
    Pourtant , je m’applique, je prends de bonnes résolutions, je fais même des progrès : j’te juuuure , regarde ma penderie: fini les achats « débiles » de mes 20 ans

    No comprendo. Alors quoi? « allô » le psy?, rendez vous chez l’acupuncteur? séance de vaudou? télépathie avec Satanas?

    Baaahhhh…..pas grâaaave, la quête du saint Graal dure bien toute une vie ,non?

  • Cotonnière

    J’ai longtemps été en quête de ces vêtements éternels, qui auraient une âme. Et j’ai trouvé une technique infaillible : lorsque je vois un vêtement qui m’appelle, je me pose la question suivante : est-ce que je léguerais à la fille que je n’ai pas encore ? Si la réponse est oui, je sais que j’aimerai ce vêtement à vie.
    D’autres questions subsidiaires : est-ce que Inès d.l.F. le porterait ? est-ce que je le mettrai pour une ballade en forêt ?

  • Dom

    J’ai bien réfléchi et je cocnlus que ce sont les vêtements qui choisissent ce qu’ils vont faire de moi : certains restent, d’autres partent, sans qu’aucune logique ne m’apparaisse. Quelque soit le prix, la marque ou l’imtensité de l’orgasme lors de l’achat, impossible de prévenir leur avenir.

  • isabelle

    Le pull est superbe, j’aime cette couleur !!!!!

    J’ai également un coup de coeur pour le pantalon !!!!!
    APC pour le pull, mais le pantalon je le veux!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Une âme charitable pourrais me donner la marque.

    Merci !!!!!!!!

  • Patou

    Comment savoir ? C.est qu’un vêtement ça trompe énormément. Ce n’est qu’à l’usage qu’on peut répondre à la question.
    Le vrai problème n’est il pas qu’on a trop de vêtements, à tel point qu’on ne peut pas leur être fidèle ?
    Moi, il m’est déjà arrivé d’acheter des vêtements pour ne pas décevoir la vendeuse … Autant dire tout de suite que ceux là je les ai vite trompés

  • Cilaïne

    idem mais pour les sacs….à chaque fois je crois que c’est Le Bon…et maintenant je ne sais plus où les ranger….

  • Laura

    Et si tu avais écrit, « Comment sait-on qu’on va garder un homme longtemps ? » ????
    Ca marche aussi, tu peux écrire ton article tout pareil….Enfin, presque, mais tu m’as comprise, hein ?
    A bientôt, Sophie-djann !

    PS : Non, je ne t’ai pas copié, Isis de Paname…

  • julie

    il n’y a pas une chose que j’ai désirée longtemps (voire plusieurs saisons) qui ne soit pas devenue pour moi un classique (une boots MartinM, des boots M. Vivien / même une montre médor: un classique en soi c’est vrai) tellement j’habitais déjà la chose (en l’occurence la shoes) avant de la porter / posséder …

    en revanche mes achats compulsifs ne tiennent pas longtemps la route, voire ne sont jamais « incarnés » … et j’apprends à les donner sans attendre que ‘lon s’apprivoise (sujet d’un ancien post, je crois d’ailleurs )

  • Lafeeclochette

    Alors là,Sophie,j’adore cette silhouette ,est-ce toi..?bon,à propos de tes questions existentielles,oui,oui,je pèse mes mots,je te suggère ma réflexion au sujet de l’ intemporel des vêtements,c’est souvent ceux qu’on achète sans grande conviction,mais en se doutant un peu que c’est un bon achat,même si on l’aime qu’à moitié,et qu’on le laisse dans le placard,et puis, soudain,on le redécouvre,on l’essaie,on le porte,et le fait qu’il ne soit pas ,ou plus très à la mode,mais de très bonne qualité,nous encourage à le porter,le bichonner,et devient un bon basique,que l’on porte avec plaisir,parce qu’il ne se fait pas remarquer,mais qu’on est bien dedans,et qu’il nous sauve les matins où l’on ne sait pas quoi mettre,et où l’on a envie d’être juste nous,facile, presqu’inaperçue…

  • missladybird

    C’est si joliment dit!
    Les vêtements dont on sait qu’on les gardera longtemps sont ceux pour lesquels ont sait qu’on sera très, très frustrées si le temps les abîme…
    Comme le pull un-peu-argenté-mais-pas-trop de la collection Vanessa Bruno pour La Redoute l’an dernier et ce pull que tu nous montres qui est absolument magnifique!
    Ce sont ceux aussi qu’on achète tout de suite parce qu’une fois vus, on ne se voit pas vivre sans, et ceux qu’on a pas achetés de suite et qui nous obsèdent une fois rentrées chez nous!

  • Domino

    On dit ça, on dit ça……………t’as bien raison
    Samedi je rentre au H&M rue de Renne, j’arrive en haut de l’escalator et je tombe nez à nez sur un pull tout simple avec le bas des manches brodé de pierreries et juste en dessous un pantalon cigarette imprimé dévoré noir et marine, Je pense tout de suite qu’il me les faut, up je prends ma taille, je marche un peu plus loin, je vois un pantalon imprimé cravatte, je sais que ça va être l’imprimé de l’hiver, bien qu’il soit en coton je me dis qu’avec des collants en dessous en plein hiver ça fera l’affaire.
    Et voilà comment la mode nous attrape.
    Un vêtement atemporel ça n’existe pas, quand on croit l’avoir trouvé, on s’aperçoit plus tard qu’on a plus envie de le mettre. Pourquoi parce que les proportions ont changé. La mode est une question de proportion
    Une chemise blanche, un pull noir, c’est une question de longueur, de largeur, ça évolue plus doucement, mais ça change tout.

  • Polly

    ça compte si on garde les choses mais on ne les porte pas? comme je suis un peu fétichiste, j’ai plein mes armoires de vêtements qui me rappellent des choses et que je ne peux jeter… je les sors une fois par année, ou pas, mais incapable de les laisser à d’autres! hum hum, c’est pas le syndrome de diogène ça?

  • Anne à Ibiza

    Un vêtement qui dure, j’appelle çà un basique-sur-mesure. L’ami fidèle qui a la couleur, la forme et la matière qui nous convient à nous et à notre mode de vie.

  • jicky

    j’ai aussi 3 pulls (1 gris, 1 marine, 1 noir) de chez Soft Grey, en 50%soie-50%coton, achetés il y a7 ou 8 ans et que je porte toujours. Si j’essaie de savoir pourquoi, ces pulls, je les porte encore et les porterai encore longtemps, ça donne:
    - leur col V, ouvert jusqu’au nombril, mais à boutons intérieurs, ce qui fait que, col ouvert, les boutons sont sur l’extérieur et que tu peux régler le V. Donc, classiques et super originaux à la fois, que normalement c’est Alexander Wang qui aurait dû les inventer.
    - la matière: portés tous les 3 en boucles 12000 fois, zéro bouloche au bout de 8 ans (et pourtant du bon made in China c’est sûr). Chauds et fins à la fois.
    - leur couleur: gris, marine, noir. T’enfiles ça sans reflechir…
    - payés une misère (donc rapport au reste, t’y tiens encore plus, un peu comme des trucs que t’as payé un bras, justement)

    voilà, c’était un exemple…

  • isis de paname

    En fait c’est comme pour un mec, il suffit de regarder le taux de lassitude..
    Isis

  • MissAPK

    Les choses que je garde longtemps correspondent souvent à celles que je mets tout de suite en rentrant du magasin et que je garde toute la soirée même si tant pis c’est pas encore la saison. C’est les coups de foudre. Quant à celles qui reste une semaine dans le sac, elles finissent généralement toutes seules au fond du placard. Celles-là, on ne devrait même pas les acheter. Le monde est cruel, eh oui. Mais ce pull là, avec cette couleur parfaite et cette forme, il est bien du genre à finir sur mon dos là maintenant tout de suite et tant pis si c’est pas la saison

  • Monica

    J’ai envoyé un com qui a disparu, bouuuuu. Tanpis. C’est un sujet qui me parle tellement, tellement, mais j’ai pas le courage de tout réécrire. Je disais en substance qu’idéalement je serais habillée toujours pareil, sobrement, avec du très beau de y’a très longtmemps. Mais pour faire une comparaison flatteuse (pour moi), je sais pas si Sophia Loren aurait été mignonne habillée en Jane Birkin… Je me demande maintenant. En ps, quand-même, je te disais ma joie insensée à la découverte de mon fils dans le dailyELLE samedi…

  • Murielle

    Je pense qu’on se lasse moins vite de choses simples, unis, classiques, style un simple pull noir en V dans une belle matière.
    Pour ma part j’abandonne trés vite les imprimés, à part le léopard mais là encore une fois c’est devenu un classique

  • Monica

    Ah la la la la la la la la , qu’est-ce que ça me parle ce sujet-là. Moi aussi, c’est ma quête, depuis toute petite, j’ai l’impression. A 5 ans, j’avais une robe trapèze bleu marine gansée de blanc, que j’aurais bien gardée toujours, mais j’ai grandi, faut l’accepter. Cette chose qui durerait longtemps, j’appelle ça le « sac idéal », ou « le jean idéal » ou « la veste en cuir idéale », « la veste militaire idéale », etc. On me chambre assez à la maison avec ça. Je cherche, mais y’a quand-même des contingences, comme le prix, par exemple. Si j’avais le compte en banque de Kim Kardashian (bon, c’est elle qui me vient à l’esprit dans le genre ‘j’achète ce que je veux quand je veux’, j’aurais sans doute un look très sobre à la Jane Birkin, car le vrai vrai beau, il me semble, est tout simple. Au lieu de ça, j’ai un look « indéfini », qui change tous les jours, et qui me plaît qu’à moitié.
    ps: Joie in-sen-sée de découvrir mon fils dans le dailyELLE…

  • La courgette sauvage

    Pour les hommes c’est pareil?

  • jicky

    [merci Sophie, pour ce Fonelle d'or, je ne pensais pas avoir touché un sujet si... brûlant, au fond]… si ma mémoire est bonne, je crois que j’ai dû écrire ça à propos de ces bottines Acne achetées récemment (et comme ça ne m’arrive pas tous les 4 matins, ce genre de folie…). Alors après, comment je sais que je vais garder ces shoes longtemps? je crois que je ne le sais pas moi-même (tout en en étant certaine), mais il y a quand même quelques petites choses qui, à bien y réfléchir, apportent des raisons à cela: d’abord, il s’agit de chaussures (or, je me connais, autant en fringues, je ne suis pas si sûre de moi envers moi-même, autant en shoes, je sais que qd ça flashe, même si c’est cher, ça va être pile poil « moi » et donc à garder longtemps); et d’une.
    Ensuite, dans le cas précis de ces bottines, elles correspondent aussi à une sorte de néo-chaussures du passé. J’avais eu une paire de Mosquitos ds les années 90′ qui ressemblaient énormément à ces Acne, et que je portais mais alors, sans arrêt (le genre de chaussures qui est un shoesing elles toutes seules, à une époque où j’avais 5 paires de pompes; alors qu’aujourd’hui je peux ajouter un 0 au 5!)…
    Sinon, ça me le fait aussi avec d’autres fringues, mais leur particularité, c’est que c’est de l’ordre de l’évidence, parce qu’elles sont à la fois originales, intemporelles et, surtout: increvables. Mais le point commun est quand même, souvent, la simplicité et la sobriété du truc…

  • Lionel

    J’y suis également, dans la recherche du vêtement beau et éternel. Si vous trouvez, tenez nous au courant!
    Non parce que la toile de jute, ça gratte un peu…

  • 1L
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31