11h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > Une histoire de culte ?
Le blog de Sophie Fontanel

Une histoire de culte ?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • ça a assez duré sans acidulé?
  • MARDI 27 NOVEMBRE
  • comment aimer le vieux?
  • 29 janvier 2010: comment sont vraiment les soirées de l’ambassadeur?

steven-alan-fall-15

Chère Horde, la marque Steven Alan est au-delà de culte aux États-Unis. C’est pas donné non plus, mais c’est toujours intéressant de voir ce qu’ils font, le style que chaque saison ils creusent encore davantage, cette allure de totale décontraction qui coûte bonbon. Là, voici une image (légèrement retravaillée par moi) de l’automne prochain. Je précise que ces vêtements sont pour les hommes (ils ont une collection pour femmes, aussi), c’est bien ça la couille, comme on dit, mais chaque année  je m’inspire de ces habits masculins. Et je vais vous dire pourquoi.

Ce que ces gens ont réussi à faire : des habits mous masculins. Les hommes en Steven Alan n’ont rien à prouver à coup d’épaulettes. Ils arpentent New York, bien irrésistibles, bien sexy, mais dans une souplesse de partout qui en bouche un coin à certains. Pas besoin de chaussures pointues, de boucles de ceinture méchantes, de lunettes en pare-brise, pour dire au monde qu’on va le bouffer tout cru. Cette mollesse, je la trouve révolutionnaire. C’est ça qui attire les femmes à la fois vers les boutiques Steven Alan et vers les hommes qui portent ces vêtements. En plus, le plus souvent, c’est gris, ça reste totalement comme des habits de la City, ça reste preppy, sauf que c’est désinvolte, flemmard et tendre. L’été, ces mêmes hommes sont habillés de la même manière mais en sandales. Leurs pieds sont sublimes on se demande pourquoi. S’ils ne le font pas, ils mettent des espadrilles. J’aime ce que la décontraction américaine a su inventer en termes d’élégance. C’est l’immense trouvaille de ce pays, and I wanna be a part of it.

Fonelle d’Or décerné ce jour à Kiki qui dit qu’elle est maintenant droguée à mon Instagram et a l’impression de vivre avec moi. Ça me touche, car quand j’ai commencé non seulement à aller sur Instagram, mais à prendre le temps d’y écrire des choses, tout le monde me disait que c’était juste fait pour les photos d’assiettes ou de sacs. Eh le succès de ma petite entreprise prouve que j’avais raison, le lien, le liant, est le cœur de tout désormais.

À demain, les ad(h)ord(h)és !

Fonelle

Ps. Fredi, oui Marie Adôre est la classe absolue.

Ps2. Marga, l’emmanchure, c’est un peu le secret de l’allure.

Ps3. Isabelle la Cathodique, ah bon c’est les vacances ?!

Ps4. Sabcestbien, je ne saurais que t’encourager à voler de tes propres ailes. Tout bouge partout en ce moment.

Ps5. Anne à Ibiza, merci pour l’invit’ !

15
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel Suivez Fonelle sur Instagram
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non

19 réponses à Une histoire de culte ?

  • Dans les yeux

    Cette rangée de boutons m’obsède.

  • noelle

    L’Amerique ne connait pas Steven Allen, qui en passant , a recupere pas mal de (jolies) choses chez Yohji et Issey Miyake
    L’Amerique , c’est ce qu’il y a entre San Francisco et NYC c’est-a dire 99% des USA

    Et les Americains et les Americaines , aux prises avec leurs problemes d’obesite dus une malbouffe herites de leurs parents , achetent leurs vetements chez Walmart

    Je vis a Montreal depuis bien longtemps et la legende americaine qui traine encore en France me fait bien rire

  • Lobe

    J’aime ce que la décontraction américaine a su inventer en termes d’élégance. C’est l’immense trouvaille de ce pays, and I wanna be a part of it.

    Ah oui.Je suis là au milieu d’un campus américain, sur l’harmonie d’un campus américain et il y a quelque chose de tellement détendant dans la souplesse des gens quant à leur allure. Le sac-à-dos: tout le monde avec son sac-à-dos, avec la gourde bien à sa place dans la pochette de gauche, c’est une joie. C’est plus aisé de se trimballer, c’est gai c’est gai. Je suis joie d’être part of it (et si j’ai une marinière aujourd’hui, c’est parce qu’elle est avec moi depuis un tiers de ma vie et toute détendue et qu’elle va avec les étoiles sur mes chaussures parce que l’esprit de l’Amérique, ça vous gagne).

  • Virg'

    Tu as bien raison de t’être plus investie dans ta petite entreprise avec les temps qui courent ds la presse féminine. Et bien sûr, faire du lien y mettre de l’esprit n’empêche pas d’être industrieuse et de sortir son épingle du jeu alors les barbons qui méprisent… Et sinon la photo me remémore ce dicton « plus le pantalon est large plus l’homme est fort » en référence au « Largeot » pantalon de travail.

  • Natou

    Ca me fait penser à un client americain qui arrive en costume cravatte , panoplie city et qui part dans sa chambre redescend un peu comme ca , pantalon de toile beige, polo parme, espadrilles et so so so sexy ……. Cette vision j’y pense parfois …

  • Minika

    « Leurs pieds sont sublimes on se demande pourquoi » Cette phrase est génialement déconcertante. Du grand Fonelle ! Ah ah ! J’adore ! (et au passage, c’est fabuleux cette marque)

  • Claire

    J’adore cette couleur, ce bleu indigo profond qui me fait penser à certains tissus japonais traditionnels.

  • alexa

    Ces hommes -là seront toujours élégants mais jamais à la mode, c’est tout l’art de la désinvolture. Personellement je prèfère Fonelle en bleu ciel qu’en bleu marine…

  • lilou

    (Fonelle, j’aime beaucoup l’idée de la décontraction, cela dit, le mec est mieux d’avoir une sacrée belle tête sinon c’est limite ambiance papie à 16h au goûter de la maison de retraite :(

  • Patou

    La désinvolture fait souvent l’allure, c’est sûr.

  • lilou

    Etre « à l’aise dans ses baskets » (j’aime cette expression que la mode devrait réhabiliter), c’est tout un art.
    PS: La coupe du pantalon, qui fait toute l’allure en question, ça s’appelle comment? C’est pas baggy, c’est comfy?pyj-fy?

  • Silences

    Avec un temps de retard, merci Fonelle pour ce césar en tutu. J’ai loupé le post d’hier, je m’en vais lire tout ça avec les commentaires de la horde qui font partie intégrante du plaisir que j’ai à venir ici chaque jour ou presque. J’avais oublié un temps que ce lieu existait, ce lieu chaleureux et pétillant, bienveillant, intelligent.Quel bonheur de retrouver tout ça. Ce sont quand même les seuls coms qui ne donnent pas envie de donner son corps à la science alors qu’il a encore de beaux jours devant lui. Donc merci pour ça aussi, et bien le bonjour à la Horde !

  • Murielle

    @sabcestbien
    J’espère que tu feras le bon choix, et que ce choix te rendra heureuse.

  • Isabelle la cathodique

    Monica, je partage en partie!
    La désinvolture, c’est mon mot préféré. Avec des espadrilles, c’est juste parfait. C’est sans doute pour cela que j’aime les danseurs et leurs habits. Le corps bouge, souple, le vêtement laisse de la place, tout en rondeur. Mon préféré: Akram Khan. Mais il est encore plus beau torse nu, pieds nus, ses larges pantalons souples. Merci Cémoi, je ne connaissais pas le travail de Forsythe et Issey Miyake, c’est juste l’association du mouvement, du corps et du vêtement que j’aime.
    Désinvolte, je repars à mes vacances solaires et  » scolaires » car j’ai décidé d’être très scolaire quant il s’agit de prendre des vacances. Cela permet d’en prendre toutes les six semaines, pas moins….
    Une pensée pour les nouveaux départs en vacance ou dans la vie…

  • monica

    Alors là je te trouve quand-même vachement sympa avec les Américains. Quand je vais aux US, je suis sidérée par la mocheté des habits, surtout les pantalons qui semblent taillés pour que n’importe qui puisse entrer dedans, peu importe la morphologie. Bien-sûr qu’il y a des élégants et des élégantes, dans les beaux quartiers, mais l’immense majorité de la population s’habille de façon hideuse. Désolée, c’est pas gentil, je sais. Ils ont inventé, oui, la décontraction qui a du style, la simplicité classe, c’est vrai mais quand tu dis « ils », c’est ceux pour qui s’habiller est autre chose que se mettre des vêtements sur le coprs, parce qu’on peut pas aller tout nu;)

  • fredi

    pfffff….les newyorkaises aussi quand-même

  • fredi

    pour moi les new yorkais (les hommes) sont les plus élégants : même sophistiqué ça reste physique et semble naturel

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31