11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Suis-je seule ?
Le blog de Sophie Fontanel

Suis-je seule ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • VENDREDI 31 OCTOBRE
  • Faut-il entrer ?
  • comment vivre des amours chiennes?
  • qu’est-ce qui est mieux vieux?

garbo-for-ever-onassis-rare-fonelle

Chère Horde, dans mon journal cette semaine, un article sur la solitude, qui se bat contre une façon parfois stupide qu’on a de la considérer. À l’occasion de cet article, j’ai écrit une petite bafouille. Que voici :

A voir le nombre de fois où on m’interviewe sur la question, je constate que j’appartiens à fond à la catégorie femme seule. Pourtant, ça me fait bizarre, car voici le compte de mes possessions : je vis un Eden avec Cary Grant, relation stable, puisque, les amis, vingt ans sans un nuage. J’ai, via Cary, un rapport fourmillant de liberté au temps, à la distance et à l’âge et, par la même occasion, aux hommes à l’identité sexuelle diversifiée (étant donné la réputation du bonhomme). Tout ça m’ouvre des mondes, et mon imaginaire est plus ouvert qu’une table d’hôte à Marrakech, je dois dire. J’ai des liens avec des gens sur Instagram et ceux qui trouvent ça pathétique ne savent pas ce qu’ils perdent. Je trouve mieux de voir leurs élans créatifs que de regarder quelqu’un manger. Je réponds aux gens qui me laissent des commentaires, du coup ils m’en laissent, j’accepte une forme de lien aux autres et je refuse qu’on dénigre la beauté de ça. Je mets des cœurs sur un type qui vit en Australie, uniquement parce que j’aime ses photos d’archives de Hollywood. Et grâce à lui, j’ai découvert Aden, qui vit, elle, à Bombay, et ne photographie que des habits de couleur. À propos d’habits, j’ai une vie vestimentaire d’une telle intensité que ça me fait parfois plus jouir qu’un lit avec dedans un partenaire sans vêtements. J’ai aussi tout aussi bien le rêve d’avoir un jour un vieux mari, qui fait de mon avenir une sorte d’horizon plein de promesses (et de mon présent un truc génial où personne ne m’emmerde). J’ai un lit vaste, pas du tout trop grand pour moi, dans lequel j’étale des livres et des paquets d’amandes et mon iPad et des habits adorés, et parfois je m’endors comme ça, au milieu de mes trésors. Aucun d’eux ne ronfle, même pas l’iPad qui se contente de s’allumer dans la nuit si je lui donne un coup de coude. Parfois, je le mets sur vibreur. J’ai des apéros infinis avec des amis aussi seuls/pas seuls que moi, et nous étirons ce temps jusqu’à minuit, et nous sommes touristes en notre ville, heureux. J’ai d’ailleurs une totale disponibilité à l’heure du dîner, je rejoins qui je veux. Quand je rentre, parfois, je trouve superbement sexy la grosse patte du chauffeur de taxi sur son volant. J’aime ce flottement de l’érotisme. Parfois je fais croire aux gens que j’ai « déjà un dîner », alors que j’ai juste « déjà dîné ». Faut un peu mentir en ce monde, la solitude vraiment merveilleuse est aussi ce qu’on cache aux autres. Si j’ai envie d’un bol de silence, je m’en sers un. Un bol de mots ? J’ai des amis, des tas d’ex à conseiller, et j’ai France Cul(ture). Un bol d’humains ? Je leur ouvre les bras, ils y viennent. Ou pas. C’est la vie. Ça s’appelle pas la solitude, ça s’appelle la liberté. Ma seule solitude est celle que les autres me prêtent. Mais je le leur rends bien ! (Sur la photo du post, c’est Greta Garbo, grande solitaire…).

Et je vous ai, Horde à qui j’ai lié mon destin. À demain.

carpaccio-cary-grant-fonelle-venise

Fonelle d’Or décerné ce jour à Café Liégeois pour cette phrase hautement sexy: « Le farniente est à la portée de toutes les bourses ».

Fonelle

Ps. Leanna, le passage de Faulkner est de toute beauté, je vais lire le livre que j’ai jamais lu.

Ps2. MissChristine, ma tante m’a tout appris sur les habits. Pour ça que j’écris un livre en ce moment sur la manière dont j’ai appris l’élégance, laquelle n’a pas tout à voir avec la mode…

Ps3. Anne-Pascale, beaux transats, hein?!

Ps4. Minika, oui je veux bien être votre Anahide. C’est un honneur.

Ps5. Marga, Anahide a été célibataire jusqu’à 50 ans…

122
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

53 réponses à Suis-je seule ?

  • Lamy stephanie

    Sophie, je vous aime depuis longtemps mais ce soir plus que jamais. Je viens de lire ce post et en ces temps troubles il m'a caresse le coeur et l'ame ! Merci<3

  • ema

    Les palmiers sauvages, de Faulkner, s'appelle aussi Si je t'oublie Jérusalem. Expression miraculeuse (pour une athée)

  • Sansonetti MaPi

    Merci infiniment
    Vos posts sont toujours extraordinaires mais je dois dire que celui-ci, en pleine période de Noel fait du bien par son optimisme, sa fantaisie et sa profondeur
    MERCI

  • gelatoallimone

    Est-il nécessaire de se justifier? Je ne crois pas.
    On est tous seuls de toute façon, non? Sans que ce soit un problème d'ailleurs, il faut bien l'intégrer à un moment ou un autre de sa vie, sans quoi on pompe la vie des autres.
    C'est Wilde qui disait ça, non, "soyez-vous même, les autres sont déjà pris" ?
    Et il faut savoir admettre qu'on est seul pour être soi-même, et partant de là, plus léger aux autres. Et partant de là, on peut…se lier aux autres sans les pomper.
    Donc en un sens vive la solitude, qui permet de ne pas oublier cette nécessaire légèreté, qu'on perd parfois dans le couple et/ou la famille.
    La solitude ça peut simplement être cela: se situer, en relation avec les autres, mais un, unique, seul à porter sa vie, à occuper sa place.

  • dao

    Merci pour ce magnifique post. Je vous en suis quasiment reconnaissante de l'avoir écrit. Comme beaucoup de la horde, j'ai aussi l'impression qu'il parle de moi. Je l'imprimerai bien et le présenterai en réponse à la prochaine réunion de famille lorsqu'il me regarderont avec complaisance, aux copains d'avant mi-interloqués, mi-intrigués. Tout ça pour dire qu'on n'a pas besoin de l'aval des autres pour être heureux! MERCI

  • Dans les yeux

    C'est beau, ça me touche, une fois de plus, et chaque fois que je passe ici, je me sens appartenir un peu plus, un peu plus. Pourtant dans le genre farouche…

  • cdirr

    Sophie, je trouve cet article vraiment magnifique.
    Que j'aimerais magner le verbe comme vous le faites…. pas uniquement dans celui ci mais dans tout ce que vous dites.
    J'ai souvent éprouvé la solitude au milieu de la foule, accompagnée par un mari, que j'adore malgré tout, mais qui me laisse seule, parfois, en sa présence…. Je pense qu'il n'en est pas conscient. L'inconscience ne serait elle pas une particularité masculine ?
    Oui, comme vous, j'ai rencontré à travers instagram des personnes fabuleuses. C'est la photo et uniquement elle qui m'a fait m'y inscrire. J'y ai découvert des personnes fabuleuses vivant dans le monde entier.
    Merci Sophie de ce que vous êtes et rester le. Bon, la dessus je ne me fais aucun souci. Sophie ne se laissera jamais formater par l'humeur ambiante.
    Quel plaisir de vous lire tous les jours. J'attends votre prochain livre avec impatience.

  • vanbelle

    …. voilà un sujet qui nous interpelle, à voir le nombre de réactions… moi aussi, femme "seule", depuis bientôt six ans. avec mes trois enfants, mais sans homme, sans éprouver ni besoin ni envie (lu votre livre 3 fois..) d'une présence masculine, sans désir, sans manque, juste bien, apaisée, libre aussi. Et comme vous, je préfère maintenant les"amours sublimes" (que j'ai aimé ce roman, et y est pensé en marchant dans Venise le printemps dernier), trouver beau un homme sur un grand écran, aimer les mots d'écrivains, me retourner même parfois sur une nuque croisée, sans aucune intention, juste pour la beauté du moment. Me suis sans doute, jeune, trop donnée, trop aimé juste pour me sentir exister. maintenant, j'existe, simplement.
    a part ça, comme toute "la horde", suis ravie de pouvoir vous lire à nouveau tous les jours. joie!
    ps : rien à voir, mais hier chez Gap, j'ai trouvé un pull idéal qui m'a fait penser à vous : bicolore, marine et bras blancs, en coton tout doux et un col arrondi et large comme il faut.

  • France

    Vous ne le faites pas, donc je le cite à votre place: vous avez écrit un très beau livre sur le sujet "L'envie". Sa lecture m'a sauvée il y a quelques années, alors que je m'escrimais (vainement) à tenter d'expliquer pourquoi j'étais seule et heureuse de l'être! Je n'ai eu qu'à le prêter à ma maman (oui, elle a 80 ans mais je l'appelle comme ça, "ma mère" ça fait trop sec et ma "reum" même mes enfants ne l'utilisent plus!), elle l'a lu en quelques heures et rendu avec un regard entendu… tout était dit!
    Merci Sophie d'une nouvelle venue dans la horde

  • Paloma

    Je trouve que la différence entre un journaliste (ou un bonjournaliste;-) et un écrivain serait que le journaliste me parle du monde et un écrivain me parle de moi, n'importe le sujet dont il parle.
    Et toi, tu es un écrivain de la tête aux pieds. Je ne sais pas comment en lisant le billet d'aujourd'hui j'ai ressenti qu'il parlait de moi,- Moi, qui habite en famille-.
    J'ai hâte de lire ce nouveau livre…

  • Annabelle

    Bonjour Sophie,

    Merci pour ce texte puissant.

    Si j'ai bien compris, tu combats l'amalgame généralisé entre célibat et solitude, et la vie que tu décris, elle dit comment au lieu de subir ce célibat, tu l'as optimisé en une liberté dont tu jouis pleinement.
    Tu as bien raison, et c'est la preuve de ton indépendance d'esprit et de la richesse de ton monde intérieur (résistance à la pression sociale, pas besoin de quelqu'un à exhiber pour exister).

    Cependant, irais-tu jusqu'à dire que dans l'absolu, cette liberté-là est ton choix numéro 1 ?
    Il semble que ce monde intérieur très riche et ta grande culture t'aient menée à avoir des exigences hautement sélectives en matière d'hommes, recherchant des qualités qui ne sont malheureusement pas les mieux partagées. D'où un risque élevé d'être déçue par la réalité (dont la majorité des gens se contente, mais si fade par rapport à tes fantasmes), qui, combiné à ton refus décomplexé de cette fadeur (qui va justement de paire avec ta capacité à goûter aux merveilles de ta vie libre), fait que ta perle rare est particulièrement rare, donc particulièrement difficile à trouver.
    Mais au-delà de ce constat, ne renoncerais-tu pas à ta liberté actuelle, si tu pouvais faire surgir un Cary en chair et en os à côté de tes paquets d'amandes ?

    Si la réponse est oui, c'est peut-être, plus que la solitude, cette situation implicite de sous-optimalité qu'implique le célibat que les "amis compatissants" plaignent… Mais sur ce sujet aussi, il est ridicule de stigmatiser les célibataires, car il est encore plus sous-optimal d'être incapable de vivre en tête-à-tête avec soi-même, et d'être de ce fait enferrée dans un couple quand il est bien moins épanouissant que la vie que tu décris (ce qui est le cas de bien des couples) !

    Voilà pour cette tentative de prolongation de ta réflexion ; en tout cas, de l'avis unanime ici, tu es quelqu'un de précieux.

  • fredi

    je rêve sans fin devant les images de dormeurs seuls dans leurs lit bien bordés , cela va de l'ours avec son bonnet de nuit sur une boite de tisane à justement cette peinture de Carpaccio (et je remarque pour la 1ère fois grâce à votre Cary Grant que c'est un grand lit pour 2 finalement).Ces dormeuses et dormeurs je ne les vois pas seuls mais entiers

  • Nelly

    Je n'écrit pas souvent , parce qu'il faut que je cherche mes mots sans arrêt pour m' exprimer correctement ,il arrive même qu'au bout de 20-30min d'hésitation , j'efface tout.
    Mais aujourd'hui , dans la pénombre de mon salon, juste avant d'aller me coucher , je te lis et je n'arrive pas à aller dormir si je n'écrit rien sur ce que je viens de lire.
    J'ai choisi l'homme avec qui je vis depuis 10 ans car je me sentais aussi bien avec lui que lorsque j’étais seule.
    Ma liberté de mère célibataire, j'y tenais. Je crois qu'au fond j'avais peur de devenir "dépendante" de quelqu'un.
    Je n'ai jamais rechercher l'Homme -prince charmant-remplaçant de père où je ne sais encore quelles conneries du genre. Je voulais bien un compagnon de vie, peut être même pas pour toute la vie mais tant que ça marche: ça marche, c'est tout.
    Nous voilà au bout de 10ans avec nos compromis , nos envies non assouvies, nos besoins quelques fois bafoués.
    On s'endort toujours l'un contre l'autre mais côté sexe, c'est plutôt le désert. Ça ne me manque pas. Enfin des fois oui, mais pas toujours. Attention , la passion dévorante des débuts , on l'a vécue. C’est juste que les choses se transforment obligatoirement.
    .Je me pose des questions par rapport aux "autres" . Combien de temps peut on tenir? Sommes nous juste dans le creux et puis ça repart où c'est moi qui change? Peut être que je suis comme tous le monde , c'est juste que personne n'en parle sauf ici.
    doit-on faire l'amour 3 fois semaines pour être un couple heureux?
    on se marre toujours comme 2 gamins, notre complicité n'a jamais disparue.
    et je me sens toujours aussi bien avec lui que lorsque j'étais seule. Même quand il m'emmerde;-)

    tout ça pour dire que j'aurai très bien pu continuer ma vie de célibataire très heureuse et très assumée .
    je ne l'ai pas choisi parce que je ne voulais plus être seule mais bien parce que je voulais continuer à l'être.

    Douce nuit Fonelle.

  • Minika

    Quand on est poète (ou quand on naît poète)… on n'est plus jamais seul ! De toutes façons, toi tu n'es pas la solitude. Tu es la multitude !

  • Monica

    J'écoutais Véronique Sanson chantant Vancouver en 76 et j'ai pensé à toi, à cause des paroles, et puis de sa veste à paillettes;)

  • carlotta

    Vous êtes le plus bel hommage qu'on puisse faire au célibat (je pense soudain à me débarrasser de mon vieux mari) :-)

  • Bien-être à Barcelone

    Très belle description de la solitude. On est souvent beaucoup plus accompagné lorsque l'on est seul que lorsque l'on vit en couple. Je le remarque chez nombre de personnes. J'en profite pour vous dire que je lis toujours avec grand plaisir vos billets.

  • Tiphaine

    Post et commentaires juste ….formidables.
    Si Cary pouvait éviter de fripper le couvre lit!

  • jicky

    ah oui, aussi: moi j'ai la chance d'adorer la solitude et de vivre avec un Mr Jicky qui adore aussi la solitude! et pourtant, ça n'est pas l'accord de deux solitudes, loin de là! je finis par penser qu'on ne peut vivre bien avec qqu'un si l'on aime pas au moins un peu (bcp) la solitude….

  • jicky

    ah, le songe se Sainte Ursule…. L'un de mes tableaux préférés…
    j'adore cette phrase, si vraie:

    "Ça s’appelle pas la solitude, ça s’appelle la liberté. Ma seule solitude est celle que les autres me prêtent. "

    D'ailleurs, souvent, les "vrais gens seuls" ne sont pas, justement, ceux à qui on prête de la solitude….

  • rorococoeugvic

    Que dire après ça … ?! D'accord avec tout !!
    Vous écrivez si bien !

    Moi aussi je suis "seule" … soi-disant … et tellement tranquille et débordée : si si c'est plus que possible d'être les 2 à la fois !!

    C'est la vie, notre vie et ça va bien merci !
    Y a sûrement mieux, mais certainement bien pire : la santé va pas trop mal (bien même … mais on est peu de chose alors je reste humble), on bosse (donc on peut vivre de notre travail et ça c'est pas du luxe !), on a (ou pas) un (des) enfant(s) et alors là : on n'est plus jamais tranquille pour le coup, même quand ils ont quitté le nid (je le sais : j'y suis en plein : mais ils vont me laisser … seule … oui ou non ?!), des amis et copines pour papoter, rouspéter et refaire le monde, boire un ptit café, etc. (c'est bien simple : on a le temps de rien !)
    Le reste : j'ai honte (suis-je une espèce à part ??) mais ça ne me manque pas … voilà …

    Et donc, je réalise que je ne suis pas si "seule" dans mon cas en lisant Fonelle, la seule et l'unique, écrire sur moi au final et ma pseudo solitude comme je n'aurais jamais su le faire …

    MERCI et à+ sur Instagram !

  • Natou

    Ho merci merci merci ! Pourquoi les gens appellent solitude la liberté ? C'est mon mystére moi qui n'ai jamais été marié , ai quasi toujours vécu seule , si etre une maman celibataire est etre seule, je vous jure ! Mon dieu ce que je l'aime cette liberté , j'aime les hommes aussi qui malheureusement n'aiment pas vivre seuls . J'ai cinquante quatre ans et je suis si heureuse d'etre libre ! Merci encore .

  • fredi

    ça alors ! Sainte Ursule rêve de Cary Grant…

  • léontine

    chère Sophie,
    quand je vous lis, j'ai à la fois le sourire aux lèvres et les larmes qui me montent aux yeux…
    Et vous savez, on peut aussi se sentir bien seule avec un mari et des enfants.

  • navajo

    La vraie solitude, elle est infligée par ceux qui n'ont plus le plaisir de vous (re)découvrir. C'est si dur la solitude à deux… Ce qui est pathétique, c'est de confondre liberté et solitude.

  • Lili Barbery-Coulon

    sublime sublime sublime ma Sophie.
    je t'embrasse et je t'aime
    Lili

  • Murielle

    Le dicton qui dit " qu'il vaut mieux être seule que mal accompagnée" est tellement vrai…
    C'est vrai qu'être seule c'est la liberté, faire ce qu'on veut quand on veut…meme si parfois on rêve d'être deux.
    Malheureusement au jour d'aujourd'hui, vivre seule peut être très difficile financièrement, donc la solitude devient encore plus un luxe.
    C'est bizarre mais je t'imagine très difficilement en couple car tu représentes justement tellement cette liberté.

  • solmanza

    Se sentir seul ou pas, tout dépend de l'angle sous lequel on regarde la vie. Parfois le cœur lourd empêche de voir toute la richesse intérieure. Et puis, l'étincelle revient, ramène à la vie, à la jouissance de tout ce merveilleux !
    Merci Fonelle pour cette transfusion de joie !

  • Café liégeois

    Mouarf, je n'avais pas mesuré la dimension sexuelle de mes propos d'hier ! Je propose donc de partager mon Fonelle d'or avec la horde, vu qu'il n'est pas entièrement mérité. Il me semble qu'au sujet de votre supposée solitude, nous la horde on a bien compris que la solitude ne fait pas partie de votre vie au sens où certains aiment l'entendre. On peut se sentir complet sans avoir besoin de moitié à exhiber publiquement et y a pas de mal à ça. C'est même non présomptueux. Stigmatiser la solitude, c'est la peur de se retrouver en face à face avec soi-même. Or, quelle richesse de savoir appréhender la solitude, on n'en apprécie que plus la compagnie d'autrui…

  • sabcestbien

    les clichés sur les célibataires ont la vie dure.
    la gentillesse aussi est comme une tare, une utopie comme une sorte de père Noel mis à mort mais on peut aimer les gens et avoir une vie riche comme tu le dis en vivant simplement au gré du vent. Continue ta route et file comme le vent, il t'emporte avec joie.

    ah le "une vie vestimentaire d’une telle intensité que ça me fait parfois plus jouir", je sais pas si un homme pourra comprendre qu'on prenne son pieds pour une frusque ou une chaussure.
    le plus important dans la vie est le choix, je comprends ce couple qui vient séparément et ne se retrouvent que quant il on en envie. on ne fait pas semblant. on sent son instinct. on le suit.

    ps: Cary toujours aussi classe, fort et fragile, viril et pourtant touchant de sensibilité. un paradoxe

  • Gigi la M.

    Waouh , quel texte !
    Magnifique et émouvant.
    Et quel appétit et quelle joie !
    Et quel plaisir/bonheur de te /vous lire à nouveau chaque jour , de vraies retrouvailles , je ne venais presque plus , 2 fois par semaine , c'était trop peu , trop frustrant , je préférais m'abstenir.
    Et de nouveau , La Horde !

    Merci , merci et , eh bien , bises.

  • alexa

    La solitude c'est la liberté qui, même si elle peut donner le vertige à certains moments, est très excitante.
    Je suis très touchée par la bafouille de Fonelle et les commentaires si délicats…à savourer entre les lignes…Avec une telle horde derrière soi, on n'est jamais vraiment seul!

  • laprincessaupetitpoids

    On peut se sentir bien seule avec d'autres…

  • MilaEve

    un post qui me parle tellement ! Merci d'oser dire ce genre de chose, de parler positivement de la solitude en apparences qui n'en est pas une lorsqu'on a un imaginaire riche, des passions et qu'on est entouré.

    Pour moi la solitude ce n'est pas un choix, je prendrai bien le package complet (mec, sexe, enfants) mais si il ne se présente pas ou en attendant, et bien je n'en crève pas et je me réjouis d'autres choses.

    Et c'est difficile de se réjouir de ces autres choses, je subis aussi le regard perplexe ou compatissant des gens (et même celui de copines qui sont dans la même situation que moi) quand je raconte d'un air excité que je suis allée à une conférence, que j'ai passé l'après midi à écrire sur mon blog, que j'ai cuisiné un nouveau plat ou que j'ai fait de jolies rencontres sur Instagram (poke Isis) !

    Combien de fois n'ai-je pas eu l'impression d'être pathétique, que ces trésors de moments ne sont en fait rien, n'ont pas de valeur ? Alors parfois je me tais, je passe sous silence ces moments, mais c'est déprimant….

    donc je dis Oui à Gary, à Instagram, aux rencontres et à notre vie intérieure :)

  • Oliverte

    Un petit post très rapide parce que la vie est une course en ce moment et que le manque chronique de sommeil ne facilite pas le bon agencement de mes pensées.
    Mais c'est tellement bon de vous lire chaque jour (joie de retrouver la fréquence quotidienne des débuts du blog de Fonelle). Chaque post me parle, me touche, me fais rire. Rien ne paraît téléphoné ou formaté pour le style, chaque réflexion fait mouche, limpide et toujours si vraie.
    D'autres le disent bien mieux et plus souvent que moi, mais je me délecte de chacun de vos mots et de cette vision si belle et délicate que vous avez des choses et des êtres. Vos écrits résonnent en moi comme un murmure familier. J'ai l'impression chaque fois de m'alléger et de repartir toute neuve et lavée des tracasseries des fâcheux! (Fonelle, antidote aux grincheux!)
    Merci et… Gros mimis!

  • isabelle

    ces mots sont si touchants que j'en reste coi

  • hirondelle35

    Liberté, intelligence, équilibre… De l'art de vivre sa vie et de se connaitre soi-même. Ce post m'évoque tout cela. Hâte de lire ton livre !

  • Val de Bruxelles

    Fonelle, je vous sens comme une personne équilibrée, parfois zinzin mais équilibrée quand même. Je pense que les personnes équilibrées sont aimées, que c'est l'amour qui donne l'équilibre.
    Une personne aimée (l'amour a tellement de formes incroyables) n'est jamais tout à fait seule.

  • Virg'

    Ce dont tu parles c'est la liberté, ta liberté de mener ta vie comme tu l'inventes avec plus de fantaisie, d'originalité, de liberté que beaucoup ou peut-être plus ouvertement. La solitude il me semble est un territoire bien plus lointain, aride et hostile celui qui exclut l'autre ou soi même, où il n'y a plus de laisser passer, celui de la pauvreté, de la maladie, du malheur ou simplement du désenchantement, ça dure un temps, ça dure longtemps, c'est une banalité.

  • marga

    pour Anahide j´en etais sure…
    pour ton article, c´est fou ce qu´on se ressemble Fonelle, sauf que Anahide, elle, a eu la chance de faire sien mon reve de jeunesse: me marier a 50 ans -et pas avant- pour ne pas mourir seule. or, c´est a 50 ans justement que je me suis retrouvee SEULE apres un veuvage et un divorce. on ne fait pas toujours ce qu´on…reve.

  • lilou@Isis

    Magnifique votre nouvelle ISIS.

  • sarah du révérencieux

    Bon, je vais t'écrire une petite bafouille, spontanée que je posterai vite sans relire, de crainte d'avoir été trop impudique.
    J'ai écrit plusieurs papiers sur toi, de toi dans la presse écrite (et sur le digital), nous nous sommes rencontrées, nous nous écrivons, sans être dupe, tout en sachant que ce n'était pas une amitié profonde, il y a, néanmoins un lien. Un jour, une secrétaire de rédaction particulièrement … acerbe me balance (j'avais (encore) osé reproposer un sujet sur toi – c'était du temps de la sortie de ton dernier livre publié) "t'est pathétique avec ta Fonelle, tu penses vraiment que vous êtes copines. Derrière ton dos, on se fout tous de ta gueule:" Je te passe outre, la violence de recevoir de tels mots au visage. Puis, je t'ai observée ici et là sur les réseaux sociaux et je vois ton lien aux gens. Nous sommes nombreux, très, à nous sentir privilégiés. Nous sommes comme une bande (horde ?) d'enfants que tu aimerais de loin peut-être, mais d'une manière authentique.
    J'en suis arrivée à la conclusion qu'en fait tu n'appartenais à personne et à tout le monde en même temps. Tu vois ce que je veux dire ? C'est pas aussi beau que du Héraclite (quelle prétentio ! ¨non ?) cette phrase mais aussi tordue ;) Et c'est ta liberté. De frayer à Gsaad avec des … enfin avec des gens très …. (je me comprends) et dans le même jour me laisser un mot sur du tricot ou m'alpaguer sur instagram pour me montrer la photo de toi en tenue hivernale. Tu ne calcules pas, tu te fiches de ton nouveau titre professionnel, tu es libre, libre et libre. Rien à voir avec être seul.
    De toute manière la pire des solitudes est pour ceux qui ne le sont pas aux yeux de la société mais qui, dans le fond, en crève, de solitude.
    Je relis pas, hein ? comme j'ai dit. Tu traduiras pour comprendre que ce serait merveilleux si dans ce milieu de la presse d'apparat il y avait plus de gens comme toi (et Domino, par exemple). En attendant, tu es là et c'est bon.

  • lilou

    On peut être deux, même 10, et se sentir seul, tandis que ceux qui peuplent notre imaginaire nous accompagnent. Vous oubliez la compagnie de l'écriture! qui naît de la solitude. "Toute grande production est l'enfant de la solitude" disait l'ami Goethe. Merci pour ce beau texte

  • isis de paname

    Très beau très vrai…. la solitude est un luxe.
    Toi tu as écris un superbe livre sur l'abstinence sexuelle moi j'ai écrit une nouvelle sur le fait de ne pas aimer faire l'amour…
    Elle commence ainsi :
    "Paris, le 3 décembre 2014, je sors de chez une astrologue.
    J’ai un ciel de chanceuse mais aucun homme n’y apparaît. Je lui ai avoué que je n’aime pas faire l’amour.
    Elle m’a répondu que ce n’est pas une maladie. Si je le vis bien. C’est bien.
    Oui je vais bien.
    Je n’aime pas cela c’est tout. Pourtant, je vis depuis des années avec le même homme que j’aime mais je ne le désire pas.
    Amour et désir vont-ils forcément de paire ? Je ne le pense pas.
    Je n’aime pas cela c’est tout.
    Le corps de l’homme sur moi qui gémit, qui bouge, qui s’excite cela m‘ennuie.
    J’éprouve du plaisir certaines fois, mais cela ne m’apporte rien intellectuellement.
    Alors je pense à d’autres choses pendant cet acte qui m’ennuie.
    A chaque fois, que je regarde une scène osée dans un film, cela ne me dérange pas. Je ne les envie pas non plus.
    Je n’ai aucun souci avec mon corps. Il est vivant. Il vit seul sans avoir besoin des mains d’un homme pour le réveiller.
    Je me suis déjà demandée si je ne préfèrerais pas des mains de femme. Mais non.

    Mais plus belles années ont été celles où j’ai été célibataire. Pas besoin de passer à la casserole. Qu’elle est laide cette expression. Et pourtant… si vraie."
    Isis

  • monica

    C'est drôle, je me suis dis que tu étais peut-être amoureuse, que c'est pour ça que tu revenais tous les jours, que tu avais comme un trop plein de joie à partager. Difficile de s'empêcher d'imaginer qu'avec quelqu'un la vie est mieux. C'est vrai pour certains, pas pour tout le monde. Je regarde ton instagram et je découvre mon adorée Barbra Streisand, ou que tu postes une photo de Cher que j'ai dans mon pinterest, plein d'autres choses qui me confirment pourquoi je t'aime, chère Sophie (cette phrase est bancale mais elle dit bien ce que je ressens). je me suis dit aussi en découvrant une photo de Guillem de Castelbajac dont j'ai été l'instit dans une autre vie, que comme tu le connais/l'a rencontré et que moi je l'ai connu/ rencontré tous les jours pendant un an, en fait on s'est déjà rencontré toi et moi;-) Ta solitude est belle en tout cas, elle fait envie.

  • Josia

    Ce montage avec Cary Grant est très drôle ! Merci Sophie pour ces mots poétiques et rassurants !

  • florence

    Ça me parle tellement ! Toujours cette finesse dans les mots. Amour pour toi Sophie Fontanel

  • Cm

    Quelques mots pour souligner la profondeur de ces lignes qui m'ont touchées, quelle belle revanche face aux idées reçues. La solitude cm un choix, une amie… merci

  • Hypo

    Si bien dit, comme d'hab.

  • Jade

    Joie de lire ces mots. Les deux photos… sur la première j'ai cru que c'était toi, Fonelle. ( sur la seconde on voit tout de suite que c'est toi).

  • Cathou

    Vive ce post !
    Fonelle et Cary, invitez moi à votre mariage.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31