11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Les choses nous quittent-elles aussi ?
Le blog de Sophie Fontanel

Les choses nous quittent-elles aussi ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • 2 décembre 2009: méritons-nous des hommes beaux? (oui)
  • VENDREDI 14 DÉCEMBRE
  • MARDI 20 JANVIER
  • JEUDI 4 JUIN 2009

Durant mon récent déménagement, le seul sac très léger qui ait été jeté par erreur avec les pots de peinture vides contenait mes objets les plus précieux. Des choses dont je venais à peine d’hériter, mes trésors. Pourquoi c’est pas le sac avec la balayette de water qui s’est perdu ? Est-ce que les choses ont une vie ? Ces objets qui se rappellent à nous, un jour, on a tous vécu ça. Et ceux qui restent pas, qui se brisent…

Je me souviens, un jour, un homme vers le Palais-Royal, il sortait d’une boutique d’antiquités avec un vase ancien. Il a trébuché sur le goudron pourtant lisse, devant moi le vase s’est brisé. La rue entière regardait les débris. On avait deviné à cet instant que le vase était cher, et on savait que les objets, ça fait ça, parfois ça t’échappe.
Quelqu’un a dû trouver mon sac et ce qu’il y avait dedans, à présent. J’espère que les choses sont heureuses. Et bien sûr, ça me donne l’élan d’aller en chiner d’autres, même si elles ne contiendront pas l’amour, en tout cas pas celui qu’un jour j’ai reçu.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Polly-Sohn, pour ce peintre qu’elle décrit, qui repeignait son appart’ en écoutant Chopin. Ecris un livre. Ce que tu dis là est l’histoire des hommes de ma famille. Mon grand-père, dans sa menuiserie, écoutait la Callas.

A jeudi, les adorés.

Sophiefonelle

PS : Carlotta, oui ma maman est décédée cet hiver. Je ne l’ai pas dit ici car ça me semblait terriblement indiscret de vous imposer cette funeste nouvelle. Merci pour la citation…

PS2 : Delphine, je suis tellement d’accord avec toi. Avoir du goût, pour les aliments et pour tout, n’a rien à voir avec le statut social. Mon père était représentant de commerce, il défaisait les bouquets du fleuriste pour les refaire plus poétiquement.

PS3 : L’autre Ondine, la vérité c’est que je suis plus « saucisson sec » que « viennoiserie »!

PS4 : Lilou, tu voudrais que je vienne faire le blog ici tous les jours, mais je ne le peux pas. Imagine la somme de travail que ça représente, de faire ce dailyELLE, sans compter que j’ai d’autres responsabilités au journal. Le lien survit à tout ça.

PS5 : Jade, j’aime aussi le cerfeuil, moi, dans la salade. Et le thym frais. Comme au Liban.

0

Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

41 réponses à Les choses nous quittent-elles aussi ?

  • nadal.louisa

    Votre joyeuse petite équipe s’amuse beaucoup à l’insu des gens. On n’a pas demandé à vilaine la chemise du marché d’Aligre de participer à votre jeu sordide qui consiste à la voire dans sa plus stricte intimité. Vos amis connaissent-ils votre façon de vous torcher, une dyslexie que vous auriez voulu cacher car trop lourde à porter, ou même votre façon de faire l’amour avec votre conjoint ? Demandé à Moumoune, il vous dira que les femmes pudiques ont besoin de plus de sécurité pour se laisser aller.

    Quant au promeneur du Palais Royal qui avait trouvé un sac avec balayette de water fêlé et qui s’en était intéressé qui dis-je amusé, la merguez aurait adoré à ce moment-là qui le lui fasse savoir mais au lieu de ça il lui a envoyé une bande de jeunes sûrement sympathique entre eux tant que leur propre intimité n’est pas dévoilée. Car je me demande vraiment que feriez-vous si on connaissait toutes les failles de votre personnalité très sincèrement je ne pense pas que vous appréciiez. Alors Monsieur le promeneur du Palais Royal allé chiner d’autre trouvaille et demandé à vos joyeux lurons de me laisser vivre mes dernières années en paix. Je me souviens du jour où dans le cabinet du promeneur du Palais Royal vous disiez étiez être très pudique.

    PS : La vilaine petite merguez n’oubliera jamais quand elle a supplié le gentil promeneur du Palais Royal à travers les murs de faire partir PA mais aucune pitié.

  • nadal.louisa

    Votre joyeuse petite équipe s’amuse beaucoup à l’insu des gens. On n’a pas demandé à vilaine la chemise du marché d’Aligre de participer à votre jeu sordide qui consiste à la voire dans sa plus stricte intimité. Vos amis connaissent-ils votre façon de vous torcher, une dyslexie que vous auriez voulu cacher car trop lourde à porter, ou même votre façon de faire l’amour avec votre conjoint ? Demandé à Moumoune, il vous dira que les femmes pudiques ont besoin de plus de sécurité pour se laisser aller.

    Quant au promeneur du Palais Royal qui avait trouvé un sac avec balayette de water fêlé et qui s’en était intéressé qui dis-je amusé, la merguez aurait adoré à ce moment-là qui le lui fasse savoir mais au lieu de ça il lui a envoyé une bande de jeunes sûrement sympathique entre eux tant que leur propre intimité n’est pas dévoilée. Car je me demande vraiment que feriez-vous si on connaissait toutes les failles de votre personnalité très sincèrement je ne pense pas que vous appréciiez. Alors Monsieur le promeneur du Palais Royal allé chiner d’autre trouvaille et demandé à vos joyeux lurons de me laisser vivre mes dernières années en paix. Je me souviens du jour où vous me disiez que vous étiez très pudique.

    La vilaine petite merguez

  • julie b

    A la fin de l’été dernier, j’étais dans le marais avec ma soeur et des amis. J’étais un peu en avant du groupe. Soudain je me retourne et je vois ma soeur un peu rouge avec un énorme sac shopping Hugo Boss et avec un air de ne pas y toucher genre  » c ‘est une illusion d’optique je ne suis pas du tout en train de porter un énorme sac de fringues sorti de nulle part ». Moi hyper stupéfaite et curieuse, je lui dis  » t’as braqué une boutique en 2 secondes chrono ou quoi ?? ». En fait, un type avait laissé volontairement 3 sacs de fringues énormes sur le trottoir et ma soeur n’ avait pas pu s’empêcher d’en prendre un au hasard, un peu confuse et désabusée après coup d’avoir fait les poubelles . Finalement elle m’ a laissé le sac et s’en ai complètement désintéressé. Avec son mec, on a regardé ce qu’il y avait dedans dans le square de la place des Vosges. On s’est rendus compte que tout était à ma taille ( je fais 1m60 et un 36 ). Les vêtements avaient été portés mais ils étaient bien entretenus et propres. Certains n’étaient pas mettables car je suis quand même une fille mais je suis repartie avec un sweat à capuche noir, un pull vert d’eau col rond et 14 tee shirts blancs american apparel col v. Quand je suis rentrée chez moi, je me suis dit que c ‘était débile car jamais j’arriverai à porter des vêtements d’un inconnu trouvés dans la rue et qu’en plus je n’avais plus de place dans mon dressing. Mais je les ai lavés.
    Et un soir j’ai porté le pull chez moi. C’était drôle car je me suis dit « tiens c’est marrant quand même c’était un homme à ma taille et on a les mêmes goûts » moi qui n’arrive pas à trouver chaussures à mon pied. Dans la nuit, j’ai rêvé de cet homme, du fait que j’avais une partie de lui dont il n’avait plus voulu et qu’il avait abandonné dans la rue. Deux , trois mois après j’ai pris le sweat pour faire mon jogging, puis ensuite les tee-shirts blancs.
    Comme si finalement j’acceptais petit à petit de faire rentrer quelqu’un, de lui faire une place dans mon dressing et d’aller vers l’inconnu. Cela me fait penser au titre de votre dernier post c’est la VIE qui entre.
    Tout çà pour vous dire Chère Sophie que je suis sûre que vos objets vont être heureux là où ils sont et qu’ils vont continuer de vivre.

  • régine

    Je pense à la chanson de Barbara, Drouot… Les choses ont leurs secrets, les choses ont leurs légendes | Mais les choses nous parlent si nous savons entendre…
    Je me dis parfois que rien jamais ne se perd… la petite danseuse de la boite à musique dansera toujours pour la petite fille et le souvenir se libère de l’objet qui le contient… c’est peut-être ça la magie de l’amour ! ;o)
    Belle soirée

  • carlotta

    Et si parfois nous devions aussi « quitter les choses »pour que la page se tourne….

  • Monica

    Lors d’un énième déménagement il y a très très longtemps, mon père a laissé derrière lui le sac rempli des photos de nous petits. La seule chose que j’aimerais encore avoir aujourd’hui. Pourquoi c’est ce qui est précieux qu’on perd? soudain, je pense à ces indiens qui ne font cadeau que de ce qu’ils préfèrent au monde, et je ne suis plus si triste…

  • mina

    Virg’ a écrit : « Vous dites toutes plein de belles choses, encore… »

    oui oui oui

  • Virg'

    Vous dites toutes plein de belles choses, encore…

  • Amarantine Josepha

    Chère Sophie, je suis désolée pour ta maman et ton sac. J’ai de mon grand-père une petite danseuse qui fait des pirouettes sur une petite musique. Sa tête a été décapitée et recollée maintes fois. Cette danseuse c’est mon grand-père. Je viens d’une famille où les hommes sont considérés comme des êtres forts qui s’occupent de choses sérieuses et où on laisse/laissait le soin aux femmes de s’occuper des petites choses, comme les enfants. Alors quand à la fin du déjeuner dominical, je demandais la voix tremblante à mon grand-père s’il pouvait faire tourner la danseuse qui était posée tout en haut du buffet, et qu’il acceptait; la terre s’arrêtait pour moi de tourner et je revois encore ses yeux bleu lumineux qui me regardaient en souriant. Cette danseuse c’est mon grand-père, c’est son humanité et son amour.
    Il semble que tu aies perdu beaucoup de choses précieuses ces derniers temps, mais tu as la grâce de le transformer en quelque chose de beau. Tes écrits, cette photo….
    Je te souhaite beaucoup de douceur et une très longue vie pour que tu remplisses à nouveau un sac de petites choses.
    Kus et cheers, Josepha

  • Laeti Trema

    Bonjour Sophie, si c’est ce que vous voyez de votre fenêtre, cela donne envie de venir chez vous!
    Pour ma part, j’ai 26 ans à peine, j’ai crée la marque Laëti Trëma.
    Je continuerai à lire votre blog!! merci pour tous ces beaux articles!
    Laetitia

  • Cotonnière

    J’ai toujours perdu les objets qui m’étaient les plus chers, et malgré la tristesse passagère, je me suis toujours sentie libérée. « Acte manqué » dirait les psys……………. Mais les souvenirs liés, eux, sont là pour toujours.
    On m’a conseillé le coffre à la banque. J’en ai ouvert un, et la seule chose qu’il contienne ? Une mèche de cheveux de mon fils. Et je suis triste quand je pense à cette pauvre petite mèche, toute seule la-bàs dans sa boîte noire…………………. Je crois que je vais aller la récupérer un jour, mais je ne sais pas où je la mettrai alors.

  • Evelyne Schauly-Nardin

    Bonjour Sophie,
    Il y a quelques années, lors d’un voyage, je me suis fait voler toutes mes affaires, je veux dire, mes vêtements, mais aussi mon passeport, mon argent, tout. Il n’a été douloureux de perdre qu’une seule chose : une petite carte postale avec un petit chat que mon père m’avait achetée quand j’étais petite, un jour où il avait eu besoin de monnaie et que, de façon un peu inconsciente, je gardais toujours avec moi. Je crois que les objets c’est comme les gens, les musiques, les parfums de la vie : il y en a qui passent et d’autres qui comptent. J’aime bien l’idée que les objets qui comptent continuent à « vivre » sans nous, je crois que c’est une façon de redevenir un enfant. Ma fille a perdu son doudou il y a quelques mois dans l’avion. Je lui ai dit que d’après moi, son doudou avait eu envie de voyager. Parfois, on s’imagine les endroits où il se trouve et elle repense alors à son doudou avec bonheur et … fierté!
    Merci pour ton blog si touchant et poétique.

  • Nuage sucré

    Les êtres chers nous accompagnent toujours même s’ils ne sont plus parmi nous. Regarde haut dans le ciel cette étoile qui brille d’un éclat particulier, c’est elle qui te fait un clin d’oeil.

  • JOY

    Un jour de grand froid j’ai trouvé une magnifique écharpe en cachemire.
    Je pensais à la malheureuse personne qui l’a perdue et ceci à chaque fois que je la portais…
    Jusqu’au jour où je la perd à mon tour.
    Finalement je n’étais pas si triste, elle allait faire le bonheur de quelqu’un d’autre.
    L’écharpe qui nous échappe….

  • MissCarole

    Bonjour Sophie,

    Je viens de découvrir ce soir ton blog grâce au livre de « La Parisienne » d’Inès de la Fressange et j’aime vraiment beaucoup ! Les images choisies, les textes, l’humour, la poésie, la légèreté, mais aussi la profondeur de certaines questions posées de façon toute innocente…

    Il est vrai que l’on s’attache à certains objets qui nous rassurent, nous réconfortent, nous font sourire… Mais il est aussi vrai que parfois, ils nous échappent. Ou bien peut-être s’échappent-t-ils vers d’autres cieux… ? Objets voyageurs, cet idée de San me plaît beaucoup à moi aussi… j’aime ainsi à penser que la très jolie bague que je m’étais achetée en souvenir de ma grand-mère est partie en voyage ;)…

    Bonne soirée,

    Carole

  • Charlotte

    Chère Sophie, y a quel que temps j’ai du vider la maison de mes parents, ma maman était partie. Devant toutes ces objets laissés ,que choisir pour m accompagner !!! Chaque objet représentait un film, un souvenir , une histoire , et je changeais d’ age et d émotions a la vue de tous. Beaucoup sont partis chez des antiquaires, chez mes nieces(les beaux chapeaux ) les cousines . Tranchée par l humour et le désespoir j ai survécue ! Une coupe en argent m a joué un tours, elle avait décidée de se venger ., pendant deux ans elle m a fait des clins d oeil tous les jours devant mon nez ,posée dans la vitrine de l antiquaire du coin. J allais la voire ,lui causer , la prendre en photo . Un jour elle était plein de bonbons, ça m a mis de bonne humeur , elle avait trouvé une nouvelle voie. Depuis elle a disparue . je ne suis plus triste , grâce au lien.

  • Delphine

    San, je trouve ton idée des objets voyageurs qui s’échappent quand on n’a plus besoin d’eux tellement belle et réconfortante..!

  • Delphine

    Sophie, l’image de ton père défaisant les bouquets de fleuristes pour les refaire plus poétiquement est en elle-même d’une telle poésie… Et puis ton grand-père qui écoutait la Callas dans sa menuiserie … les hommes de ta famille ont une jolie sensibilité. Je trouve cela touchant et beau. Et souvent rare.
    Mon papa fait partie de ces enfants élevés avec l’obligation d’être UN HOMME et l’idée qu’ un HOMME, c’est fort, cela subvient aux besoins de sa famille, cela protège et cela ne pleure pas, ne se plaint pas.
    Mon papa est quelqu’un de très sensible et je le sais : quand je lui offre des fleurs, je vois ses yeux s’embuer, il se détourne et plaisante pour donner le change mais moi, je sais qu’il est touché et heureux de ce petit geste là.
    C’est pourquoi j’adore lui faire de ces petits cadeaux que dans le normalement de son éducation, on ne fait pas aux hommes. Parce qu’alors je parle à sa sensibilité qu’il cache et lui dit que je sais qu’elle existe.

    Je ne sais pas si les choses nous quittent… mais si elles le faisaient, j’aurai vraiment beaucoup de peine.
    Parce qu’elle ont la vie que l’on a partagé avec elles, l’instant qui les a fait naître en coup de cœur, en cadeau.
    Parce qu’elles sont le témoin, le gardien d’un moment et d’une émotion. Parce qu’elles sont à nos côtés exposées, rangées, cachées, parfois oubliées.
    J’ai une boîte à trésors a toute pleine de ces choses précieuses de l’amour qu’elles contiennent.
    La perdre serait comme un petit deuil.

  • paloma

    À Grandir tu as donné un image tellement proche de ta maman que J´ai un étrange sentiment de tristesse comme si quelqu´un de ma famille était parti.

    Bisous, Sophie

  • San

    Il y a longtemps, à l’université, j’avais trouvé par terre un ruban tout gansé et brodé, terriblement long et d’une beauté toute simple mais évidente. J’ai passé plusieurs jours à le caresser et à l’enrouler autour de mon poignet, émerveillée, pendant les longues heures de cours ; je trouvais que c’était la plus belle chose du monde et j’étais heureuse de l’avoir avec moi.
    Et puis, quelques jours plus tard, je l’ai perdu, à l’université sûrement aussi, et quand je m’en suis aperçue, je me suis dit qu’il devait déjà faire le bonheur de quelqu’un d’autre.
    Peut-être qu’il y a des objets voyageurs qui s’échappent quand on n’a plus besoin d’eux ?
    En tout cas, je souhaite que tes trésors soient tombées entre de bonnes mains, puisqu’ils ne sont plus dans les tiennes.

  • karinelareine

    C’est ça qui est merveilleux en fait, rien ni personne ne nous quitte jamais, on a tout bien rangé dans notre disque dur intérieur…suffit juste de cliquer sur le dossier, trop facile la vie non???

  • icimilan

    désolée, chère sophie-fonlle, d’avoir lu de ta mère.
    les choses précieuses dans un sac, toutes ensemble: quel dommage! mais elle sont toutes ensemble, pour la compagnie.

  • hautbasfragile

    Bien sûr que ce nouveau job doit te demander un temps fou. Mais chaque matin je ne m’habitue pas à ne plus te lire AVANT tout. Avant tout le reste de la journée dont parfois j’avoue je me fous parce que mon père va mourir bientôt, et que plus rien d’autre ne compte vraiment.

    Oui le lien survit. Mais que c’est dur nom d’un chien.

    Quelle tristesse que ta mère soit morte.

    Nicorette

  • ally

    J’ai beaucoup d’émotion à vous lire. Vos messages parlent souvent de transmission et de tout ce qui est intemporel. Votre évocation de la vie des objets me donne à réfléchir, alors que j’ai peur de porter les foulards de ma maman, peur de les perdre, de les abîmer!
    Merci encore pour votre regard sur le sérieux et de dérisoire.

  • Chris

    La perte la plus grande je l’ai ressentie après que maman ait fait totalement remanié l’intérieur de la maison de ma grand-mère. Ca n’était plus la maison de mes vacances d’enfant choyée par sa mémé.

    @lilou : l’histoire des objets qui restent alors qu’on voudrait les voir partir j’ai connu avec une horrible lampe de salon qui a heureusement fini par être cassée accidentellement. Quel soulagement ce jour là, elle était liée à un si mauvais souvenir !

  • Isa du moun

    L’amour qu’on a reçu ne reste pas dans les objets, même si ceux ci nous font qu’on pose sur eux un regard tendre…

  • lilou

    C’est bien ce que je pensais, votre maman…Et on ne l’a même pas su. Vous avez gardé ça pour vous. Moi j’aurais aimé le savoir. Je n’en reviens pas. C’est ma grand-mère qui va être triste. Elle a adoré votre livre, et votre maman à qui elle s’était identifiée dans Grandir. Vous avez sorti ce livre avant qu’elle parte, la vie fait bien les choses. J’espère qu’elle a pu aussi avoir connaissance de votre projet ici.
    Pour les objets, je vous conseille Objets et mémoires publié à la MSH.
    Il y a à l’inverse des objets qui restent et qu’on voudrait voir partir, sans avoir le courage de les jeter.

  • Murielle

    Si ce sont des souvenirs de ta maman dans ce sac, ca doit être douloureux pour toi.

    Quelle vue magnifique, c’est celle que tu vois de ton appartement ?
    C’est merveilleux, quand il fera beau tu pourras trés vite aller te promener dans ces jardins, j’espère que tu y entendras le chant des oiseaux et non le bruit des voitures

  • Choupidou

    On ne sait que dire pour consoler, en effet… Pour tout.
    Sinon, peut-être, »le collier d’Hélène » de Carole Fréchette.

  • Adeline de Matandmi

    Est ce la vue que tu as de chez toi ? Mon Dieu ! Le ciel est tout près … serait-ce le paradis ? Eh oui les objets vont et viennent tout au long de notre vie ! J’adore faire le tri chaque année, je donne beaucoup ou jette, et ça m’amuse de m’imaginer quelle sera la prochaine vie de chacun, dans quelles mains vont ils attérir tous ces objets …Ca ferait un super sujet pour un bouquin pour enfants, non ? Les aventures de Mme Théière, ou La vie fantastique de Mlle boite à musique …. bon ok, Non, je n’ai pas fumé la moquette !

  • Lafeeclochette

    Bien sur les choses nous quittent,on les perd,on les casse,on les jette. mais ce ne sont que des choses, alors ne pleure pas,ma douce,car tu sais bien que l’important,c’est de regarder le ciel ,et de chercher nos étoiles filantes…

  • alexa

    Je constate en vieillissant que je me détache des choses…par contre je ne supporte pas que certaines choses se détachent de moi…comme la montre de mon père que j’attache soigneusement à mon poignet. Peut- être que la vraie sagesse c’est d’accepter aussi que les objets se détachent. On oublie trop souvent qu’on ne contrôle rien…

  • La Meuh

    On est si peu de choses, finalement…

  • marga

    moi aussi « j´espere que les choses sont heureuses »…

  • Kate

    Belle photo, un peu comme un tableau ancien et quelle vue! Bonne journée

  • sabcestbien

    on s’attache à certains petit détail mais en général, on sait se détacher du matériel.
    A force de déménagement à répétition, j’ai appris à garder l’essentiel. Je ne m’attache pas aux lieux, mais aux impressions.
    A propos, tu va pouvoir prendre une carte d’abonnement à l’Orangerie pour plonger dans les nénuphars… mon plus grand trip : un sac de couchage au milieu et s’endormir dans le lac !

    j’aime les bijoux de famille et aussi ceux d’ocasion car ils ont un véçu, une charge émotionnelle, meme si je n’ai aucune idée de leur prix. c’est ce qui les rends si unique.

    Ps : j’ai vu sur cour et à part la référence, ça le fait un peu moins que la tienne ; va falloir que je bosse encore un peu pour avoir droit à la verdure…

  • Claire

    Comme tu as raison, les choses quelques fois nous attrappent ou nous echappent, il semble qu’elle aient une ame. J’ai une petite anecdote a ce sujet, j’avais depuis tres longtemps une petite boite toute simple en bois, que ma mere m’avait donnee quand j’etais enfant, elle apartenait a mon arriere grand-mere. J’ai joue avec, je l’ai cachee, j’ai cache des playmobil ou des bonbons dedans, elle etait toujours la dans ma chambre quelquepart. Puis un jour, j’avais a peu pres 25 ans, j’ai decouvert une sorte de double fond dedans, et il y avait cachee dessous une simple feuille de papier jauni, avec une lettre manuscrite de mon arriere grand-pere a mon arriere-grand-mere (une lettre d’amour simple et tres touchante). Tres peu de temps apres, JE N’AI AUCUNE IDEE COMMENT, j’ai perdu la boite (et la lettre, que j’avais remise a sa place). La lettre a du estimer que j’avais ete indiscrete, je n’ai jamais eu l’occasion de m’excuser aupres d’elle, je n’ai jamais su ou etait partie la boite.

  • isabel

    ton billet est très touchant. tu es remplie de tendresse

  • Ode

    Quelle vue magnifique !

  • Anne

    Je suis toute triste soudain, de la lecture de ton beau billet… Je ne sais pas quoi te dire qui te consolerait, j’ai juste envie de te serrer fort.
    Pour le blog, moi je préfère comme ça, moins souvent c’est aussi plus touchant et puis y’a l’attente et le plaisir de te retrouver…
    Sinon pour tes trésors, quelle déception ! Mais peut-être était-ce un acte manqué, peut-être que tu dois repartir pour une nouvelle vie dans ce nouvel appartement sans trop de bagages.
    Je me doute qu’il y avait de l’amour dans ces objets et j’espère que tu les retrouveras, mais ma tristesse s’envole en voyant ton image : tu as une vue sur l’Eden là, et même un accès direct au paradis à travers les nuages…
    OK tu vas passer pour une folle si tu hurles au soleil, mais on n’est plus à ça près ! Et puis en réponse, je te souhaite d’entendre, dans le souffle du vent, la voix chère qui s’est tue.
    Bisous
    Anne

  • Alexia / Rose_Amer

    Je n’ai pas de choses, ou vraiment très peu, je les ai choisies, mais peut-être qu’elles me quitteront quand même… Le reste je le jette, je le range, je le cache en attendant, et je garde tout dans ma petite tête.
    Et si un jour, quand je serai très vieille, ma tête laisse filer les souvenirs, alors ils iront s’enrouler aux branches des arbres, se glisser dans l’eau du fleuve, rembourrer quelques nuages…

  • 1#dailySummer : le bandana de Laurène
  • 2La playlist du week-end
  • 3
  • 4Les tenues copiées collées de Rihanna et Beyoncé
  • 5Les claquettes croisées de Mango
  • 6La visière de plage d’Oysho
  • 7La caution rap de Barack Obama
  • 8#dailySummer : la couronne fleurie de Zisla
  • 9La playlist du week-end
  • 10
  • 11La virée friperie d
  • 12Le T-shirt moucheté Rosé Macaron de Paullster
  • 13Les ensembles noirs d
  • 14La gueule d
  • 15#dailySummer : les maillots une pièce d
  • 16La playlist du week-end
  • 17
  • 18La barbe Robinson Crusoé de Julian Assange
  • 19Le côté groupie de François Hollande
  • 20Les maillots cuissards de Mehdy, Fabien et Florent
  • 21Les dossiers assortis à la veste de Christiane Taubira
  • 22#dailySummer : les chemises ultrafines de Florence
  • 23La playlist du week-end
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31