11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Est-ce que le vieux, c’est mieux ?
Le blog de Sophie Fontanel

Est-ce que le vieux, c’est mieux ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Puis-je un instant me la raconter ?
  • Est-ce que l’élégance peut coûter 5 euros ?
  • a-t-on le droit de préférer le blouson au perfecto?
  • on a tous en nous quelque chose d’une parisienne?

un porte-monnaie bleu trouvé au marché aligre vintage

Je vous jure que cette photo n’est pas un assemblage fait par moi. Je n’ai rien à voir dans sa perfection. C’est telles quelles que se présentaient les choses l’autre jour aux puces du marché Aligre, place Aligre, à Paris 75012. J’ai acheté quoi, dans ce tas, selon vous ? Le porte-monnaie bleu, bien sûr ! Mais j’aurais pu tout prendre. Mais résumons : lesquels d’entre vous, comme moi, font partie du grand club des amoureux du vieux ?

J’étais médusée, l’autre jour, entendant un copain refuser d’acheter des couverts argentés d’occasion, au motif que « c’était quand même mieux les trucs neufs ». Moi, si on veut faire mon bonheur, il n’y a qu’à m’amener dans un vide-grenier. J’ai déjà parlé de tout ça, j’en ai bien conscience, sauf qu’aujourd’hui, je m’attache plus spécialement à ce qu’on pourrait appeler le « plus produit » du vieux. Ce qui est vieux a résisté au temps. Ce qui est vieux est pourtant bien fragile, a été abandonné, oublié, vendu, volé, ET MOI J’ARRIVE. Ce qui est vieux a été aimé par quelqu’un, peut-être. Ce qui est vieux doute peut-être de pouvoir être à nouveau aimé. Ce qui est vieux est unique, car plus rien dans le neuf ne lui ressemble vraiment. Ce qui est vieux n’est pas cher, alors que ça peut vous devenir très cher, car on s’attache vite à ce qui est vieux, il ne faut pas perdre de temps. Ce qui est vieux est poétique. Ce qui est vieux contient une moitié de vous, sinon vous ne l’auriez pas reconnu. Ce qui est vieux non seulement n’est pas mort, mais peut renaître.

Voilà, c’était mon hymne à mon porte-monnaie.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Isa du Moun et à Domino qui savent mesurer les braguettes.

À mardi, les adorés,

Fonelle

Ps. Cotonnière, oui tu as tellement raison, dans les vêtements d’un homme, c’est là qu’il faut être si féminine.

Ps1. Virg’, « descente de slim », oh mon dieu ce que tu es drôle, c’est ça, c’est ça !

Ps2. La fée Clochette, ce qui te semble familier chez moi, je sais pas ce que c’est, mais ça me fait pareil à lire ton commentaire.

Ps3. So, ah la Renée de Lartigue… ses débardeurs et ses bracelets…

Ps4. Chris, moi pareil : le futal de l’autre jour me fait peur et envie. Je ressens la même chose avec James Bond.

Ps5. Minika, tu as raison, ces grands vêtements, ça donne parfois un côté doux et vulnérable. Ça me fait penser à Charlie Chaplin, du coup…

Ps6. Alice Ritter. Oui il est subliiiiiiime, ce pantalon large de Margiela. Tu m’ôtes les mots de la couche, comme disent les nouveaux nés (oh seigneur je n’ai quand même pas écrit cette phrase ?).

 

0
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

58 réponses à Est-ce que le vieux, c’est mieux ?

  • Marieposte

    Le vieux est souvent peu commun (il ne déferle pas dans les vitrines..), rare (il y a rarement dix exemplaires du même objet dans les brocantes), le vieux a traversé le temps pour venir jusqu’à toi. Juste pour ça, j’aime le vieux.
    (N.B, le vieux ne doit sentir la biquette ni le moisi. Le vieux peut sembler alors encore plus attrayant que le neuf. Par exemple: Leonard Cohen, mais je m’égare).

  • Lisette

    à cette heure ci, dans la chambre d’amis de la maison de ma vieille grand-mère (la meilleure), je vous lis toutes, autant dire que la larme à l’oeil y était itou. C’est rigolo car j »écoute une vieille cassette d’Higelin (oh qu’c'est beau!), grâce à une vieille radiomachine « brandt » qui grésille et qui pèse quelques 5 ou 6 kilos. Ca parle de plage, de rêve, de voyages, et même de « s’arracher de cette putain de flemme » justement….
    Ces vieilleries sont des choses que j’ai retrouvé cet après midi dans les cartons de ma feue marraine d’amour.
    Ces deux choses faisaient des galipettes avec un tas d’autres petites merveilles (bijoux, parfums, perles, souvenirs, foulards, cartes, et photos en tous genres…) je collecte, j’accumule les jolis trucs, anciens, sereins, authentiques, oubliés, pas très utiles… c’est dérisoire hein!? mais c’est joie bonheur que d’avoir le coeur pressé et que de briller de l’intérieur pour ces petites misères à qui l’on construit un nouvel univers, non plutôt, qui trouvent leurs places dans mon univers.
    Mmmh, aussi que: cette histoire de « la » bonne personne qui scintille et vous fait scintiller, ça m’manque un peu , et même que ça me donne sérieusement « Envie » de replonger dans le regard de l’une des pièces de mon « puzzle » magique.

  • lilou

    Cette photo est magnifique! De loin, je croyais voir de vraies plumes en dessous. Je lève la main pour le club des amoureux du vieux. Le vieux c’est un bout d’histoire, parfois de l’Histoire, que l’on s’approprie et que notre imagination recrée à loisir. Avant, j’avais en horreur le neuf, ça n’avait pas d’âme car pas d’histoire,j j’ai découvert récemment, en voyageant dans des pays moins ancrés que nous dans le passé, à quel point le contemporain pouvait, justement par cette absence d’histoire, libérer l’esprit et créer des ambiances bien plus épurées et légères. Le mieux, c’est un mix de vieux et de jeune!
    (j’aurais pris les couverts, la bonbonnière et peut-être le petit globe!)
    Carole, plein de bonheur à toi! et à Marina aussi…
    Sophie, votre blog est vraiment un endroit merveilleux.

  • LaCanette

    Je ne sais plus si je vous avais déjà dit d’écouter ça sur les vieilleries. C’est la paire de ciseaux à couture qui m’y a fait penser
    http://www.youtube.com/watch?v=g5ZPFuEkgyM&feature=youtube_gdata_player

    Ps: on a le droit de pleurer hein, quand on entend ça ?

  • ally

    Je viens de faire un petit tour sur le net, et tout le monde parle de la crise. Et je termine en lisant ce journal, et oh, miracle… Pas de 2ème main parce que c’est moins cher, non, juste parce qu’il y a une âme…

    J’ai toujours aimé les vieux bijoux. Alors, quand nous nous sommes mariés, mon amoureux et moi, nous avons choisi de ne pas porter d’alliances… Nous cherchons, depuis, chez les antiquaires, la bague de mes rêves. Un ami me demandait si ça ne me faisait rien de porter une bague d’une divorcée, ou d’une personne décédée. Je trouve que c’est plutôt comme donner une seconde chance à un bijou.
    (Remarquez, ça ne marche pas à tous les coups, car qui voudrait d’un téléphone portable Nokia première génération?)

    Merci encore pour votre blog, Sophie, et à ses lecteurs. Marina, ce matin j’ai 21 ans en vous lisant.

  • laprincesseaupetitpoids

    Je n’aime que le vieux…..d’ailleurs j’ai un vieux mari…

  • Lili

    Je me demande si le Nicolas Dubreuil dans les commentaires est ce Nicolas là: http://www.francetv.fr/culturebox/les-verites-de-nicolas-dubreuil-laventurier-des-glaces-96185
    Parce que d’un coup, j’imagine Fonelle en kayak au milieu d’un glacier avec un manteau de fourrure, et ça me plait beaucoup :-)

  • Lafeeclochette

    Carole,je te souhaite toute la réussite que tu merites pour accomplir ce petit miracle de la vie,et de l’Amour..

  • Cotonnière

    Comme je suis d’accord avec toi, chère Fonelle, encore une fois ! Et j’ajouterais en plus de tout ce que tu as écrit et qui est si juste, que le vieux a tout à nous apprendre de lui-même, de la vie et de nous aussi.
    Sinon, sur cette table, moi, c’est la montre que j’aurais achetée, car je trouve les montres anciennes magnifiques, si fines et délicates qu’elles semblent suspendre le temps.

  • Carole

    À mardi les adorés….la petite formule résonne en moi. Mardi je serai en Grèce afin d’accueillir dans mon ventre deux petits embryons glaçons issus de la rencontre in vitro des paillettes magiques de mon amoureux avec les bulles vivantes d’une donneuse généreuse…cette rencontre a eu lieu il y a un peu plus d’un an, et depuis, les petits glaçons dorment au frais en attendant que je les réchauffe… Bref, je vais faire du neuf avec du vieux, moi aussi, et ce vieux est bien chargé d’histoire, d’émotion et d’amour… Alors, à mardi les adorés, et sur le lit de ma chambre d’hôtel lors de ce début de couvade, je ne manquerai pas de rester connectée à vous petite fée Fonelle dont les ailes me transportent à chaque fois…

  • cuissesdecoq

    Je suis amoureuse d’un vieux… Lui se considère comme tel (16 ans de plus), moi je ne le vois qu’avec mes yeux d’amoureuse, et pour moi nous avons tous les deux 17 ans..

    Alors cet hymne à ton porte monnaie, pourrait être la déclaration d’amour à lui faire quand il n’aime pas son âge et qu’il se trouve vieux..

    Et moi je vourdrais devenir vieille aux côtés de mon vieux…

  • nicolas Dubreuil

    Chère Sophie,
    d’emblée ( dans blés), moi tutoyer vous, mais sans continuer façon Tarzan, laissons un peu reposer la pate jungle fever qui lève entre nous( là tu te dis, oh la fanfaron! zyva tout doux! – ne dis pas non je l’entends dans le sifflet de mon oreille).
    Je viens à ta rencontre en lachant ma liane donc,car voilà t’y pas qu’à cause de toi, je me surprends à faire du vieux mieux.En effet, je ne suis pas toiletteur mais je te le dis toutou net, tu me fais rire, et je me surprends à faire du découpe page de ton courrier de la mode.
    Et je trouve que le découpe page, c’est plus vieux mais c’est plus mieux que le copi collage; bon je triche un peu car c’est plus du déchirage, avec joli bruit, que du découpage trop ciselé et quand même trop vieux geste, faut pas déconner en chaussons non plus.
    C’est sûr, je reviendrai peut être.
    nicolas Dubreuil

  • Milady

    « Ce qui est vieux a été aimé par quelqu’un, peut-être. »
    Es-tu sûre de parler seulement des objets ?
    Je suis folle mais j’ai parfois l’impression que certaines personnes âgées, à bout de solitude, se mettraient bien en vente aussi pour ne plus rester seules.
    Elles aussi ont une histoire qu’elles ne demandent qu’à partager aussi.
    Il y a parfois beaucoup d’émotion dans un objet…

  • Lafeeclochette

    Marina,ton histoire me touche et m’embue les yeux..j’envie ta jeunesse,et pour ça,j’ai envie de te dire fonce! N’aie pas peur de te prendre le mur,et quand bien même..mieux vaut se prendre un rateau que des regrets pour toute ta vie,et tu sais ,il faut un peu faire confiance à la vie,justement.Moi j’ai tout quitté,mari et famille,amis,ou soi-disants,pour l’homme avec lequel je vis depuis plus de 20 ans,ça a été très dur, le regard de mes trois ados, les reproches de ma mère,l’abandon de mon entourage,j’ai tout affronté,tête baissée.aujourd’hui,je vis entourée de mes enfants,petits-enfants,vrais amis retrouvés,et je regarde devant..on a toujours le choix,et l’on a le droit de se tromper,mais par pitié,évitons les regrets qui rongent et pourrissent en nous..courage,ma jolie,et donne nous de tes nouvelles… Pour revenir aux vieilleries,Fonelle,elles sont notre histoire, notre mémoire,et c’est presque notre devoir de les faire perpétuer.Aux puces chaque dimanche,nous nous baladons,et avec l’habitude,on repère toujours une bricole,un vase kitsch Vallauris à 1euro,d’un bleu sublime,un livre des poèmes de Prévert,en italien,2euros,voilà,ça suffit à notre bonheur….au fait, Marina,connais-tu ce poème-là:que faites-vous là,petite fille avec ces fleurs fraichement coupées,que faites-vous là jeune fille,avec ces fleurs,ces fleurs séchées,que faites-vous là,jolie femme,avec ces fleurs qui se fanent,que faites-vous là vieille femme, avec ces fleurs qui meurent?…j’attends le vainqueur……….

  • Solexine

    WOW ! Cet échange de haute volée entre Mme Fonelle et Marina ( Marina, j’aurais aimé avoir ta maturité, ton nomadisme, ta profondeur…et ta syntaxe ;-) à 21 ans ! Bravo). Je n’ai pas fait le tour de la blogosphère mondiale (il faudrait 18 vies), mais je ne suis pas sùre qu’il y ait beaucoup de « lieux » comme ce blog, où partant d’un post sur les vieux objets trouvés dans les brocantes, on puisse côtoyer de telles cîmes et décoller du sol à ce point… je suis 1 peu dithyrambique,mais c’est comme si j’avais respiré très fort de la menthe, et ça fait du bien… ;-)

  • eliza

    c’est : too « motch » tres moch

  • quinqualibra

    le vieux qui renaît, ça marche aussi avec les quinqualibras ?
    Je ferais bien de mes rides toute une poésie, moi…

  • nila

    @Marina,
    Sophie est une fée,
    perchée sur son étoile, elle envoie quelques fois un peu de son scintillement du haut de son ciel flamboyant et on se sent plus forte et plus courageuse.
    Elle t’a envoyer une étoile filante. Fais un vœux …

  • isa du moun

    Merci Miss Fonelle pour ce Fonelle d’Or, que je partage volontiers avec Domino.

    J’aime bien aussi regarder des vieux objets, et les photographier, mais je n’achète que rarement, et je touche encore moins souvent, parce que j’ai peur qu’après ça gratte… (alors qu’il y a bien + d’allergène dans les trucs neufs, mais bon).

  • rosy

    oui chere Fonelle, ohlala j’aurais pu ecrire la meme chose sur les vieux trucs, à une epoque, mon appartement parisien etait une brocante, un grenier et j’ai tout vendu pour essayer de passer au neuf mais en fait l’ideal c’est de mixer neuf et vieux et depuis j’ai retrouve pleis de vieilles choses que j’adore.
    le vieux c’est poetique, c’est doux, c’est plein d’histoire, c’est réconfortant.
    merci fonelle, j’adore ton porte monnaie bleu.

    rosy qui habite bangkok en ce moment et qui reve du vide grenier d’Aligre.

  • Virg'

    Marina un autre témoignage qui mettra peut-être encore plus en relief celui de Monica, j’ai vécu une rencontre proche de la tienne, 22 ans, un australien, une auberge de jeunesse, l’irlande, une attirance, une évidence et puis concours de circonstances, chacun a continué son chemin mais pendant des années cet homme est venu me hanter et 20 ans après je t’en parle…Le bon moment existe-t-il ?

  • LaCanette

    « Est-ce qu’il ne vaut pas mieux vivre avec cette petite flamme que sans? »

    @marina : c’est une question qui peut tarauder l’esprit et les sens toute une vie.

    @fonelle : j’ai bazardé tous mes couverts « neufs » et j’ai chiné petit à petit des lots de couteaux, fourchettes et cuillers en argent et en métal argenté. Ils sont tous chiffrés et bien entendu ce n’est le chiffre de personne autour de ma table ! Mais justement, avec les canetons, nous imaginons les prénoms, les noms, ceux de jeunes filles puis l’initiale de l’epoux ajoutée en décalé, leur vie, leurs lieux… J’adore les vieilleries !

  • nila

    Oh oui, ça me parle tout ça.
    Je suis une addict des brocantes et vides greniers.
    C’est une chasse aux trésors.
    Les rares fois où je voyage , c’est une des premières choses que je cherche.
    Y aura-t-il un marché aux puces?
    Ce qui est vieux à été rempli d’amour et cette amour scintille quelque fois rien qu’a notre pupille à nous et à personnes d’autres . C’est nous qu’il attendait ! Et quand on rentre après avoir adopter cette objet orphelin , il prend sa place dans notre espace comme une évidence .Et ça me procure une joie immense.

  • framboise

    Ce blog scintille tant ce soir que je suis toute éblouie , merci et bonne nuit les zamis ,

  • Monica

    Et Sophie, est- ce que ton blog n’est pas un miracle? T’es peut-être un Ange, au fond?

  • Monica

    @Marina, encore aujourd’hui j’ai peur de tout, mais je voudrais te dire que je vis depuis 17 ans avec l’homme que j’ai rencontré une nuit de Queen’s Day à Amsterdam alors qu’il partait 3 jours plus tard au bout du monde. Qu’est-ce qui m’a fait m’envoler pour retrouver à 6000 km de chez moi cet homme avec qui j’avais passé seulement une nuit et une après midi, sinon l’envie? Je crois que l’amour est une aventure, pas une assurance sur la vie. Marina, je te trouve merveilleuse. Et mon message n’est qu’un témoignage, pas un conseil.

  • lilou

    Marina, je viens de lire votre message, qui est magnifique et très touchant; même s’il s’adresse à Sophie Fontanel, je peux juste dire que j’irais jusqu’au bout pour n’avoir aucun regret. J’aime beaucoup la réponse de Fonelle et l’image du plâtre, l’impression d’être subitement lié à ne plus pouvoir se détacher, seulement en quelques instants.

  • Anna

    Ce qui serait bien, c’est que l’on soit aussi dithyrambique vis-à vis des vieilles dames…

  • régine

    J’aurais aussi choisi le petit porte monnaie bleu parce qu’il me rappelle les porte monnaies de mon enfance et ajouté le ciseau en argent, parce que ma grand mère avait le même dans sa jolie boîte à couture… Et si les objets chinés, finalement, nous racontaient aussi notre propre histoire en la tissant avec d’autres histoires ? Malgré sa fragilité, l’objet passe de mains en mains… On ne s’approprie pas un objet chiné, on en a « la responsabilité », mais il garde sa liberté !

  • DailyELLE

    Marina,
    je te réponds. Pardon de te tutoyer, mais ça m’est plus facile.
    Tu écris très bien, on sent une pensée limpide et subtile, c’est une joie, ça.
    Sur la question que tu me poses, à savoir : comment est-il possible de se sentir si proche d’une personne qu’on vient de rencontrer (ce jeune homme que tu viens de rencontrer au Vietnam, chez Duras en quelque sorte) ?, j’ai envie de te dire… c’est ça l’amour.
    On nous raconte que ça prend du temps, qu’il faut apprendre à se découvrir. Mais que tu connaisses quelqu’un depuis deux minutes ou deux ans, l’amour ne naît qu’à partir du moment où la personne soudain scintille pour toi.
    L’homme que j’ai aimé toute une partie de ma vie, le premier soir de notre rencontre, alors qu’il ne s’était rien passé, eh bien lui serrant la main pour lui dire au revoir, je n’arrivais pas à retirer la main, on dirait dit qu’un plâtre avait pris, et en retirant finalement ma main, j’avais l’impression que cet homme emportait une partie de ma peau avec lui. Je me souviens d’avoir pensé: « Bon, j’en prends pour dix ans ».
    Ce qui est très compliqué, c’est qu’on ne sait pas ce que l’autre peut se permettre de ressentir, lui. Il semblerait que, sauf cas de folie, ces grands sentiments soient toujours réciproques, mais parfois ça n’est pas le moment, ou bien l’autre a peur de ce qu’il éprouve et se protège, et il faut alors avoir la sagesse de ne pas insister.
    Je crois que la vie est longue et que tout y prend un sens. Ce jeune homme sera quelque chose dans ton existence, peut-être là, peut-être dans dix ans, peut-être dans un cheminement intérieur loin de ce que tu imagines aujourd’hui. La vie est un puzzle, et tu verras que les pièces, on ne sait comment, s’assemblent.
    Rien que d’éprouver ce que tu éprouves est une bénédiction.
    J’aimerais tellement revoir scintiller quelqu’un.
    Puisque ce que tu préfères, ce sont les questions, je te laisse t’en poser une dans le soir de l’Asie : « Est-ce qu’il ne vaut pas mieux vivre avec cette petite flamme que sans? »
    Je t’embrasse
    Sophie Fontanel

  • Marina

    « Madame Fontanel, »
    Allais-je écrire, avant de me trouver bien formelle avec quelqu’un qui nous donne autant de son intimité, de sa pudeur, de ses mots, au quotidien.
    Je reprends donc, avec toute l’amitié que vous m’inspirez,

    Ma Chère Sophie,

    Je suis encore une toute jeune fille. Peut-être pas si jeune ; je crains qu’à vingt et un ans, la société ne me considère déjà comme une jeune femme, avec tout ce que le mot « femme » peut avoir d’écrasant sur des épaules qui sont parfois encore celle d’une enfant. J’ai vingt et un ans, et les mots que vous posez sur votre blog m’accompagnent quotidiennement depuis sa création. Je ne vous suis pas pour vos avis sur la mode, sujet qui m’intéresse sans pour autant effleurer les problématiques de mon existence. Je ne vous lis pas pour votre humour, que j’apprécie toutefois à sa juste mesure. Je ne vous lis pas non plus pour les réponses que vous pourriez m’apporter, car ce dont je me nourris à travers vous, ce sont les questions.
    Tant mieux, je les chéris bien plus que les réponses. Vous avez l’art tisser, à partir d’un sujet parfois futile, des questions d’une élégante profondeur.
    De vos livres, je n’ai -pour l’instant- lu que Grandir. J’ai été émue par chacune de vos phrase, chacun de vos mots. J’y ai reconnu des émotions qui me lient à ma mère, des sentiments qui l’unissent à ma grand-mère, j’y ai reconnu trois générations de femmes, avec tout l’amour et toute l’incompréhension de ces liens qui nous unissent. Je suis pour l’instant en voyage, mais l’envie de lire l’Envie (pardonne-moi, Saint-Johnny, ce grossier plagiat) m’a étreint, oserais-je l’avouer, à la seconde où j’en ai lu le titre. Je suis fascinée de constater à quel point toute la poésie du monde peut être contenue dans un seul mot.
    Pardonnez-moi, je digresse, c’est une sale manie d’étudiante en littérature.

    Je vous écris aujourd’hui, car c’est mon tour d’avoir une question à soulever. Vous n’aurez sans doute pas de réponse, mais après tout, qui peut bien prétendre en avoir ?
    Je sais que la solitude est un sujet qui vous touche. Je suis de ces âmes vagabondes qui ont tellement besoin du contact d’autrui, qu’elle ne peuvent s’empêcher de le fuir, par peur. Je n’arrive pas à m’engager, parce que l’idée d’envisager l’avenir me fait peur. L’échec de mes éventuels projets me fait peur. Alors je voyage, je change sans arrêt de domaine d’études, je flirte sans trop me laisser approcher. La France me manque lorsque je suis à l’étranger, mes voyages me manque lorsque je suis en France.
    Mon âme n’est pas fixe, n’appartient à personne, pas même à moi-même.
    J’ai décidé cet été, sur un coup de tête, de prendre des billets d’avion pour partir au Vietnam, au mois d’Octobre. Je vous écris de la petite ville de Vung Tao, en bord de mer, hébergée par une gentille dame, dans une petite chambre. Le ronron du climatiseur est ma seule compagnie.
    Je pense avec nostalgie à ce jeune homme de quatre ans mon aîné, rencontré il y a une dizaines de jours dans une auberge de jeunesse à Saigon. Un australien, d’origine vietnamienne, qui voyage pour un an en Asie. J’aimerais que vous le voyez. Il a des traits anguleux, pointus comme les chapeaux côniques qui ornent la tête des femmes ici. Un visage de pantère que ses yeux, dans lesquels rayonnent toute la douceur de l’enfance, rapprocheraient presque de celui d’un châton.
    Dès mon premier jour dans ce dortoir, nous nous sommes apprivoisés, reconnus, taquinés, nous avons échangé, partagé ; complices. Rien d’autre que cette belle amitié naissante, ces regards qui se perdaient l’un dans l’autre, et ces conversations qui n’en finissaient pas.
    Après une semaine, le temps est venu pour moi de poursuivre ma route, car mon séjour au Vietnam touche à sa fin.

    Sophie, comment est-ce possible ? Comment peut-on se reconnaître, et se laisser enchaîner si rapidement par un inconnu ?
    Mais surtout, ma chère Sophie, comment laisser derrière soi cette idée obsédante que l’on a rencontré la bonne personne, au mauvais moment ?

    Je vous ai écrit chère Sophie, car vos mots sont un remède à ma solitude ; et si les miens devaient rester sans réponse, laissez-moi au moins vous remercier de les avoir accueillis.

  • Benedicte

    Oui, oui, folle de vide-greniers, Emmaus, dépot-ventes, greniers tout court. Amoureuse du vieux, mais pas du vieillot (oui, il y a une nuance).

  • Tasha

    Moi je mange dans les assiettes en faïence de mon arrière-grand-mère, de la vaisselle populaire (avec des dessins humoristiques qui ne font plus rire personne). Dans les brocantes, certains objets m’émeuvent aux larmes, parfois je prends l’objet que le brocanteur ne veut même pas vendre (il me le donne, du coup) : par exemple cette caisse à fruits américaine, en bois, dénichée à Châteauroux (présence américaine forte après la guerre), dans laquelle le brocanteur avait entreposé des livres… Ou cette photo des années 20, posée dans un cadre dont je ne voulais pas, où l’on voit, devant une belle demeure bourgeoise, deux fillettes éclatantes de joie à côté d’un domestique jovial, couvant du regard les petites (l’une d’entre elles étant perchée sur un cheval)… Je ne sais pas qui sont ces trois personnes, mais elles me racontent des histoires, et je me plais à penser, comme tu le dis, que je les fais renaître un peu… J’entends leurs rires, les mises en garde du domestique à la petite cavalière, le frou-frou de leurs robes. Les choses oubliées me touchent, et tant pis si ça fait cliché…

  • framboise

    bravo@monica ;son « suffit de patienter »avec « le neuf c’est du vieux qui s’ignore » c’est terrrriblement si vrai , terriblement .

  • so

    Sophie, j’aime le vieux car il y a toujours des bouts de mon enfance et de mon arrivée en France dedans. ( je viens d’un pays où l’on ne conservait pas les vieilles choses, alors ça me manque : pas trop de photos de mes parents jeunes, de cahiers, de poupées, de vaisselles…) En plus, le vieux c’est pas cher et ça peut rapporter gros pour ceux qui ont l’oeil (mon mari) : une toile japonaise 20′s achetée 50 francs aux puces et qui valait un voyage pour deux à la Réunion… Du mobilier et des verreries scandinaves dans ma jolie maison, un bureau Paulin qui vient de chez Emmaüs dans la chambre de ma fille, une table d’écolier 50′s dans celle de mon fils : merci merci aux générations précédentes d’avoir pris soin de tous ces beaux objets qui embellissent nos vies. Ne vivre que dans du neuf ? plutôt mourir ! Et ne croyez pas que je n’aime que les grands noms du vintage, j’ai plein de vieilles babioles dans mes tiroirs qui ne servent qu’à me réconforter et m’offrir un peu de poésie.

  • julie

    oui c’est un leitmotiv chez toi cet attachement au vieux et même à la vieillesse … autant je suis terrifiée par ma vieillesse autant j’adore les vieux couverts, le vieux linges les vieux sacs …

  • Zinha

    Je me suis achetée une bague en cuivre ancienne. Le brocanteur m’a expliqué qu’il s’agissait d’un « bijoux des tranchées » (les poilus de 14-18 fabriquaient beaucoup de bijoux et d’objets avec les restes des obus qui étaient tombés à côté d’eux).

    je n’ai pas pu m’empêcher d’imaginer une histoire entre un soldat coincé dans sa tranchée et un femme resté à l’arrière.

    Depuis j’ai l’impression de porté au doigt quelques grammes d’amour.

    L’ancien me touche car c’est souvent de l’amour

  • sabcestbien

    je suis pas d’acc, le vieux peut parfois etre éxhorbitant…

    sinon, j’aime bien les vieux couverts, avec leur forme si originale.
    j’ai déja une montre comme celle de la photo qui me viens de ma grand mere et je la chérie.
    je cherche un porte monnaie comme avait d’ailleurs ma grand mere… faut que je fasse les broc ça me trote depuis longtemps mais on en trouve pas partout,
    l’idéal aurait été d’en hériter de ma grand mere mais pour l’instant elle est toujours là et s’en sert donc j’attends sans impatience.

  • IsabelleMijauree

    on aime les trucs vieux parce qu’un bout d’histoire est caché dedans et que tu peux continuer l’histoire, alors qu’avec les trucs neufs, on n’est jamais sûr qu’on pourra faire une vraie histoire avec
    maintenant si on change truc par « homme », ça tient non ?

  • Nicolas Tavitian

    Je ne dirais pas que, comme toi, je fais partie du grand club des amoureux du vieux. Je dirais plutôt que je fais partie de ce grand club voisin, celui des amoureux de l’ancien. J’ai huit vestes de mon grand-père qui fut, un temps, un tailleur hors pair. Un amoureux du détail. Ses vestes, je ne les porte que chez moi, souvent le soir, lors de ces longs voyages qui consistent à rester pensif dans mon petit canapé blanc. Alors ça ne se voit pas mais je suis en tête à tête. En quelque sorte.

  • Monica

    @loretteb
    Soyons pas trop méchantes avec IKEA, d’autant qu’ils encouragent le recyclage. Chez moi, c’est la fée Ikea qui a fait le boulot, un peu aidée par quelques esprits de l’Afrique et des Caraïbes, et le résultat n’est pas si mal. Et puis le neuf, souvent, c’est juste du vieux qui s’ignore, suffit de patienter.

  • Domino

    Merci pour ce Fonelle d’Or , en espérant que cette braguette ne fasse pas une bosse quand on est assise, parce que les fermetures éclair ça raidit toujours le tissus – Hilarant -

  • marga

    tout ce qui est vieux est habite. les vieux aussi, forcement, et a
    @Minika, oui! oui! oui!

  • Stan

    moi aussi j’adore les trucs vieux, ou en tout cas les choses de seconde main…ça permet d’imaginer certaines choses…J’aime certains objets design bien sûr mais je suis allergique aux intérieurs refaits par M6 par exemple, c’est le comble de l’horreur, du laid, du vide! Je traine dans le vides greniers sans arrêt, ça me change les idées, m’ouvre l’esprit ( des objets que je trouvais bof soudain me paraissent sublimes), et ça me permet de dépenser de l’argent (un de mes vices) sans me ruiner; c’est en plus écologique (puisque ce sont finalement des objets qu’on recycle) et en plus, Sophie, c’est le paradis du Yatil!!…

  • loretteb

    J’aime le vieux, l’ancien. Le vieux sent bon, le vieux a une histoire derrière lui, que racontent chacune de ses cicatrices, le vieux est prêt à écrire une nouvelle page de son histoire.
    Le vieux se mêle parfaitement au neuf et permet de faire un joli twist: rien de pire q’un intérieur qui ressemble à une page du dernier catalogue IKEA.

    Et puis ce que j’aime le plus, c’est le vieux à l’article de la mort, celui qui semble perdu à tout jamais …celui-là qui renait de ses cendres, à coups de bistouris, peinture et surtout beaucoup d’amour…

    C’est par exemple le berceau de mon fils, mon berceau de bébé, et celui de mon père avant moi: le lit aux 3 générations, celui que l’on repeint tous les 20 ou 30 ans. Celui j’espère qui abritera mes petits enfants (bon là je m’emballe un peu, tout juste Maman, j’ai le temps avant d’être grand mère).

  • Sabrina

    J’aime le vieux, moi aussi.
    La plus belle chose que j’ai acheté en vieux, c’est notre maison. Une vieille maison antérieure à la révolution française, avec ses piliers en grès qui sont tous datés, nous renvoyant à d’autres époques, celle des perruques, des poudres blanches en guise de fond de teint et du bruit du taffetas.
    Le plus vieux dans cette construction, c’est bien notre puits, du 15e siècle, qui me fait rêver aux poètes de la Pléiade …

    Le vieux, c’est une invitation au voyage, à aller « voir la rose » et paradoxalement, à mieux goûter le présent.
    C’est pour ça que le vieux c’est mieux !

  • Solexine

    Et la petite mappemonde derrière, qui te crie désespérément :  » moi aussi je suis bleue, prends moi aussi ! », tu l’as laissée ? cette image va hanter ma journée ;-)

  • San

    Moi ce que je trouve bien, avec les objets anciens, c’est qu’ils nous aident à comprendre les objets de maintenant. Ce qui n’exclut pas le coup de foudre, bien évidemment.

    Ton ami, à tous les coups, il aime que le neuf parce qu’il a été élevé dans le vieux et il fait une réaction. Mais le vieux, c’est de l’histoire, c’est le début de l’archéologie. CE qui fait de nous des Indiana Jones, absolument. Et puis c’est exotique, finalement, puisque ça vient forcément de loin (dans le temps, pas forcément géographiquement).

    Et ton affection pour les (objets) abandonnés, oubliés, je la comprends très bien. C’est exactement pour ça que ma fleur préférée, c’est le myosotis : quand j’étais petite, elle me faisait tellement de peine, cette fleur minuscule et délicate, que j’avais décidé de l’aimer, moi, puisque personne ne le voyait.

  • framboise

    J’ ai une petite tendance surement pathologique à m’imaginer ces objets avant qu’ils n’arrivent sur le trottoir,et ça me rend triste de penser a leur vie d ‘avant à jamais perdue; je n’ose les faire miens,alors miss Fonelle ,encore une fois ,votre optimisme débridé est décoiffant , VOUS ARRIVEZ et les objets reprennent VIE. Je m’en vais chiner autrement

  • Greenhair

    Oh oui, une tendresse particulière pour ce qui a déjà eu une vie. Et tout ce qui la compose. J’aime les vieilles choses. Une patine du temps mais jamais du coeur. C’est tendre et doux.

  • Sophie

    J’adore les objets qui ont une histoire (et aussi les hommes qui ont une histoire mais ce n’est pas le sujet) mais aux Puces ou dans les vide-greniers j’avais toujours l’impression de ne pas savoir dénicher LA perle. Et puis je viens d’écrire aux éditions Parigramme un petit guide, « Paris d’occase ». Pour le faire, j’ai écumé les boutiques parisiennes, les bric-à-brac, les brocantes… Et petit à petit, c’est comme si mon regard s’était aiguisé. Chinons, chinons encore et encore!

  • Minika

    Et est-ce que les vieux, c’est mieux ? (en amour)

  • Fi

    L’autre jour j’ai vu dans la vitrine d’un brocanteur une lampe (Cuboluce pour les intimes à carreaux noirs/blancs). En allant l’acheter, j’ai vu une bague magnifique, un tigre serti de petites pierres, du coup voilà, je repars avec ma lampe et mon tigre (parce qu’elle m’allait en + !) et en fait, en réfléchissant je crois que oui, Fonelle a presque la même.. j’aurais pas été contaminée par cette amour des vieux objets par quelqu’un de connu sur ce site?

  • Chris

    Quand j’étais petite j’adorais fouiller, fouiner dans les armoires et tiroirs de ma grand-mère. Il y avait plein de vieux objets, plus ou moins abandonnés, auxquels je redonnais vie en les utilisant pour jouer. Et maintenant ce que j’aime sur les marchés aux puces et autres vide-grenier c’est retrouver le même genre d’objets et les souvenirs qui s’y attachent, même si je n’achète pas toujours.
    J’aime bien les puces d’Aligre.

  • emmanor

    Je crois que pour aimer le vieux, il faut pouvoir éprouver un attachement vis à vis des objets.
    Le seul avantage du vieux pour moi, c’est que la matière est souvent belle. Mais l’âme d’un objet, vieux ou neuf, ça me dépasse.

  • Virg'

    Ayant passé la barre des 40, je ne peux qu’acquieser et tous vous encourager à aimer le vieux, vous y attacher sans perdre de temps. Et confirme tous les plus produits évoqués mm si je n’ai jamais été vendue, ni volée (cette dernière idée me plairait). Me retrouver au marché Aligre ? si c’est aussi bien présenté et entouré, why not.

  • Monica

    C’est un porte-monnaie de petite fille que tu t’es acheté là. Moi aussi je trouve ça chouette de trouver la douceur de l’enfance en fouillant dans mon sac.

  • Annabelle Dias-Madeira

    Moi aussi je suis une grande amoureuse du vieux. Il y a une belle âme dans tout ce qui est vieux, une belle histoire à raconter :)
    C’est attachant.

  • 1#dailyZlatan : sa complicité avec David Beckham
  • 2#dailyZlatan : ses coiffures pendant les matchs
  • 3#dailyZlatan : sa drôle de demande à Twitter
  • 4Le #dailypeople de la semaine
  • 5La playlist du week-end
  • 6
  • 7#dailyBérengèreKrief : son rôle de Kimberley dans le Palmashow
  • 8#dailyBérengèreKrief : l
  • 9#dailyBérengèreKrief: son imitation de Cristina Cordula dans « Le Before »
  • 10#dailyBérengèreKrief : ses « pielfies » sur Instagram
  • 11Le #dailypeople de la semaine
  • 12La playlist du week-end
  • 13
  • 14#dailyAnneHathaway: son rôle d
  • 15#dailyAnneHathaway : son allure Bernadette Chirac
  • 16#dailyAnneHathaway: son sombrero dans « Un jour »
  • 17#dailyAnneHathaway: ses reprises de rap sur le plateau de Jimmy Fallon
  • 18Le #dailypeople de la semaine
  • 19La playlist du week-end
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30