11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Où en suis-je avec le féminisme ?
Le blog de Sophie Fontanel

Où en suis-je avec le féminisme ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • MERCREDI 10 DÉCEMBRE
  • LUNDI 16 JUIN
  • l’habit de l’homme est-il un home?
  • Peut-on être la grande femme d’un grand homme ?

femme poupée nue feministe

J’aime tellement la liberté que, selon ma mère, ma première expression élaborée dès que j’ai su parler a été : « Tousseule ». Je voulais faire les choses « tousseule », par moi-même, mes premiers pas, mes premiers lacets, mes premiers couverts. J’avais décidé que, dans la vie, je ne dépendrais de personne, même si on est toujours imbriqué dans les autres, comme nous le savons. Le féminisme, j’en ai entendu parler plus tard, et puis plus tard aussi, j’ai vu à quel point certaines femmes n’étaient pas libres, et surtout ne pouvaient en aucun cas se permettre de l’être, dans certains pays. Et j’ai appris la valeur de certains combats. Et…

… pourtant, je n’ai jamais milité. Ma manière à moi de faire avancer les choses, certes un peu plus lente, ça a été d’essayer de libérer des femmes que je sentais entravées, malheureuses. Une à une. Une coincée dans un couple destructeur, une coincée dans une haine de son visage, une coincée dans une agressivité terrible envers sa mère, une coincée dans son mariage par le manque d’argent, lequel réduisait à néant ses envies d’indépendance, une coincée dans le désir maladif de jeunesse, une coincée dans les bêtises qu’elle s’était racontées sur ce qu’il fallait faire pour plaire aux hommes. Je sais parfaitement qu’il faut des mouvements militants, mais je crois aussi qu’il faut également des gens hors du cercle, des sauvages. Je n’ai jamais milité, car même dans la chaleur du groupe, dans son intelligence merveilleuse parfois, eh bien, je me sentais entravée. Je n’étais plus « tousseule ». Aujourd’hui, dans ce monde qui se réglemente de tous les côtés, je suis perdue. J’éprouve autant le besoin de m’affranchir des femmes que des hommes. Et de la terrible violence, parfois, des deux.

Il y a des louves solitaires. C’est ce que je voulais vous dire.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Tiphaine pour son « qui peut aider les hommes à part nous ? ». Quel génie tu as de dire ça.

À jeudi, les adorés…

Fonelle

Ps. Lanta, l’apesanteur est le secret de l’élégance. Barbara avait pourtant un corps massif, à la fin de sa vie. Mais quelle apesanteur dans la tête !

Ps2. Sabcestbien, Charles Denner, Charles Aznavour… Oh que de souvenirs. Je passe mes journées à expliquer à la jeune Zisla (19 ans), qui bosse avec nous, combien ces personnes sont importantes.

Ps3. Leanna, moi je sais par cœur « Mon enfance ».

Ps4. So, comme tu le devines, je suis incapable de mépris. Alors que parfois faudrait !

Ps5. Ally, très important ce que tu dis : les habits nous sauvent aussi de la nudité.

 

 

 

0
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

40 réponses à Où en suis-je avec le féminisme ?

  • BRIGITTE

    Bonsoir Sophie le Boss,

    Suite à notre échange autour de quelques frites très chics hier soir, le livre « Les robes de ma vie » aux éditions de la Martinière est encore en vente sur Amazon.

    J’ai aussi pensé a cette phrase dans Sailor et Lula, quand Lula vient chercher Sailor à sa sortie de prison et qu’il lui dit un truc pas très loin de « tu m’as rapporté ma veste en peau de serpent, le symbole de mon individualité ».

    Il y a aussi dans « Les choses » de Georges Pérec le fantasme du héros (?) pour les chaussures anglaises, mais c’est limite hors sujet.

    Voilà, voilà, en tous cas, ravie de vous avoir rencontrée

    Brigitte

  • Solexine

    Bon, je suis en retard de plusieurs articles, mais là, c’est franchement un des plus beaux que j’ai lu depuis que je viens par ici…et les commentaires sont à l’avenant; merci (à tout le monde).

  • Aurore

    Et si, depuis des siècles, la vraie violence n’était pas faite à l’égard des femmes, mais à l’égard des sensibles ?

  • Aurore

    Joli inventaire de nos prisons. J’ai aussi découvert qu’on pouvait être prisonnier de ses émotions quand on ne savait pas les gérer. Ca paraît tout bête dit comme ça, mais plein de gens ont des émotions qui bouillonnent en eux et, faute d’avoir appris à les exprimer, (par l’art, l’écriture, la parole), se laissent détruire par elles. Le féminisme fait du tort quand on impose aux femmes, sous prétexte d’être libres, de se conduire « comme des hommes » et de refouler leurs émotions. Bosser sans émotion, faire l’amour sans émotion (avec un homme mis dans son « caddie » sur un site qui le présente comme un « produit » -hum). Ce n’est pas se libérer, c’est quitter une prison pour une autre. Quitter la prison des femmes pour la prison des hommes. Chacun devrait avoir le droit d’être émotif et sensible, qu’il soit homme ou femme. (J’en ai assez que les hommes se fassent traiter de « gay » dès qu’ils expriment de la sensibilité, ou dès qu’ils s’habillent correctement)

  • Sabcestbien

    a propos de fémnissme, je suis morte de rire : en relissant le Elle de novembre, je tombe sur la page courrier et quoi ? une citation d’un commentaire que j’avais fait sur Le geste de Lena Dunham qui enlevait ses chaussures devant tout le monde !
    ben mince alors, je vais le garder celui-la !
    ça buzze sur le Daily Elle et on me cite « on devrait forcer les hommes a porter des talons une journée entière »

  • Delphine R.

    « Aujourd’hui, dans ce monde qui se réglemente de tous les côtés, je suis perdue. J’éprouve autant le besoin de m’affranchir des femmes que des hommes. Et de la terrible violence, parfois, des deux. »

    Parfois me viennent de longues tirades que je crains maladroites à exprimer justement mon sentiment.
    Parfois les mots manquent et je laisse le silence alors recouvrir mon impuissance.
    Souvent je me sens décalée quand je regarde ce que les hommes et les femmes font de ce monde, combien ils ne tirent aucune leçon de l’Histoire, des histoires, des oppressions, des intolérances.

    Vos mots sont un délice remplaçant mes maladroites tirades et mes silences entravés.
    Merci.
    Delphine

  • Sabcestbien

    y a quelques jours il y avait un reportage sur les viols perpétrés par un tristement célebre entraineur de tennis.
    Des amis de ce mr continuaient à le soutenir en sallissant l’intégrité des femmes accusatrices et ce malgré leur grand nombre !
    comment une trentaine de femmes respectables pourraient avoir une fois leur vie faite envie d’étaler au grand jour ces sévices pour un intéret personnel que je n’arrive pas à comprendre ni croire !!!
    ils profitent bien ces messieurs de la honte de la victime qui se cache et couvre malgré elle son bourreau !
    non les filles vous ne devriez jamais avoir honte d’avoir croisé leur chemin ! c’est eux qui devraient avoir honte, ainsi que ceux qui les couvrent et les excusent !

  • ally

    C’est dur aussi, quand on a appris à être « tousseule » d’apprendre à être « adeu ».

  • Dom

    Le féminisme est une étiquette qui contient tout et son contraire, j’ai de la peine à dire que je suis féministe, mais oui, je suis pour la liberté et l’égalité.
    Je n’ai pas non plus le profil militant, mais je travaille en coulisses, avec mes filles, mes amies, mes voisines, mes collègues. Je pense qu’agir autour de soi avec de petites choses fait sens, au moins autant que de donner de l’argent à une ONG, argent vite versé, vite oublié.
    Avec un lien on tisse, avec de la patience ça grandit.
    La souffrance des femmes à cause des hommes me révolte plus que tout. Pour qui se prennent-ils ? que leur a t’on fait ? que veulent-ils ?

  • Flore

    Moi aussi je suis une sauvage!
    Keep fighting!

    et soyons tousseulensemble!

    #inspirante, elle est pour moi!

  • Isabelle la cathodique

    Ce matin, une jeune fille a eu le courage de porter plainte toute seule auprès du procureur parce qu’elle avait lu une pétition contre le viol et le témoignage de femmes qui, toutes seules ensemble ont fait part de ce qu’elles avaient subi dix, vingt, trente ans auparavant, et comment elles se sont coincés dans le silence et la honte, seules. Elles ont déterré de vieux traumatismes pour que des voix puissent se faire entendre, et ne se laissent plus enfermer dans la culpabilité. Et toutes ensemble, dernière nos écrans, nous pouvons la signer cette pétition pour que cette jeune fille ne se sente pas seule avec son nouveau combat. C’est aussi cela la liberté de ne pas se laisser entraver par la violence du silence.

  • Aniouta

    Tu n’es pas « tousseule », Louve Fonelle, on t’aime !

  • anne

    Mais voilà! Ce sont exactement ces mots là que j’aurais voulu savoir écrire, c’est ce que je m’efforce de faire depuis des années, tout comme vous Fonelle. Cette méthode est sûrement moins radicale que celle des féministes, et on les remercie pour cette radicalité nécessaire qui n’est pas la nôtre. A chacun(e) sa méthode, on y arrivera, il faut le croire!

  • Carole

    Petite et ado j’ai vu ma mère se débrouiller toute seule car divorcée 2 fois par choix personnel ( quoi que ici la notion de choix personnel soit à relativiser…). Je sais qu’elle aurait aimé parfois être épaulée, moralement, physiquement et financièrement par un homme, même si elle s’en sortait la plupart du temps honorablement. Je l’ai vue de nombreuses fois ployer sous le poids des responsabilités et des ennuis. Pourtant, elle m’a encouragée à être indépendante, forte, fière de mes convictions, que je sois seule … ou non.
    J’ai la chance d’aimer et d’être aimée d’un homme qui me laisse vivre comme je l’entends, qui me laisse porter ce que je veux, qui me laisse dire ( enfin parfois même crier) un NON bien franc, qui sait me remettre à ma place quand il peut m’arriver de dépasser les bornes ( ça peut m’arriver… si, si) et qui pour le faire me parle tout doucement car je baisse alors le son instantanément.
    Oui j’ai cette chance, parce que même dans notre pays, toutes les femmes n’accèdent pas à cela. J’admire le combat de toutes celles qui ont permis que je puisse vivre cette vie d’aujourd’hui. Mais je crois au féminisme de proximité, comme celui que tu pratiques Fonelle, il permet aux amies que j’aime de les réveiller doucement. Et surtout, en tant que maîtresse d’école, je crois fermement à l’éducation à la citoyenneté. J’apprends à mes élèves, certes à donner leur avis, mais surtout à accorder de l’écoute à celui des autres, puis à trouver leur libre arbitre, tousseul!

  • KaLaville

    Je suis une Femme au foyer ET Féministe ET Fashion addict…rien n’est incompatible ! Parce que ce sont mes choix, ma liberté.

  • Patou

    « N’attends pas le Prince Charmant. Apprends à lire et deviens qui tu es. » C’est un slogan féministe que je trouve très juste.
    Je ne suis pas féministe – car ce terme est trop souvent associé au virilisme. Je suis une femme libre. Et c’est mon travail qui m’autorise cette indépendance. Les vraies féministes sont ceux qui aident les femmes à gagner cette indépendance.

  • Cotonnière

    Pour moi le féminisme, c’est la liberté de destin.
    Je n’aime ni les machos qui voudraient nous enfermer à la cuisine, ni certaines féministes qui m’ont regardée de travers parce que j’ai pris un congé parental pour allaiter mon enfant. Et ce que je déteste le plus, c’est la guerre avec les hommes. Je préfère faire l’amour avec eux, et regarder la beauté que l’amour peut faire jaillir dans le monde.
    Et pour terminer, ce sujet pouvant être débattu si longuement, je préfère le féminisme « amie » que tu pratiques, ma chère Fonelle, et l’idée que notre force à nous, les femmes, réside dans le lien bienveillant que nous pouvons tisser entre nous.

  • Sabcestbien

    il est ou mon message de 3km de long ?
    mon plaidoyer pour les femme libres ?

  • Sabcestbien

    dès que je défends un peu les femmes, mon homme me traite de haineuse féministe.
    comme si j’étais une chienne de garde, ce qui n’est pas à mon sens un gros mot comme dans sa bouche….
    c’est délicat de défendre les femmes sans paraitre sexiste à son tour ! un comble je trouve dans la bouche des hommes !
    Il semble qu’ils nient les différences entre nous, on assume tellement de choses et pourtant rien que les lister pour eux est un acte de rébellion…
    on leure mache tellement le travail qu’ils s’habituent et ne voient plus tout ce qu’on fait.

    j’ai été comme toi habituée à me débrouiller toute seule, il me reproche mon indépendance mais si j’étais dévouée corps et ame, je pense que je l’ennuyerai….

    bref on marche sur des oeufs nous les femmes comme le dirait si joliment Roulio !

  • Tiphaine

    Il y a quelques jours, j’ai rappelé à une toute jeune fille de 10 ans, que quelques décennies en arrière elle aurait dû demander la permission à son père ou à son mari de travailler, qu elle n aurait pu disposer de son héritage…je ne suis pas une combattante mais je remercie les « chiennes de garde » d aboyer au nom des femmes. Il,faut des militantes et des louves sinon comment remus et romulus auraient été élevés ? Merci pour le fonelle d or.

  • Lafeeclochette

    A mon avis,le féminisme est mal perçu,car souvent représenté par des femmes qui en veulent aux hommes,et qui ont des comptes à régler avec un père absent,un mari violent,etc;bien sûr,on les comprend,et il faut les aider,mais le féminisme peut être simplement une façon de s’affirmer en tant que femme,d’en être fière,et de revendiquer non pas une quelconque supériorité sur l’homme,mais au contraire d’affirmer notre différence .C’est si beau justement,cette différence,et l’on a tant besoin l’un de l’autre.
    Il m’arrive souvent de regarder l’homme qui partage ma vie,et de m’étonner de ses ..mâles réactions,et de decouvrir ..un ovni,de lui parler,et d’avoir l’impression de parler à un mur,tellement nos idées,nos sentiments,nos sensations sont différentes.Mais c’est ça qui est bien,car nous sommes complémentaires,et oui je suis féministe,car j’aime être une femme,et j’aime être l’opposée de l’homme…que j’aime…

  • laprincesseaupetitpoids

    Ma devise « ne jamais dépendre d’un portefeuille…! « 

  • Virg'

    Libre tousseul c’est moins bien que libre tousensemble (et pas toutesensemble)
    Comme j’ai envie de leur dire parfois comment ils se trompent à défendre leurs prérogatives, comment ils sont eux-même enfermés, limités dans des rôles, des clichés, comment limiter leurs mères, leurs femmes, leurs collègues, leurs amantes, leurs filles, les limitent directement eux-même, comment il n’y ont rien à perdre mais plutôt tout à gagner. Parfois j’ai envie de crier face à cette supercherie intellectuelle dans laquelle certains/certaines nous enferment, l’égalité = l’indifférenciation, qui empêchent bp de s’y retrouver puisqu’on y confond égalité des droits, des chances et identité. Et puis aussi je fais partie de ces femmes qui font tousseul, qui n’ont pas trop voulu négocier avec les carcans et les contraintes d’une vie de femme mais qui sais que faire tousseul n’est qu’un autre carcan (plus confortable pour moi) cepedant comment cela me réjouirais que nos jeunes puissent être libre ensemble. J’admire ces femmes certes encore pas assez nombreuses qui sont brillantes, féminines, font carrière à la hauteur de leur potentiel, sont en couple, crée une famille, élève des enfants, tout cela impossible sans à leur côté un homme libre lui-même. Alors quand j’entends comme hier ds la rue ds la bouche d’une femme « mais je n’aurais jamais comme toi, l’autorité d’un homme » parfois j’ai envie de hurler comme une louve solitaire pour alerter la meute, pas toi ?

  • Murielle

    A l’avenir, combien de femmes vont se retrouver coincées dans des mariages par manque d’argent. Tout est devenu tellement cher, le loyer, les charges, les courses, plus de sureté d’emploi, vivre seule va devenir de plus en plus difficile…

  • Cécilie

    En fait tous les commentaires parlent de solidarité. D’écoute de soi et de l’autre. D’humanisme. Ce n’est pas lié à l’appartenance à un sexe.

  • so

    Votre article est magnifique. Cette référence à votre enfance, me donne presque envie de pleurer. Comme je vous comprends sur votre envie de solitude et d’indépendance et en même temps l’envie d’être utile. Les effets de groupe sont parfois vecteurs de haine, soumission, jalousie… Cette femme pantin disloquée et en même temps souriante a quelque chose de terrifiant et pourtant c’est le quotidien de beaucoup de femmes : brisées mais en silence et avec le sourire SVP !
    Merci Sophie pour vos mots.

  • Cécilie

    Fonelle est une Samaritaine (sûrement plus Bon Marché mais ça, y’a pas dans la bible).
    Je m’explique et je reprends mon psy qui lui reprend Dolto (Mère de Carlos, grand générateur de queuleuleu…)

    Donc, Dolto écrit : « Quand tu n’es pas occupé à autre chose et que tu as un surplus de
    vitalité, donne à celui qui est sur ton chemin et dans le besoin, si tu le peux, mais n’en fais pas davantage. Ne te détourne pas de ton chemin, de ton travail. Ne sois pas arrêté par l’attente d’une reconnaissance. Ne sois pas retenu par celui que tu sauves ».

    PS : je précise, je ne suis pas vendeuse d’encyvclopédie ou de livre à caractère religieux, juste, je partage car cela avait l’air pertinent.

    Pour l’explication plus complète et ceux que ça intéresse : http://www.edelweiss-accueil.org/fileadmin/articles/pdf/dettes_et_culpabilite_chez_l_enfant_adopte.pdf

  • Le maréchal

    Je pense que les femmes sont en général bien plus fortes que les hommes, c’est bien pour cette raison que l’on a décrété que la gente féminine était le sexe faible. Mais le féminisme ne m’intéresse pas ou peu. Le féminisme se conçoit trop souvent comme étant un mouvement en opposition au mâle et ça je n’aime pas du tout !!! Pour ma part, étant une personnalité sauvage plus que libre (ou encore féministe), car libre ça veut dire quoi en fin de compte, je crois que le sentiment de liberté est se donner le temps d’être seule et d’être soi sans les autres. De se suffir à soi-même juste de temps en temps. Attention, c’est tout sauf de l’égoïsme !! Etre libre c’est se connaître. Et accepter qu’il y ait des choses dont on ne peut s’affranchir, des contraintes dont on ne peut se soustraire, et qu’il faut prendre à bras le corps. La liberté c’est décider de l’impact qu’une chose a sur nous, car les carcans ils sont là, pour tout le monde et plus ou moins présents géographiquement et culturellement parlant. A nous de décider à quel point ils ont un impact sur nous.

  • San

    Moi je milite d’abord et avant tout en élevant mes filles et en leur montrant qu’elles peuvent tout faire, tout !

    Parce que ça commence tellement tôt, les réflexions des garçons (et même des adultes!) sur ce qu’une fille peut ou doit faire, et sur ce qui n’est « pas pour les filles ».

    Alors le soir, quand ma grande me dit que les garçons ne veulent pas jouer aux pirates avec elle parce que c’est une fille, je lui suggère de faire un groupe de piratesses avec ses copines.
    Et quand un garçon lui dit que le bleu, c’est que pour les garçons (?), elle sait très bien répondre que personne ne les empêche de s’habiller en rose, non mais oh alors !

    Et je suis super fière qu’elle aime autant se déguiser en princesse qu’en Batman, qu’elle rêve de devenir pilote de course et danseuse (et parfois aussi policière) et qu’elle ne s’imagine même pas qu’on puisse penser qu’un garçon, c’est mieux qu’une fille.
    D’ailleurs, ça lui arrive même de plaindre son papa qui, le pauvre, ne porte jamais ni bijoux ni maquillage … :)

  • claire BL

    Merci mille mercis , encore une fois Sophie « Fonelle » de tes articles , informations, déclarations, déclamations, affirmation.
    Tout ce que tu dis là encore est remarquable.
    Mais qu’en est il des hommes ?
    car moi qui suis de ta génération , qui me sens en symbiose presque fusionnelle avec toi qu’en est il de ton père , frère, oncle ou autres hommes de ta vie enfant ?
    Car l’on ne nait pas féministe on le devient non malheureusement ou peut être humaniste non ?

  • mina

    Les commentaires de carla bruni concernaient le mariage gay.
    c’est son optique, dans cette phrase particulièrement, que je comparais.

  • ginger

    rien à avoir avec le féminisme mon commentaire, mais j’adore que tu voulais faire tousseule. petite je bégayais terriblement et la seule chose que je disais (c’est maman qui le dit) tout droit sans trébucher était: facc’ìo. c’est moi qui fait! c’est fou que certains traits du caractère soient déjà là depuis tous petits. l’amour de la liberté pour soi et l’autre est ce à quoi je fais le plus attention dans ma vie et pour moi aussi, c’est une question de liberté individuelle.

  • Arianedauble

    Mais bien sûr que si tu milites. Militer ne signifie pas s’attrouper: tu milites toute seule à ta façon, mais ce blog, tout ce que tu écris est empreint de féminisme. Le tien propre, auquel ceux qui te suivent adhèrent sans réserve: preuve qu’il fait des émules. Pas si solitaire la louve!

  • Claude(e)

    C’est une quête et un Graal, la liberté. C’est la mienne en tous cas. Etre libre et droite malgré un mariage difficile, malgré une précarité masquée. Et malgré la peur. Pourquoi ai-je si peur, parfois ? Je suis mon plus perfide ennemi…

  • Monica

    En première page de l’IHT hier, une photo d’une jeune afghane coupable d’adultère, massacrée à coups de hache (mais miraculeusement vivante). La révolte intérieure, tous les jours. Mais il y a mille façons d’être féministe. Je rejoins la tienne, je me reconnais dans ton approche « intime » des choses.

  • Jicky

    mmm suis pas sûre en effet que Carla soit un modèle de femme libre ou libérée; mais bon

  • Paulinette

    Quel bel article, ce que tu racontes fait complètement écho à ma façon de penser, à mon idée que le féminisme se vit tous les jours, sans qu’il y ait besoin d’être une chienne de garde pour autant.
    Cependant Mina peut être pourrait-on éviter de citer Carla Bruni sur un tel sujet car, même si je n’ai que 25 ans et que je ne me suis jamais engagée dans aucun mouvement féministe, les propos qu’elle tient à ce sujet sont attristants et n’encouragent pas les jeunes filles à prendre soin de leurs semblables..

  • alexa

    Que l’on milite dans une structure ou que l ‘on soit une louve solitaire qui aide ses consoeurs , nous faisons toute du féminisme parce que comme tu le racontes, il y a toujours « un truc qui cloche »…et pas la peine d’aller loin, quand on ouvre les yeux. et quand on veut voir on voit…
    car pour les femmes tout n’est pas rose!

  • mina

    j’aime beaucoup cet article! Une bonne amie vaut mille féministes!

    ce n’est pas lié, mais ta vision des choses me rappelle un peu ce qu’a déclaré Carla Bruni récemment sur ses divergences d’opinion avec son mari : « parce qu’il voit des gens par groupes de milliers plutôt que par groupe de personnes qu’on connaît ».

  • isa du moun

    Mais il ne faut pas confondre « libre » et « seule »… Je suis mariée et je me sens libre…
    Pourtant il est vrai que parfois je me sens seule. D’où l’écriture et les amies du web sans doute!

  • 1#dailyZlatan : sa complicité avec David Beckham
  • 2#dailyZlatan : ses coiffures pendant les matchs
  • 3#dailyZlatan : sa drôle de demande à Twitter
  • 4Le #dailypeople de la semaine
  • 5La playlist du week-end
  • 6
  • 7#dailyBérengèreKrief : son rôle de Kimberley dans le Palmashow
  • 8#dailyBérengèreKrief : l
  • 9#dailyBérengèreKrief: son imitation de Cristina Cordula dans « Le Before »
  • 10#dailyBérengèreKrief : ses « pielfies » sur Instagram
  • 11Le #dailypeople de la semaine
  • 12La playlist du week-end
  • 13
  • 14#dailyAnneHathaway: son rôle d
  • 15#dailyAnneHathaway : son allure Bernadette Chirac
  • 16#dailyAnneHathaway: son sombrero dans « Un jour »
  • 17#dailyAnneHathaway: ses reprises de rap sur le plateau de Jimmy Fallon
  • 18Le #dailypeople de la semaine
  • 19La playlist du week-end
  • 20
  • 21#dailyHollySiz: son attirail anti-grippe pendant sa tournée
  • 22#dailyHollySiz: sa robe Alexandre Vauthier aux Victoires de la musique
  • 23#dailyHollySiz: ses baskets Nike personnalisées
  • 24#dailyHollySiz: son évolution capillaire
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30