11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Les seins de Lauren Hutton, comment les avoir?
Le blog de Sophie Fontanel

Les seins de Lauren Hutton, comment les avoir?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • VENDREDI 16 NOVEMBRE
  • LUNDI 12 JANVIER
  • 8 janvier 2010: comment ne pas se faire manger par l’hiver vestimentaire?
  • LUNDI 28 AVRIL

soutien-gorge-cadolle-faye-dunaway

Dans les films, fin des années 60 et jusqu’au début des années 70, les femmes ont le sein haut placé, pointu et joyeux. Ça vient des soutifs de l’époque, qui étaient supposés, dans une époque qui voulait être une sorte de ton enjoué à elle toute seule, donner de l’élan à tout. Et bon sang que ça en donnait. Moi j’adore regarder les vieux Columbo quasiment rien que pour ça: pour le bonheur des gracieux obus désarmants, aussi pimpants que des jeunes pousses, y compris quand la pousse depuis longtemps avait fêté Saint Catherine.

C’est pas facile aujourd’hui de retrouver cette forme de soutif, celle qui soutient aussi le flanc (ce qui permet de réellement tenir le buste). Y en a chez Playtex, je l’ai déjà dit ici. Et y en a aussi chez Cadolle, une marque confidentielle, 4 rue cambon à Paris,  où déjà il faut aller rien que pour la désuétude géniale de l’endroit. Faye Dunaway achetait ses soutifs là-bas quand elle était la plus fatale des femmes du monde, presque.  Jackie O, idem. Tout le monde est passé chez Cadolle. Pour y prendre le modèle 424. J’y étais hier pour acheter ce soutif que vous voyez là, le plus fameux de la boutique. Tête radieuse de la vendeuse quand, après avoir toqué au rideau de ma cabine (et c’est pas facile de toquer à un rideau, vous vous en doutez bien), elle a vu que mes seins étaient remontés de dix centimètres rien que par l’efficacité de son soutif vedette. Elle a dit: « Et voilà! » avec l’air de la femme qui sait qu’elle sait accomplir des miracles, en donnant une petite tape amicale dans le rideau, qui s’est du coup refermé. Pour elle, c’était plié: soit j’avais un cerveau et j’achetais le soutif flatteur, soit j’en avais pas et adieu Berthe. J’en ai (un cerveau). J’ai donc investi dans le soutif. J’ai les seins sous le menton, avec un soutif mine de rien léger, ce qui est important.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Ondine qui me dit que mon post lui a donné le frisson et donc me le donne à moi, le frisson.

À mardi les adorés !

Fonelle

Ps. Oursine, les gares me fascinent.

Ps2. Sabcestbien, ah le nombre de livres que je laisse dans la rue pour qui veut.

Ps3. Café liegeois, oui le rien et le beaucoup ça fait un beau tout.

Ps4. Isabelle la Cathodique, ta fille a l’air sensationnelle.

Ps5. Anne à Ibiza, avec le ruban c’est encore plus beau, tu as raison.

18
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

11 réponses à Les seins de Lauren Hutton, comment les avoir?

  • Isabelle la cathodique

    Merci chère Sophie. Quelle émotion de voir surgir Playtex, joli souvenir de mon adolescence. Je me souviens de mes tantes et voisines travaillant chez Playtex, dans le Dauphiné, des essayages le samedi après-midi, des invendus ou soutifs à défaut, parfaits, de tout ce joyeux déballage de de poitrine, de postérieurs de tout âge, et de ces fous-rires. Mes seins, ils étaient encore trop petits pour les cœurs croisés, mais il y avait les bodys à la Bettie Page! Quand l’usine a fermé, ces femmes se sont battues, elles avaient pour slogan: Playtex maintient vos seins, pas vos emplois.

  • Aube

    Chère Sophie,
    Un commentaire qui n a rien à voir avec les seins de Mrs Hutton mais avec les paraboots instagramees. Tu n as pas idée de la joie que ça m a fait de les voir et de savoir où les trouver, retour de mode ou pas. Je feuilletais à Milan la semaine dernière un livre ultra inspirant en matière de style sur Marella Agnelli et je suis tombée sur une photo d elle toute jeune fille avec ces chaussures au pied. Et depuis, dans mes moments volés de rêveries superficielles, je repense à ce modèle que j’adore et que je désespérais de trouver.
    Bonne soirée!

  • Tiphaine

    Il est sublime. Le problème c’est quand on l’enlève !

  • coque chanel iphone 6

    cette image semble amusant , merci .

  • Patou

    Quand je pense qu’il y en a qui paient une fortune pour se faire faire des faux seins, moi j’aurais bien donné les miens.ado, quand ils ont commencé à pointer, j’appuyais dessus comme pour leur intimer de retourner d’où ils venaient. M’ont pas écouté …

  • ema

    J’ai fait ça, y a 2 semaines, j’ai texté à ma collègue qui travaillait en Martinique que je voulais avoir un soutien-gorge qui fasse les seins en obus. Ca l’a fait marrer. Alors que ça me paraît un sujet bien important.

  • Ondine

    Merci pour l’Or, que j’adore, bien sûr !
    Et que j’aimerais aussi avoir le soutif magique qui monte les seins sous le menton, et les rend tellement bien, semble t’il…
    Voilà : je voudrais voir mes seins heureux.

  • oursine

    Cadolle 424, çà sonne comme un ancien numéro de téléphone …

    En parlant de femme divine, j’ai revu La Peau douce , il y a deux soirs. Du beau en barres !

    Ps : Les gares sont des lieux magiques, le temps s’étire et les possibles s’écrivent .

  • sabcestbien

    un vrai programme le nom du soutif, on dirait un 421, jeux de dés !
    à force d’etre fémniste et d’avoir essayé des soutifs mal taillés, j’ai arretés les soutifs, mieux rien que mal… faudrait que je retente des fois…
    mais bon ayant appris que ça ne tenait pas ou tombait pas faut de soutifs mais par une autre magie, la cause en était entendue pour la liberté de ne pas en porter….

  • mademoiselle mauve

    tellement heureuse de ce post ! encore une fois je me faisais la même réflexion, le sein rond, en main oui, sous un pull bof ! tellement heureuse pour cette adresse, et cet apparemment mythique 424, merciii Fonelle !

  • Virg'

    je suis en conflit avec mes seins depuis l’adolescence où ils ont décidé tout seul de descendre d’un étage. Ils sont deux, je suis seule, c’est pas facile…

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31