8h00 DailyELLE > Le blog de Sophie Fontanel > vivons-nous d’images?
Le blog de Sophie Fontanel

vivons-nous d’images?

FacebookPinterestTwitterShare

Et aussi...

  • faut-il avoir le désuet chez soi?
  • JEUDI 4 JUIN 2009
  • Là, Fonelle dit adieu à la plage
  • se mettre au vert?

Je n’ai pas attendu Pinterest pour mettre de côté toutes les images que j’aime, j’ai commencé par me les découper et les punaiser au-dessus de mon lit, j’en ai collé dans des cahiers jusque y a encore pas longtemps, maintenant je fais des captures d’écran sur l’iPad, et je réalise que les images sont ma vie, qu’une belle image peut m’autoriser le monde. Je fais partie des gens qui échangent plus volontiers les images que la musique, et rien ne me fait plus plaisir qu’une personne, en vacances, qui part fouiner mes trésors dans mon iPad. Là, ce que je vous montre, c’est le moodboard du défilé Valentino, le « mur d’influences » comme on dit en français. Mais pour moi c’est pas un mur, c’est justement une fenêtre. L’autre jour, quelqu’un me disait qu’on vivait dans une atroce société de l’image, il considérait ça avec mépris. Eh bien je ne pense pas comme lui.

Fonelle d’Or décerné today à Marina qui dit que certains regards sont des caresses ailées de cils.

À demain, les adorés.

Fonelle

 

Ps. John, je ne te le dis jamais mais tu es merveilleux.

Ps2. La Belette, évidemment les gens qui nous trouvent de la classe, on les adore.

Ps3. Ariane, ton « nous sommes de plus jolies choses que ces messieurs », il m’enchante.

Ps4. Laetitia, c’est si profond ce que tu dis là : que les hommes sont beaux quand ils regardent ailleurs. Quand ils rêvent. Et leurs profils…

Ps5. Truffette, tu n’es pas une abrutie, tu n’es pas une abrutie.

 

 

0
Dans la rubrique Le blog de Sophie Fontanel
FacebookPinterestTwitterShare

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Oui Non


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

43 réponses à vivons-nous d’images?

  • BigLittleWolf

    Les images m’inspirent et j’avoue que ce serait impossible de m’en passer – surtout l’art dont les couleurs me raniment et m’enivrent. Il y en a pas mal sur mes murs ; j’ai de la chance.

    Mais aussi, j’ai des magazines que je n’arrive pas à jeter – les images sont trop belles ! Il y a aussi les photos de famille, photos toujours en noir et blanc, dessins par mes enfants qui me font sourire, et même de temps en temps des cartes postales de loin dont je garde des souvenirs précieux.

    Et tout cela reste en tête (heureusement) car souvent les images reviennent en rêvant.

    Pinterest ? Quelle découverte, et quel plaisir. Un moyen de partager tellement agréable.

  • Lib'

    J’aime cette définition qui fait de l’image une fenêtre… une fenêtre ouverte sur les souvenirs, le rêve, l’inspiration, qu’on peut ouvrir de temps en temps pour faire entrer de l’air frais et dont on peut enjamber le châssis pour s’évader.

  • Nil

    Qu’est-ce une vie sinon une séries d’images ?
    http://www.tumblr.com/blog/thethingthenow

  • bergamote

    Pinterest?capture d’écran? connais pas. j’ai des ciseaux oranges et mes magazines, je découpe et je colle, je décore mon bureau, …. comme d’autres hordeuses semble-t-il.

  • carlotta

    J’ai mon mur d’image dans mon bureau, un bric à brac de cartes postales, de photos souvent découpées dans « Elle », de tickets de concert, et mon trésor une image découpée il y a TRES TRES longtemps la robe « Paris » d’yves Saint Laurent : une jupe fourreau noire avec un bustier rose qui forme un immense noeud rose dans le dos du mannequin, l’image est jaunie mais pour moi cette robe c’est l’élégance absolue et intemporelle (elle doit datée d’ailleurs de la fin des années 80)

  • lialia

    un enfant il n’y a pas si longtemps nous a confié (a nous blouses blanches) plus tard je serai gardien d’image, j’aime bien les images alors ce post me fait vraiment sourire ;)

  • anne à ibiza

    C’est beau une image à émotion, mais là, il y a trop d’images, trop de médiocrité, trop de voyeurisme. On s’y noie. Qu’a-t-on fait de nos autres sens? Ceux-là même qui impriment notre mémoire plus durablement, plus intrinsèquement que la vue?

  • May

    Ce qui passe par les yeux : la vie, la beauté, l’inspiration (et pas que par le nez !), l’image nous sauve.
    J’aime les murs d’images passionnément et je crois que je ne pourrais pas écrire sans elles.

    Nous vivons dans une société de l’image, en effet, cet homme qui t’a dit ça est observateur…

  • Dom

    les images parlent mieux que les mots…
    lors d’un cours de « développement personnel » (mental hein, pas kilos) on devait choisir parmi des centaines d’images de toutes sortes celle qui décrivait le mieux chacun des membres de notre groupe… et bien j’ai adoré cet exercice, que l’on peut répéter en famille, entre amis… une image évoque tout à la fois des odeurs, des couleurs, des humeurs, des lieux…
    celles que tu montres sont magnifiques, très intenses, j’ai même cru, avant de te lire, que le portrait de la jeune fille au bandeau c’était toi…

  • l'autre Ondine

    C’est chouette, moi aussi j’ai la manie de découper les photos dans les mag et de les garder. J’ai commencé avec les images du chocolat Poulain, et j’ai vu mardi au supermarché qu’il y en avait de nouveau ! Oh joie !
    Ma dernière acquisition est une pure merveille : la photo d’Adrian Brody avec son polo blanc sous son smocking. Il me regarde travailler, punaisé au dessus de mon bureau, avec un air de me dire : « tu as bientôt fini qu’on aille faire un tour ? » Tout de suite !

  • mimioui

    oh là là, moi aussi j’en ai fait des carnets de collages d’images, bien avant Pinterest, je pratique aussi la capture écran de l’ipad mais je fonds sur Pinterest (quand j’en ai le temps)
    sorte de petite madeleine, un peu comme les listes, sans doute un côté rassurant pour moi la si peu assurée

  • Cotonnière

    Chère Fonelle, un imprévu professionnel m’a empêchée, par manque de temps (je t’assure, 24 heures ne me suffisaient plus pour boucler mes journées !), de te lire pendant des semaines. Alors maintenant que l’ouragan est passé, j’ai tant de plaisir à te retrouver, comme une brise d’été, tu sais, en fin d’après-midi, quand on a si chaud et que c’est pas encore l’heure du Chardonnay ?
    Concernant la question de l’image, j’ai un Moleskine plein d’images de femmes qui m’inspirent. C’est mon carnet de voyages.

  • Murielle

    Je garde sur papier ou sur ordi surtout des photos de mode, maquillage, coiffure ou articles que je veux absolument garder.
    Les photos de famille sont dans des albums.

  • lilou

    juste une image ça fait vivre
    si je m’écoutais je les encadrerais les belles images dans des jolis cadres noirs comme dans les musées

  • marga2559

    je stocke aussi des images! mais je ne vais jamais les re-regarder. quelqu´un veut-il m´expliquer?

  • Ondine

    Hé oui ;)
    Je capture tellement de photos, de détails de mode, de tout et de riens, des tremplins aux rêves que je culpabilise quand mon ordinateur est trop lent.
    Je me dis alors que j’ai un peu chargé la mule et je lui fais un nettoyage de printemps.
    Une image qui nous parle c’est un peu comme un instant de vie qui se prolonge, comme une phrase d’un bon livre qu’on peut savourer.

  • sabcestbien

    ça me rappele quant je jouais à l’école avec les images (le bon vieux temps…) avec ou sans souflette pour décoller les images et rafler la mise, j’avais les mains rouges des claques données au sol !

  • Poppy

    Fonelle,

    Comme ils me font plaisirs ces derniers posts !
    Je suis ton blog depuis quelques semaines peut-être seulement, mais chaque jour je suis plus admirative de tes textes et des idées qu’ils véhiculent :-)
    Après avoir lu ton article sur les motifs, miaou, j’ai cloué le bec à ma conscience qui me disait d’aller réviser et je suis partie rêver sur le site de liberty, dont je vénère les imprimés. C’est régressif et jouissif. Et puis c’est quand même un des plus beaux jobs du monde de concevoir des imprimés non?!
    Et là, sur les murs d’influences, c’est le pied total, moi qui suis fétichiste d’images comme tant d’autres, je ne veux même pas savoir le nombre de photos (classés par dossier : « miles of useless beauty-fashion, miles of useless beauty-music etc) qui s’amasse sur mon disque dur externe. C’est peut-être ça mon regret, c’est qu’elles habitent un recoin électronique et pas sur des murs ou des panneaux de lièges.
    En tout les cas, MERCI !

    Poppy

  • Caroline

    On a commencé la vie en attendant que l’on donne des images quand on était sage, alors forcément, ça marque… ;-)

  • julie

    Fonelle,
    comme nombreuses hordeuses aujourd’hui présentes, j’ai rempli mes cahiers d’images souvent découpées dans le ELLE (pubs, haute couture, icônes, regards, détails…) à l’adolescence … c’était le vivier de fantasmes, ce que je voulais être, ce que je serais un jour, ce que j’adorais … aujourd’hui je travaille « dans  » les tableaux .. et naturellement, en toute continuité, je remplis des cahiers (desuets en ces temps de pinterest que je ne maîtrise pas) des tableaux, que j’aime et qui m’accompagnent …

  • Jade

    Valentinons.

  • Nicolas Tavitian

    Je réagis en retard mais je lisais le billet d’hier et je me dis que je n’aime pas avoir le sentiment qu’une femme intelligente, qu’une femme tout court, se réduise aux regards des hommes. Vous méritez mieux que ça. La satisfaction de votre oeil sur vous-même, déjà. Il y a tant d’hommes qui seront touchés par ce qu’une femme imagine cacher. Et l’impression de découvrir quelque chose qu’on aime chez une femme, quelque chose qui ne saute pas aux yeux, c’est déjà être en route sur un lien, sur une intimité. Vers un sentiment.
    Mais je condamne pas cette intention. Bien au contraire. Il y a quelque chose de vexant à devoir être admiré(e) avec le temps. À force d’observation. Se sentir exister dans un regard dès le premier coup d’oeil c’est comme frôler le danger. C’est, sur l’instant, le sentiment d’exister, de vivre plus intensément. C’est une fausse route, j’imagine, mais elle est bien tentante. Et viser la perfection c’est juste rassembler le maximum de chance de son côté. C’est vouloir être aimé à coup sûr ou, au moins, en avoir l’illusion le temps d’un regard. Et c’est très bon.

  • San

    Je collectionne depuis 5 ou 6 ans (déjà !) les belles images que je trouve en ligne. Je les range soigneusement dans des dossiers mensuels et de temps en temps, j’explore mes trésors d’inspiration. C’est idiot mais je me sens riche de beauté, avec mes paquets d’images, et je me fais de ces voyages !
    Si tu veux, on échange :D

  • Benedicte

    J’ai commencé par faire des classeurs, puis rempli mon disque dur et maintenant je me régale sur Pinterest (où j’ai d’ailleurs une de tes photos !) :
    http://pinterest.com/benedicte/
    Oui à une société d’images (et pas que…)

  • sabcestbien

    à propos de cap, j’ai passé celui des cheveux mi-long/mi-courts. en + j’ai décidé de faire aussi un éffort pour mon homme qui préfère les cheveux longs. ma coqueterie est de les blondir, plus de les couper !

  • sabcestbien@claude

    c’est vrai que c’est égard d’etre soignée pour ceux qu’on aime….
    je mets maintenant un point d’honneur à etre aussi jolie le week que la semaine pour que mon homme ne se sente pas délaissé par une femme qui se néglige par ce qu’elle est plus décontarctée chez elle !

    ps ça me rappele ta copine Fofo qui ne se lavait pas les cheveux car elle sortait avec toi et que du coup, elle pouvait se lacher ! c’est un peu dévalorisant de se dire qu’on fait pas d’effort pour les gens qu’on aime le +, meme si cela veut aussi dire qu’on est en confiance avec eux et qu’on peut etre plus décontacté. y a un juste milieu à respecter je pense.

  • QUINQUALIBRA

    Fonelle, faut que je t’avoue :
    c’est avec une image de toi, capturée sur ce blog, que je briefe mon coiffeur.
    Justement celle qui montre qu’il ne faut pas couper !
    Celle où tu as la si fragile longueur limite. Celle qui raconte que c’est juste au moment où on se dit « ifaut y aller » qu’il faut patienter.
    Toujours dans mon sac, tu es mon hairdress moonboard !!

  • Claude(e)

    Je ne veux pas chipoter, mais je reviens sur ton post d’hier, Fonelle, où tu dis qu’une femme t’a abordée pour te dire qu’elle aimait ta dégaine, et tu dis aussi qu’elle avait un visage « placide »: pour moi le mot « placide » évoque un truc bovin, la placidité des vaches qui regardent passer un train, mais c’est peut-être parce que je ne fréquente pas assez la rue Saint Placide, trop près du Bon Marché tentateur!
    Et je me suis rendue compte que la plupart du temps, les jours où je m’habille le plus mieux (sic) sont les jours où je reçois des clientes que j’aime particulièrement ou quand j’ai des déjeuners avec des amies chères, pour leur faire honneur en quelque sorte!

  • la belette

    comme sabcestbien, j’ai tendance à conserver les images… dans ma tête, et j’ai souvent un (petit) choc lorsque je me rends compte que mon souvenir était distinct de la réalité (par exemple, ce paysage sublime, bah en fait en photo, il est moche).

  • sabcestbien

    comme j’ai une mémoire visuelle, il me reste des souvenirs en images de plein d’endroit magnifiques
    d’ailleurs souvent, les images qu’on dans la tete sont toujours plus jolies que les photos qu’on en garde et qui ne rendent pas la magnificience des paysages, l’émotion qu’a resenti quant on a pris la photo.
    de meme, je peux fondre comme une madeleine devant une image ou un film triste.

  • Ode

    En tout cas mieux vaut coller des images qu’essayer de coller à une image.

  • nath

    moi aussi j’aime les images , mais je ne les découpe pas , ni ne les stocke nulle part… j’ouvre grand mes yeux , elles entrent et elles s’impriment les unes sur les autres dans mon esprit … elles forment un filtre qui illumine mon regard sur le monde et nourrissent ma créativité …

  • minika

    Et les images sont loin d’être sages ! Heureusement ! (moi aussi, j’ai fait des cahiers et des classeurs avec les image que j’aime)

  • mathilda shoes

    Collecter les images, c’est le biais que l’on utilise pour rendre le monde moins effrayant, et mettre ce grand Tout à notre portée, non ? Essayer de rendre un brin concret, cette immensité. Quand j’étais à l’école, je me souviens d’un copain qui avait dit qu’il rêvait du mot qui recouvrirait tous les autres, qui dirait le Tout. C’est un peu pareil, n’est-ce pas?

  • isis

    Je ne comprends toujours rien à Pinterest… mais je préfère les cartes postales trouvées au hasard de ma vie…
    J’en ramène à chaque fois de mes voyages…
    Le dernier : Bruxelles… j’aime tout là bas !!!
    Elles me servent de marque page, elles trainent au fond de mes sacs, ornent mes murs, ornent ma vie !
    Isis

  • Sunny Side

    Vaste sujet dès fois je me dis que je suis une boulimique bouffeuse d’images ! j’amasse et mon pauvre ordi n’en peut plus ! J’aime beaucoup l’expression d’Avril « moonboard », l’imaginaire et l’inspiration, la rêverie et la création, j’ai gardé les cahiers de collages de mes quinze ans bourrés de photos découpées dans les ELLE. Ce qui me faisait déjà voyager et découvrir la mode alors …

  • Carole (NY etc.)

    Je regarde des images toutes la journée. Ou presque. Avant, c’était dans des livres qui envahissent mon appartement, dans les expositions. Maintenant ce sont les livres, les expos et internet. Je les stocke, les images des autres sur un Tumblr, mais j’ai surtout besoin de créer les miennes : sans les miennes, tout ça me semblerait inachevé, inutile. Les images des autres, tout comme les mots des autres, c’est le carburant qui me pousse à faire mes images, et à dire mes mots.

  • La fille dans le vieux pull

    Comme je te comprends ! Et comme c’est joliment dit !
    J’ai voulu apprendre la photo pour ne plus perdre une seule image mais même ainsi je reste frustrée car l’image que je vois n’est pas toujours celle qui s’imprime. Il y a un truc quand je vois quelque chose qui m’émeut. J’ai l’âme à l’oeil. C’est ce que je vois que je voudrais mettre dans mon appareil mais lui ne retient que les pixels, ce con…

  • Avril

    Comme ce sujet du jour, menu du jour, me fait plaisir. 
    Pour ma part, je me sens glaneuse d’images, chercheuse d’images, comme les chercheurs d’or en un temps.
    Je les ramasse comme de beaux coquillages, comme des éclats de mica, et lorsque j’en trouve une pépite, mon cœur bat devant la beauté. J’en déniche souvent ici. Et je pourrais m’en faire des colliers. 
    Elles sont des compagnes et comme les passages de livres que l’on souligne pour chérir le fait qu’un autre humain ait exprimé tout haut ce que nous pensions dans nos têtes. 
    Internet a permis de lancer des amarres, de dérouler des fils d’Ariane, et d’être un outil de rayonnement de la joliesse pour ceux qui veulent. Comme vous. Qui partagez tant.
    Merci de cet article en moodboard, presque un moonboard, qui me fait dire ce matin  » on a marché sur la Lune  » ! 

  • jicky

    tout dépend ce que l’on fait des images, là est la problème… Certains délinquants violents, ou extrémistes aveugles sont, hélas, justement abreuvés d’images qui les coupent totalement de la réalité de l’humain…. Mais lorsque l’image est là pour nourrir un autre imaginaire, beau et « nourricier », lorsque l’image grandit l’homme, alors là, oui. Mais l’image est toujours très forte et c’est aussi pour ça qu’elle peut, aussi, être dangereuse.

  • Sabine

    Je passe mon temps moi aussi à faire des captures d’écran, et je stocke et c’est ma fenêtre d’inspiration à moi. Je comprends ça tout à fait, c’est aussi une culture, même si rien ne remplace les images qu’on se fait toute seule en lisant…

  • Laure

    La magie de l’image… deux anagrammes pour exprimer le charme de la vie, la richesse de ma vie.

  • Ka

    Toute ma vie j’ai collé des images.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
  • 11
  • 12
  • 13
  • 14
  • 15
  • 16
  • 17
  • 18
  • 19
  • 20
  • 21
  • 22
  • 23
  • 24
  • 25
  • 26
  • 27
  • 28
  • 29
  • 30
  • 31