11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Jusqu’à quel point les choses usées sont-elles chics ?
Le blog de Sophie Fontanel

Jusqu’à quel point les choses usées sont-elles chics ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • a-t-on l’air d’une démente dans un pull étrange?
  • MARDI 29 AVRIL
  • coucou ou caca, le caoutchouc?
  • 16 décembre 2009: que serait monde où ceux qui peuvent acheter des choses n’en achèteraient pas?

un sweat used et grunge de la marque iron and duck aux puces de los angeles

Je compte le porter avec une chemise Oxford et un blaser bleu marine. Pour user ce sweat-shirt, acheté à prix d’or (40$) aux puces de Los Angeles, les gens qui le vendent (irons & duck) l’ont laissé vivre dans la nature pendant un mois. Ensuite, selon moi, ils lui ont collé une inscription au goudron (toujours en le laissant dehors, pour pas salir la maison) et ensuite, ils ont traité ça je sais pas comment pour que les marques faites en un mois ne puissent plus partir, même après lavage.

Donc même si je passe ce sweat à la machine, il reste tel quel, et ça le vendeur me l’a promis, je sais c’est hilarant. Voilà, chers amis, comment une femme raisonnable comme moi (énorme mensonge) peut sombrer dans la folie. Les Angelinos (il semblerait qu’on dise comme ça) sont en train de redécouvrir le grunge mais version Bisounours.  Genre, on reste propre ; genre, on reste preppy, hip hop ; enfin genre, on reste bien. Et moi, alors que TOUT LOS ANGELES S’EXTASIAIT SUR MA CLASSE FRANÇAISE (ÉNORME PÉTAGE DE PLOMB DANS CETTE PHRASE), tout ce que je voulais, c’était être une Angelina. C’est chose faite. J’attends maintenant de voir la tête de ma gardienne. Je tiens à préciser que cette marque est fascinante : ils récupèrent les vêtements usés et les usent encore plus. Avec un discours et une esthétique pas stupide du tout derrière. Et ça a un certain humour. C’est la crise, au moins que ce soit aussi la crise de rire.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Dom, pour cette phrase: « Les vacances étaient bien… quelques derrières ». Oh, mais que j’aime cette formulation.

A demain les adorés…

Fonelle

P.-S.1. Anne V, partageons Clint.

P.-S.2. Solexine, partageons le derrière de Clint.

P.-S.3. Cotonnière, je vais davantage écrire dans le journal, là pour la semaine prochaine un long texte sur Delarue et puis après, quelque chose sur comment le fait de dégager mon visage a changé ma vie. C’est vrai que je ne peux pas être partout. Mais je suis ici vraiment, tu sais.

P.-S.4. Je t’ai vue avec Johnny Depp. Oh que c’est bon l’imagination.

P.-S.5. Voza. La vulgarité… je la vois tellement partout que c’en est à garder les yeux fermés, des fois.

0
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

60 réponses à Jusqu’à quel point les choses usées sont-elles chics ?

  • pink heater

    Oui, quand on a la classe, on a la classe, vêtements usés ou pas. Sans doute ressort-elle d’autant plus quand le vêtement porte les traces du temps. Couleurs délavées, tâches. J’en connais quelques un des hommes qui créent leur style en étant « out off fashion » et dont le charisme est encore plus fort. Cela me fait penser aussi à Francesca Villa qui utilise les objets trouvés dans ses bijoux. Une autre manière de récupérer les vielles choses et de redonner vie et modernité à des  »vieilleries ».
    Bravo pour cet hommage !

  • Juliette L.

    Mon papa a les mêmes genres de sweats; usés au jardin ou au garage, ils passent à la machine et y retournent. Les tâches ne partent plus. Et mon papa n’aime pas les jeter, je crois qu’au fond il les aime bien.
    Je comprends qu’on puisse acheter ce type de vêtements dans les magasins, car c’est la vie qui les fait, et les parisiennes n’ont (en principe) pas la vie de mon papa. Alors il faut qu’elles achètent un bout de cette vie si elles veulent goûter à ces sweats. Vie qui apparemment a été façonnée par d’autres, puisque c’est de la récup (c’est ce dernier détail qui fait que le concept n’est pas idiot).

  • caroline

    C’est consternant. ça me rappelle un autre post que vous aviez fait sur un bleu de travail acheté sur un marché. Et aussi une photo tellement hilarante dines de la fressange qui faisait mine de faire la manche devant le Crillon. Décidément, tout ceci vient confirmer cette impression de condescendance qui ressort souvent de ces posts. En attendant, je me rallie à celles qui trouvent le sweat tout simplement moche. Quant à la pseudo-démarche intellectuelle derrière, elle est aussi vaine que celle qui consiste à découper son jean neuf pour lui donner un air usé. Une pratique observée cela dit souvent chez les toutes jeunes filles, ce qui pourrait être une circonstance atténuante.

  • Yveline guillaume

    Ce n’est pas du tout mon genre,comment peut,on porter cela !!!!!

  • Stéphanie

    Cette démarche « artisanale » me choque moins que le « made in Ailleurs/Très loin » généralisé vendu à prix d’or et fabriqué dans des conditions que personne n’accepterait dans le monde occidental. Car c’est ça aussi la mode…

  • wilmo

    je me demandais pourquoi je ne venais plus, là j’ai compris! c’est donc vrai que la connerie n’a pas de limite…

  • caroline

    Mince, et moi qui viens d’en donner tout un lot au relais.. Y en avait pour une petite fortune.
    quoi qu’il en soit, contente de te retrouver. Ne pas pouvoir te lire, ça a chagriné une partie de mon été..

  • Framboise

    Sophie fonelle vous êtes une grande !et artiste .ce pull c’est du amsel kieffer.j aime votre douce folie pleine de poesie.

  • biraben

    merci SO pour ce commentaire qui réjouit mon coeur et ma tête! ^^

  • Marie-Clémence

    En fait, quelle est la difference avec un jean artificiellement délavé et troué de chez Gap??? Ah oui, le petit snobisme de l’ »artisanat » LA de la chose…

  • marga

    @chere Biraben: merci du « chere » Marga. et oui, on reste leger, on reste leger.

  • Anouk

    J’ai hâte de voir ce que cela donne avec un blazer et une chemise Oxford…
    Sinon ton article sur Delarue est vraiment très bien, comment tu perces ses regards m’a fasciné, j’ai trouvé ça beaucoup plus « vrai » que tout ce qu’on peut lire ailleurs.

  • so

    Biraben, je trouve que vous dites de très belles choses… Personnellement, je trouve les gens à la mode ridicules. Regardez Gainsbourg, Boris Vian, Chalotte Rampling, Marguerite Duras, David Hockney… ils ne suivent pas la mode, ils sont la mode car ils ont eu l’intelligence de contourner  »le fashion » en l’adaptant à leur personnalité, leurs corps, leur esprit… De toute façon, un vêtement ne doit pas se faire remarquer, il doit juste sublimer. Et on peut être sublime partout dans le monde, nue, en sari, en uniforme, en jean, ou même avec un voile (c’est une réalité) si toutefois il y a de la grâce et de l’harmonie. Enfin, c’est mon point de vue après c’est chacun sa culture, son vécu, son éducation et c’est pas simple le rapport aux vêtements et aux codes qu’ils dégagent.

  • Ode

    …et j’oubliais : le fait que tu me dises « je t’ai vu avec Johnny Depp », ben pendant une seconde j’y ai cru moi-même, que c’était vrai ! Et pour ça, merci mille fois (je vais guetter la couv’ de Voici quand même au cas où).

  • biraben

    hé bien justement chere Marga on parle de mode et pas de l’Abbé Pierre donc on reste léger, dans le beau qui fait rêver comme certaines très belles pages de mode de Elle quand les créateurs ont du talent et le photographe et les mannequins sublimes ….
    L’époque est triste mais c’est nous tous qui permettont que les choses aillent vers le bas et en plus il faudrait se demander si c’et bien ou pas !?
    Léa a beaucoup de bon sens et nous rappelle que la mode est quelque chose à interpréter au niveau de chacun, chacune, en fonction de sa personnalité et de ses moyens.
    A part ça, Marga, on peut s’intéresser à la mode et savoir rester léger sans fermer les yeux sur les choses plus sérieuses voir graves qui nous concernent tous.

  • Choupidou

    Trop d’argent rend ridicule, bis.

  • Léa

    Moi pas comprendre le concept d’onanisme vestimentaire…Surtout si c’est pour voir la tête que feront les autres…A ce prix délirant, je m’achète une garde robe propre en brocante, qui me plaît à moi, et je me moque du regard des autres. Sur quelle planète sommes-nous? Je veux descendre!

  • marga

    depuis ton com du 3 juillet je me disais que tu avais un si beau visage tout en finesse et voulais te conseiller de virer ton coiffeur, le pauvre.

  • marga

    ouh la les filles, on parle de la mode ici, pas de l´abbe Pierre!

  • biraben

    Chere Fonelle à ce stade de déjeantisme fashonistique, je pense que vous pourriez distribuer les plus belles, les plus chics, pièces de votre vestiaire dans les matières et les coupes les plus somptueuses à des personnes que la crise a jeter à la rue depuis longtemps et leur demander en échange de vous donner leurs plus belles pièces usagées … et à vous l’extase !(en plus de faire une bonne action,car, voyez vous ceux qui sont dans des vétements de ce genre se demandent chaque jour comment rester propres et corrects pour chercher du boulot par exemple)

  • isa du moun

    En fait les jeunes recrues de Fonelle râlent: « non mais y’a personne en août qui fait de coms, gna gna gna » alors Super Fonfon a dit : « z’allez voir, je vais vous faire un sujet d’enfer! »
    Et ça marche, on sait qui est la Boss! ;-)

  • lilou@ mina

    Mina, tu as raison, tu as trouvé le truc! En fait tout ça n’est qu’un gros poisson d’avril au mois d’août! parce que trouver hilarant de dire j’ai le luxe de m’acheter 40$ un tshirt trafiqué pour être sale mais qui sent le Cajoline, on peut se demander si la question ce n’est pas plutôt jusqu’à quel point est-ce chic que les riches paient pour jouer aux pauvres?
    Si c’est un poisson d’août, alors il faudrait finaliser le tout par quelques éclaboussures de sauce ketchup pour lui donner de la couleur

  • yil or til

    Je Pense Sophie que cette pièce serait idéalement portable en version « night ». Pour ma part j’aurais envie de prendre un ciseau (un beau , hein? sans rouille dessus ) et de le raboter sur le col pour en faire un col en VV et pis vala !! cheeze !!
    Au cas où un homme se met dans votre lit (pour péter), vous pouvez fantasmer sur son beau torse et également penser avec envie que cet homme est là pour vous et qu’il aurait la superbe idée de vous passer une main nue de Nu dans l’dos !

  • "Mimicracra" fille de bea

    J’aime bien ce pull un peu « usé », je ne verrais pas beaucoup d’inconvenient à le porter, je crois que ma mère en verra un peu plus…

  • jamaisjoserais

    Il devait faire beaucoup beaucoup soleil à LA… Ou y avoir beaucoup beaucoup de smog… Un certain humour, vous dites? Peut-être justement que ça doit rester de l’humour! Et à 40 balles y’en a qui ont dû rigoler ;-)

  • calbry

    cet article est une très bonne joke!!!!!

  • Murielle

    Je n’arrive pas à croire que tu vas mettre ce sweat, non ce n’est pas possible !

  • nila

    Je suis septique là…
    Le grunge (ou même le punk) peuvent avoir beaucoup d’allure.
    On mix un peu de rock’n'roll , du vintage et du glam Chanel (imitation zara pour ma part hein!) et là on peut être avoir un look décontracté chic.
    Mais jamais aucune de ces pièces ne sera sale!!
    Serait-ce une question d’ âge? ou de culture? j’en sais rien , mais moi passer l adolescence c’est pas question.
    Donc pour répondre à la question jusqu’à quel point les choses usées sont-elles chic?
    Et bien lorsqu’on va fumer sa clope en sortant du bureau et qu’on nous jette une
     » p’tite pièce… » là peut être qu’on aura notre réponse…;-)))

  • mina

    ah mais en fait c’est un poisson d’aout, histoire de voir comment la horde adorée réagit!
    parce que plus je le regarde, et plus je me dis  » c’est pas possible »…
    alors en plus avec une chemise en dessous et une veste dessus….!! et à 40 dollars! aux puces!
    NAAAAAAAANNNN!!!!

  • Dom

    alors merci merci merci pour ce Fonelle d’or, ripoliné et brillant, bien sûr !

  • till or Til

    ah oui c’est gigolo !!! un fringue ou une chaussure usée sera chic TANT qu’il restera Usé….mais en fait j’en sais rien.
    autre piste d’idée >>> il faut faire mine de le savoir d’être persuadé de sa durée de vie, ensuite on peut le donner « humblement  » à une bonne copine… en oeuvre de charité ordinaire rires!!!

  • bea

    je dois avouer que je ne suis pas une grande fan et le prix est un peu élevé.
    par contre, ce dont je suis certaine c’est que ma fille surnommée « Mimi Cracra » à ses heures va adorer!!!!!
    Ravie de vous lire à nouveau
    vos blogs sont un vrai régal

  • Cotonnière

    Ce sweet me rappelle tous ces films américains, genre « Marathon man » avec Dustin Hoffman, dans lesquels on a l’impression que les vêtements sont fournis avec la sueur, tu sais, ce grand « V » mouillé dans le dos qui montre combien le héros est fort et persévérant.
    Sinon, merci pour ton « ps ».

  • Lafeeclochette

    Tant qu’à porter un truc usé par un inconnu,qui l’a forcément jeté à la poubelle,autant ne pas laver et laisser le vieux sweet tout dégueu qu’on allait jeter aux ordures…chic, on a economisé 40 dollars!et c’est moins snob,non?

  • lilou

    Mais que se passe-t-il Fonelle? Faut pas toujours vouloir imiter les Américains, parce qu’ils peuvent aussi parfois avoir très mauvais goût! Il ne faut pas confondre usé et sale. Ici, ce qu’il ressort de cette photo ce n’est pas le côté usé, mais le côté sale et complètement dégeu. C’est pas pareil, et si on veut parler d’usure, ça ne marche pas ici, puisque l’ « usure » est forcée et donc artificielle. Pour avoir l’air sale, pas besoin de payer un concept, il suffit de laisser mijoter les vêtements dans le panier à linge sale quelques temps, et si on veut en rajouter une couche aller faire un peu de mécano ou repeindre son salon, mettre au passage un peu d’autobronzant sur le cou pour qu’avec la transpi ça déteigne marron sur l’encolure!
    Niveau esthétique, je ne crois pas qu’au teint et au visage cela soit du plus bel effet.
    Je partage l’avis de So. C’est quand même fou de payer pour avoir un vêtement sale et avoir l’air d’être habillé avec des vêtements que les pauvres eux n,ont pas le luxe de laver ou de repriser. Faudrait pas qu’un enfant des favelas lise ce post!

  • Solexine

    Il me donne tellement envie de pleurer, ce… « vêtement » ( ? ); j’ai le coeur gros rien qu’à le regarder…

  • Murielle

    j’approuve à 100 % le commentaire de So

  • IsabelleMijauree

    sauf que ton truc usé, il raconte tellement une histoire, que tu vas être obligée de raconter 100 fois l’histoire quand tu vas le porter parce que tout le monde voudra savoir quelle Angelimouche t’a piquée, et que t’en auras ras le chic de raconter

  • Blaure

    c’est à l’usage de l’amour qu’une chose peut être chic, même très usée.
    Autrement, cela n’est qu’un vieux machin importable.

  • Fi

    .. En fait c’est pas qu’il a vécu.. c’est un survivant. (est-ce qu’il revient de Pékin Express?)

  • so

    Par les temps qui courent, crise, expulsions… c’est un peu , socialement provoquant ce  »machin ».
    Il y a quelque temps, vous nous parliez si joliment de la beauté des gens pauvres, de leur façon de s’habiller avec élégance et propreté. Là, je ne vous suis plus….

  • Domino

    A première vue j’ai pensé qu’il était en daim, genre peau de chamois, il aurait été plus sympa en peau, plus chic

  • mina

    je trouve ce petit truc affreux! à quoi bon acheter quelque chose qu’on a voulu faire vivre juste pour l’effet « ce truc a vécu »?
    Je suis sure que ton armoire contient des hauts légèrement troués, des sacs tachés par du vin, des choses dont tu connais les traces, et qui sont des repères, non,? si c’est ça qu’on cherche.

  • marga

    les choses usees restent chics quand elles sont chics des le depart, cf le blazer en tweed de mon beau-pere, le pyjama de mon mari, qu´il a recupere de la poubelle (!) tellement le doux cotton egyptien etait devenu transparent a force d´etre use. bon, il parait que le dit pyjama etait aussi plein de souvenirs… donc, oui a ton tee-shirt vieilli mais sans les taches.

  • Agnès

    Franchement, c’est un peu beurk ce truc. Je me demande si vous allez oser le mettre, parce que assumer des taches, mêmes fausses en devant se justifier en plus, c’est absurde et assez ridicule. C’est comme les filles qui portent des culottes de cheval et des bottes quand elles ne viennent évidemment pas de chuter de leur canasson : c’est juste grotesque.

  • Fi

    On dirait de la teinture au Thé.. Peut-être ils l’offraient avec ^^ le thé..(dans ce cas là peut-être, je veux bien y réfléchir, un peu..)

  • Lionel

    Il a l’air très….nuancé! Finalement; dois-on rejeter un pull sous prétexte qu’il a du vécu? Il s’agit là peut-être de la Jane Fonda des sweat, qui sait.

  • Milady

    J’avoue que lorsque je tombe sur un vêtement dans cet état, j’ai une envie irrésistaible de le jeter… ou de le laver.

    Suis quasi sûre que si tu me le laisses, j’arrive à te le rendre propre (mais je ne fais pas les reprises, étant nulle en couture – OK, je n’essaye pas)…

    C’est psychologique mais je crois que je me sentirais sale à l’intérieur si je le portais tel quel.

  • Patou

    Fonelle ? Faut qu’on parle ! C’est quoi cette histoire de faux grunge ? Le grunge c’est un état d’esprit mais c’est tout sauf formaté. Et ce sweat la il est très très formaté.

  • Virg'

    que d’ambiguÏté…

  • Lobe

    Ça me rappelle une veste volontairement pelucheuse, faussement sale, portée par un de tes amis sur ton blog. Je ne trouve pas ça laid, la frusque a l’air habitée et non juste fruste. Je trouve ça tellement fascinant que l’idée qu’on se fait de soi vadrouille entre un idéal de perfection immaculée, et cette volonté d’introduire de la subversion, de la facétie.

  • Polly Perkins

    suis perplexe… tu nous testes? d’ici j’ai l’impression de sentir l’odeur de rance, comme quand on te montre une tarte aux abricots et que tu en sentirais presque le parfum (sauf que dans ce cas là, tu as l’eau à la bouche…). Ma soeur (36 ans) a un doudou depuis son enfance, un haut de pyjama jamais lavé depuis (pour ne pas perdre son odeur justement) qui ressemble à ça, on l’appelle le « Fiffon » dans ma famille… et c’est pas glamour!

  • Rebecca

    Tant que notre visage est haut et le regard vrai, l’usé reste chic, j’en suis sûre.

  • ginger

    ce pull me rappelle le tshirt que patti smith sort de sa valise des souvenirs dans le (magnifique) documentaire de steven sebring. ledit tshirt est tâché et jaunâtre, elle explique que il est propre/lavé, mais que comme elle n’utilise pas la javel, les tâches sont restées et caressant avec son doigt une tâche à l’encolure, d’une voix très douce et ironique elle dit: these are little baby through up remains.

  • Chris

    Déjà que la moindre tache invisible aux yeux des autres mais qui se voit comme le nez au milieu de la figure pour moi me tracasse… Je ne suis pas prête pour ce genre de chose. Tiens après des années à me cacher derrière une épaisse chevelure, j’ai moi aussi dégagé mon visage et me suis retrouvée.

  • Ode

    Oh non ! On dirait le sweat post-gastro que j’ai remisé dans le bac à torchons ! This is definitely too much comme dirait Nadine de R revenant de L.A.

  • isa du moun

    Usé je veux bien, sale jamais!!!

  • mina

    je trouve ce petit truc affreux! à quoi bon acheter quelque chose qu’on a voulu faire vivre juste pour l’effet « ce truc a vécu »?
    Je suis sure que ton armoire contient des hauts légèrement troués, des sacs tachés par du vin, des choses dont tu connais les traces, et qui sont des repères, non,? si c’est ça qu’on cherche.

  • Monica

    Porter un sweat-shirt ‘tout bousillé-faussement sale’, c’est pas un tout tout petit peu faire insulte aux clodos? J’ose à peine le dire, parce que je me dis qu’il faut que je réfléchisse plus, et que je voie l’humour et tout, mais quand-même, ça me chiffonne. Parfois le désir d’humilité est tellement proche de la vanité. Cela dit sans la moindre animosité, ça m’interpelle juste. Je me pose des questions.