11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Peut-on échapper à la tristesse vestimentaire ?
Le blog de Sophie Fontanel

Peut-on échapper à la tristesse vestimentaire ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • Une jupe à 25 euros peut-elle tout contenir ?
  • à quoi penser en premier en automne?
  • 17 septembre 2009: peut-on conseiller un truc hors de prix sans que tout le monde fasse aussitôt pipi?
  • SAMEDIÈME JOUR DE DÉFILÉ

blogdesophie

J’en étais donc mardi à la lutte contre le vêtement sordos. J’ai commencé par les tatanes parce que c’est tellement flagrant, et grâce à mon post j’ai déjà encouragé mon voisin à cirer ses chaussures, par ailleurs un peu pointues mais on ne peut pas non plus tout faire en même temps. Là, abordons la question du vêtement sordos. Je ne veux pas entendre que c’est une question d’argent car je connais plein de gens fortunés et totalement sordos au niveau des habits. Le sordos, ça vient souvent d’un manque de « recherche », ce mot désuet. Il faut rechercher l’éclat du vivant vestimentaire, sinon on risque le sordos. 

Bien entendu, je suis parfois sordos, comme tout le monde. J’ai un pull qui peluche alors que ce serait si simple de le laver plus souvent (c’est ce qu’il faut faire avec les pulls qui peluchent), et parfois j’ai oublié le matin de penser à la touche de lumière indispensable pour pas être sordos (beau T-shirt bien blanc, par exemple) et je ne suis qu’un tas de teintes éteintes. Y a des solutions simples pour ne (presque) jamais être sordos. Par exemple, le coup des jolies chaussettes, pas des trucs ex-noirs virés glauques. Par exemple, le bon soutif qui fait les seins hauts et pas deux lots de consolations de la chamelle. Par exemple, un petit gavroche dans un ton vif qui vient allumer une histoire. Par exemple, le jean propre même si destroy. Par exemple, des beaux gants noirs en agneau, comme deux virgules de netteté quand le reste ne l’est pas tout  à fait. Par exemple, un sac à mains rangé, pas le foutoir de celle qui est capable de laisser deux mois un vieux chewing-gum collé à sa trousse à maquillage. Par exemple, pas de poussière sur les habits, donc un rouleau adhésif tout le temps avec soi (les minis de chez H&M). Par exemple… Bon je m’arrête, je suis certains que vous avez saisi l’idée. Luttons ensemble, ça nous ressemble.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Lilou pour son mot « troncation ». Et, oui, sordos est un mot pour sordide PAR TRONCATION!
A mardi les adorés,

Fonelle

Ps. Sabcestbien, oui collants noirs et robe noir = souvent sordos.
Ps2. Isis de Paname, oui tennis de toile en hiver = pas sordos.
Ps3. Cécilie, j’ai l’air oisive, mais ne le suis pas. Hélas peu de cafés à prendre en terrasse…
Ps4. Josepha, les combinaisons de soie c’est si beau que c’est hors compétition
Ps5. Marga, ah Arche ! Souvenirs !

24
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

16 réponses à Peut-on échapper à la tristesse vestimentaire ?

  • Solexine

    L’hiver se prête d’avantage à la « sordositude » des habits , je trouve , c’est peut-être dù à cette lumière de vieux néon mal allumé qu’on a toute la journée dans le ciel ( bon , les jours rallongent dans moins d’un mois , remember ;-) , ou au fait que l’on ose moins la couleur quand tout est plombé… Les tons neutres et le noir qu’on peut voir par exemple dans les pages mode de ELLE et qui sont flamboyants et donnent envie ,virent souvent « sordosissimes » dans la rue , il suffit de rentrer dans un wagon de métro en hiver , tout le monde est en noir, personne n’est chic. Cela-dit , il est vrai aussi que les mannequins du ELLE n’ont ni bouloches , ni poils de chat , ni cheveux égarés , ni mailles filées sur leurs habits noirs , et elles ont bonne mine grâce au maquillage/éclairage/photoshop. La vie n’est pas juste .

  • Cécilie

    Je suis allée voir l’interview qu’a réalisé @Isis pour son blog. Au passage, bravo @Isis. quelle bienveillance. J’ai découvert une Fonelle que je savais drôle mais qui, à l’image et à la voix, parait bien plus sombre et lucide. J’aurais imaginé l’inverse, une Fonelle encore plus gaie dans le quotidien. L’écrit n’est donc pas toujours l’ exutoire de l’impossible ?

    Je crois que j’échappe aisément à la tristesse vestimentaire et je ne me l’explique pas vraiment. Mais la tristesse de la vie, son absurdité et sa folie m’ont rattrapé depuis belle lurette. Ici, on respire un peu, beaucoup, et ça fait du bien.

  • sabcestbien

    mon arme anti cafard : les lunettes de Michou, qui rendent la vie Bleue et ça c’est vraiment magique

  • lilou

    Ps: j’ai toujours été réticente à lire la littérature des journalistes, qui « sortent » des romans, soyons honnêtes, mille fois plus facilement que n’importe quel quidam tout simplement en raison des contacts qui fourmillent dans leur quotidien, et se proclament si vite écrivain, ursurpant le titre et effaçant le talent réel de beaucoup d’écrivains qui passent inaperçus. A la différence des autres, il y a chez vous une quête du mot juste, un amour évident de la langue, un sens du détail nourri sûrement par le recul qui accroît votre capacité d’introspection, qui font aimer vos livres et sans flatterie aucune, vous remercier pour vos mots.

  • lilou

    Votre dessin suggère que l’on peut ajouter à la liste: garder la tête haute et pas dans les épaules, not always easy, parfois une gageure, mais une allure droite comme dit Anne peut souvent sauver la mise.
    Moi je vous remercie pour la jubilation des mots ici. Et pour votre style, beau comme ces « virgules de netteté ». Hâte de lire votre prochain opus.

  • Aube

    Pourquoi « recherche, mot désuet »?

  • Aube

    Moi j’dis que c est l’écharpe (le foulard, l’étole, le cache cou) qui fait l habit et le moine, ou pas. Avec les chaussettes bien sûr. J’ai le souvenir d’un entretien avec un intellectuel, dont j ai bien sûr oublié le nom, qui disait qu’Elle avait appris aux hommes à être plus propre (changer plus souvent de sous-vêtements, etc.). Et bien Sophie, vous nous aurez éveillé à la chaussette fraîche et guillerette et c’est pas peu! J’ajouterai enfin, puisque vous êtes à Londres, que le parapluie coloré poétisé et égaye aussi drôlement les journées tristes.

  • anne à Ibiza

    Deux joues saines, roses et fraîches qui entourent une sourire attitude (celle qui fait briller l’oeil), et une positive attitude (celle qui nous fait le dos bien droit), c’est un début de lumière dans la nuit noire.

  • Floris Fantasia

    Prescription du Docteur Floris pour passer un hiver gai :

    Sneakers multicolores
    Derbys bicolores bouts fleuris et vernis the best
    Des bottes cavalieres rouges et des boots hautes funny
    Sacs rouge vert ou bleu
    Gants Paul Smith
    Echarpes cachemire écossaisse blanche, jaune ou rouge
    Bcp de belles bagouses originales
    Parfum d’Iris de Prada
    Des bodies bien chaud pour se sentir rassurées/ réchauffées
    Et un Playtex pour attirer les beaux gars rassurants/réchauffants
    Chaussettes hautes et collants texturés, rayées, etc.
    Avec tout cela, pas de vêtements noirs ou gris (on n’est pas cadres à la Défense, ni de marron spécial chasse). Mais des ensembles jupes pantalon minies knickercs pulls col roulés dans des camaieux bleu vert prunevioline. Et des sautois style Loulou pour la gaieté et la féminité.
    Et des manteaux ou trois-quarts dans les même teintes que plus haut.
    Avec ça, on devrait survivre à l’hiver bien gentiment et eviter le sordos glauque à souhait.

  • fransouèse

    un rouge aux lèvres bien rouge voire orangé et le sourire sauve la tenue la plus sordo non?

  • fredi

    par exemple aussi, les lunettes de vue ou de soleil cra-cra (gras-gras) .Ce post me rend visible un vieil étui Ray-Ban trop moche , du caoutchouc qui s’effiloche!…

  • Isabelle la cathodique

    Chère Sophie, vous m’avez refilé la manie géniale des jolies chaussettes, je pense à vous chaque fois que j’entre dans un Monop. J’ai revisité les tiroirs de tout le monde à la maison. Je traque la vieille chaussette. La Toune, c’est si juste ce que vous dites, offrir une tenue ennuyeuse à mourir aux autres, cela ne met pas en éveil. Ce soir je tombe sur Maupassant qui écrit  » une chemise fraîche » (devoirs de français) , je m’extasie:  » cela donne envie de la sentir! » Mon fiston m’a regardée bizarrement pour le coup.

  • Minika

    Parfois c’est un parfum qui vient ôter le sordos, je trouve. Une odeur de propre dans les cheveux, sur la peau ou sur les vêtements.

  • Patou

    Tout est dit mais j’ajouterai, pour enfoncer le clou, que sordos rime aussi avec crados
    PS : en l’occurrence le captcha est soulos, lui

  • La toune

    Merci Fonelle de ce coup de fouet!! J ai remarqué que mes élèves sont très sensibles a mon look et que la magie d un cours car c est magique tous ces visages donc que la magie d une couleur ,d un joli collier ,d un parfum peuvent illuminer une classe et qu enseigner peut être un moment magique!!!

  • Sabcestbien

    Je lutte mais l’hiver mine… Je mange ma luminotherapie au petit déjeuner mais dur dur d’être motivé seule alors ouï rassemblons non pour lutter contre la grise mine !

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31